Publicité

Algodystrophie du Sportif

L'algodystrophie

L’algodystrophie, appelée aussi Syndrome Douloureux Régional Complexe de type 1

L’algodystrophie, ou syndrome douloureux local complexe, ou algoneurodystrophie, survient dans près de 50% des cas suite à un traumatisme quelle que soit la localisation ou son intensité. On l’appelle aussi : syndrome douloureux régional complexe de type 1 (SDRC)

De caractère exceptionnel, il faut toutefois toujours y penser chez un sportif qui présente des douleurs post-traumatiques inhabituelles dans un tableau clinique hors du commun, malgré une bonne prise en charge initiale. Elle touche trois femmes pour un homme avec 20/100 000 sujets/an ( chiffre sous-estimé en raison du manque de diagnostic)

Circonstances de survenue

L’élément causal est un traumatisme,une intervention chirurgicale,une immobilisation ou des micro traumatismes

Les critères de diagnostic

  •  l’existence d’un événement nociceptif initiateur ou d’une cause d’immobilisation,
  • une douleur continue, allodynie (stimulus auparavant indolore devenu douloureux) ou hyperalgésie (telle que la douleur est disproportionnée par rapport à tout stimulus déclenchant),
  • l’apparition, à un moment ou un autre, d’un œdème, d’une altération de la vascularisation cutanée ou d’une anomalie de l’activité sudoromotrice dans la zone douloureuse,
  • ce diagnostic est éliminé par l’existence d’autres états qui pourraient rendre compte autrement du niveau de douleur et d’impotence.

 

La douleur chronique selon HAS 

 

Il est recommandé à tout professionnel de santé d’évoquer une douleur chronique dès lors que les critères de la définition ci-dessus sont retrouvés

Certains signes cliniques doivent alerter le professionnel :

  • douleur avec une composante anxieuse, dépressive ou autres manifestations psychopathologiques ;
  • douleur résistant à l’analyse clinique et au traitement a priori bien conduit et suivi, conformément aux recommandations en cours ;
  • douleur avec interprétations ou croyances du patient éloignées des interprétations du médecin concernant la douleur, ses causes, son retentissement ou ses traitements.

 Mieux connaître l’algodystrophie

Trois sous types :

  1. Troubles vasomoteurs prédominants
  2. Troubles sensitifs prédominants
  3. Tout en même temps dans de nombreuses symptomatologies

Evolution en trois phases

L’algodystrophie évolue en 3 phases. C’est en phase chaude que le médecin du sport devra évoquer devant une évolution inhabituelle post-traumatique cette pathologie très spécifique.

Attention des formes cliniques inhabituelles peuvent modifier la succession de ces phases

a) Phase Chaude

Il s’agit d’une phase inflammatoire qui associe :

  • une douleur globale articulaire
  • une limitation fonctionnelle articulaire
  • des signes inflammatoires vasomoteurs locaux
  • une hyperesthésie cutanée

Le début de cette perturbation de type circulatoire vasomoteur peut être immédiat post-opératoire ou survenir en phase de consolidation dans le cadre d’une prise en charge par rééducation fonctionnelle et kinésithérapie.

b) Phase froide

On parlera moins des phases froides ou des phases séquellaires, qui sont de découvertes tardives et qui associent souvent une impotence fonctionnelle étendue en loco-régional, avec une association de type syndrome post-traumatique anxiogène, et l’addition de perturbations psychologiques.

c) Phase de chronicité

Une algodystrophie sur 5 passe en phase invalidante et chronique avec de véritables handicaps et une désocialisation possible mais surtout avec de nombreux problèmes d’ordre psychologiques

Les étiologies

Toujours y penser permet de retrouver les facteurs favorisants. On se rappelle que tout traumatisme mineur, majeur, quelle que soit l’articulation, quelles que soient les circonstances de survenue, et quel que soit le traitement, peut provoquer le déclenchement d’une algodystrophie.

Les facteurs favorisants sont :

  • un terrain psychique particulier qui peut paradoxalement être lié à une attitude anxieuse initiale jusqu’au contraire à une attitude d’hyperactivité chez un sportif désirant une guérison plus rapide que d’ordinaire
  • une immobilisation prolongée
  • un arrêt de travail concomitant au traumatisme additionnant repos sportif et inoccupation inhabituelle
  • un non-respect de l’impotence fonctionnelle lors de la prise en charge initiale
  • une kinésithérapie trop agressive ou au contraire trop lascive
  • un repos ou un traitement non respecté
  • mais aussi les migraines, l’asthme, les problèmes menstruels, les neuropathies et la prescription d’IEC ………

Toutes les étiologies n’ont aucune valeur si le médecin n’y pense pas systématiquement devant une évolution clinique inhabituelle.

