Publicité

L’activité physique adaptée pour lutter contre les Affections de Longue Durée

Visitez le site de Dynacare

Cet article vous est proposé en partenariat avec Dynacare

Valérie Fourneyron, médecin du sport, députée et ancienne ministre, était l’invitée des Mardis du Master organisés par l’INSEP, le 15 mars 2016, à Paris, sur le thème : « Sport sur ordonnance », parcours législatif, obstacles et mise en œuvre de l’amendement 917.

Nous reprenons ci-dessous quelques éléments de cette conférence publiés sur le site de madame Valérie Fourneyron

Mardis du Master (INSEP) avec Valérie Fourneyron
J’étais l’invitée des « Mardis de l’INSEP« , un cycle de conférences organisé par le Master « Sport, Expertise, Performance de Haut-Niveau » que propose cette belle maison de l’excellence sportive française, cette « Terre de Champions » pour reprendre sa signature.

Je remercie chaleureusement Jean-François Toussaint, Directeur de l’IRMES (Institut de Recherche Biomédicale et d’Épidémiologie du Sport) et spécialiste du sport santé, de m’avoir conviée pour cette soirée riche d’échanges de qualité.

Au menu de mon intervention, naturellement, le « Sport sur ordonnance », sujet que j’ai abordé à de très nombreuses reprises dans ces pages dans le cadre du débat parlementaire sur la loi Santé…

Grâce au dispositif que j’ai fait inscrire dans la loi, les médecins traitants pourront désormais prescrire des activités physiques adaptées aux patients atteints d’Affections de Longue Durée. En France, plus de 9 millions de personnes souffrent d’une des trente ALD reconnues (diabète, maladies coronariennes ou neurologiques, cancers, etc.). L’activité physique, lorsqu’elle est adaptée à la pathologie, aux capacités physiques et au risque médical du patient, constitue une thérapeutique non médicamenteuse reconnue et validée scientifiquement, en complément des traitements traditionnels.

Lors du débat à l’INSEP, je suis revenue en détails sur la genèse de cette mesure, son parcours législatif, les obstacles et les enjeux de sa mise en œuvre. A l’occasion des échanges qui ont suivi, j’ai constaté que les nombreux professionnels du sport santé présents avaient de multiples interrogations, suite à la promulgation de la loi, sur ce que seront à l’avenir :

  • les exigences de qualification des intervenants dans les cursus médicaux et paramédicaux (médecins, kinésithérapeutes, éducateurs, etc.),
  • l’articulation entre les intervenants dans le parcours des soins des patients,
  • les nouvelles formations,
  • les procédures de sélection et de « labellisation » (ou en tout cas les garanties de qualité) des structures d’accueil,
  • la manière dont seront définies les activités physiques adaptées à but thérapeutique,
  • les protocoles à respecter, etc.

Autant de questions légitimes auxquelles devront répondre les décrets d’application de la loi Santé… Lire la suite

Ce débat durant lequel était présent notre partenaire Dynacare, est une occasion pour nous de vous proposer une sélection d’articles publiés sur notre site qui font écho aux idées développées par madame Valérie Fourneyron et qui montrent notre engagement et celui de nos partenaires depuis plusieurs années :

Sport sur ordonnance

La prévention des maladies des maladies chroniques non transmissibles par la lutte contre la sédentarité se décline en prévention primaire, secondaire et tertiaire. La sédentarité est le 4°facteur de risque de mortalité à l’échelle mondiale.

Le sport santé

Lutter contre l’inactivité physique permet de gagner des années de vie en bonne santé, de diminuer ou de prévenir les risques liés aux maladies chroniques.

Mooc Sport Santé

Nos formations en ligne (Mooc) pour promouvoir le sport santé.

Le Réseau Sport Santé Bien-être pour la Région Nord Pas-de-Calais
Le Guide Sport et Santé aux éditions Vidal

 

 

publicité

Fermer