Examens cliniques

Le sportif consulte souvent, muni d’une « brouette » d’examens complémentaires, tant il a vu de nombreux praticiens, voire frappé à de nombreuses portes de personnes pratiquant l’exercice illégal de la médecine !!!…

Personne n’y a pensé, donc il n’y a pas eu d’examen spécifique pour diagnostiquer cette algodystrophie.

En fonction du type on retrouve

  • une douleur intense polymorphe inhabituel de l’ensemble de l’articulation touchée, voire de l’ensemble du membre type « épaule/main ». Il existe une limitation fonctionnelle articulaire avec une raideur segmentaire
  • une hyperesthésie est retrouvée
  • des signes locaux, rougeurs, blancheurs, peau fine
  • un œdème englobe l’articulation douloureuse
  • une hypersudation ou une chaleur anormale par rapport au côté contre-latéral est retrouvée

Devant ces signes inhabituels, penser à l’algodystrophie, c’est demander des examens complémentaires.

Les Examens complémentaires

la radiographie standard

En phase chaude post-traumatique immédiate, les radiographies sont souvent normales. Par contre, au bout d’une évolution plus tardive, de plus de 1 mois, on retrouve des images systématiques et caractéristiques de déminéralisation loco-régionale de type moucheté. Le côté contre-latéral étant normal, on pense à une déminéralisation de type algodystrophie en éliminant
bien entendu les différents diagnostics différentiels (ostéoporose, tumeur osseuse, etc…)

Les examens de choix qui permettent d’établir avec certitude l’algoneurodystrophie sont :

  • la scintigraphie osseuse

Très sensible mais peu spécifique. Pour nous, le recours à cette exploration doit être systématique,
tant les signes d’hyperfixation sont évidents. Toutefois, il faut s’aider du contexte clinique pour affirmer l’algodystrophie en cas d’examen négatif à l’inverse se méfier aussi des diagnostics différentiels comme la fracture de fatigue.

  • l’IRM

Permet certes un diagnostic précoce et rapide en montrant des oedèmes, voir des perturbations
fracturaires trabéculaires, mais ces signes peuvent également être non spécifiques et pouvoir évoquer fracture de fatigue, ou périostite.

  •  Ostéodensitométrie

Afin d’éliminer un syndrome douloureux ostéoporotique

>>>Le bilan biologique n’est pas indispensable, mais permet d’évoquer un diagnostic différentiel. En tout état de cause, il n’existe pas de perturbation particulière.

 

 Conduites à tenir ; une prise en charge précoce

Quand le diagnostic d’algodystrophie ou de SDRC est évoqué avec certitude, il faut informer son patient sportif de la découverte de cette pathologie, en le rassurant et en l’informant que désormais son problème sera résolu. Cette approche psychologique joue un grand rôle dans le contexte clinique.

Le traitement visera alors à reprendre complètement les conduites antérieures avec une modification profonde de la prise en charge par une rééducation fonctionnelle et kinésithérapie  et balnéothérapie en préconisant dès que possible de l’activité physique.


  • la rééducation

Elle sera proposée en piscine, afin d’aider à la remobilisation fonctionnelle. On conseillera des
séquences régulières d’application de chaleur suivie de cryothérapie. L’électro-physiothérapie sera conseillée dans un premier temps, avec drainage lymphatique manuel ou mécanique (pressothérapie).

La kinésithérapie sera longue, progressive, dans le respect strict de la non-douleur. Progressivement, on pourra introduire un renforcement musculaire manuel, puis une mobilisation articulaire régionale et loco-régionale. Enfin, un travail proprioceptif et une réadaptation habituelle seront proposés. Le kinésithérapeute devra informer le médecin devant
toute évolution soit très lente soit régressive.

  •  la prise en charge médicamenteuse

De nombreux traitements sont proposés.

On luttera d’abord contre la douleur et l’œdème, selon le traitement classique en favorisant le paracétamol et l’application régulière de froid.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, déjà largement utilisés avant le diagnostic d’algodystrophie, sont rarement efficaces, même si on utilise leur effet antalgique.

>>>>>>>Les autres traitements sont non documentés ou inefficaces

– les bêtabloquants

L’Avlocardyl® est souvent utilisé, afin d’agir sur la composante anxieuse de l’algoneurodystrophie.
Seul, l’efficacité est limitée.

La calcitonine est le traitement le plus utilisé. Son action est souvent spectaculaire, même si le traitement est quelquefois mal supporté. On utilisera un traitement «d’attaque » sous forme d’injections sous-cutanées quotidiennes en injections lentes, de préférence le soir, avec la prise d’un anti-hémétique, pendant deux ou trois semaines, puis on continuera en fonction de l’évolution le traitement pendant plus de un mois à dose plus espacée.

– les anxiolytiques et antidépresseurs

Ils peuvent jouer un rôle complémentaire important puisqu’on lutte dans ce cas sur une des causes
de l’algodystrophie. Le médecin jugera de l’opportunité de la mise en place d’un vrai traitement en fonction du terrain. L’aide d’un psychothérapeute ou d’un psychiatre peut être utile à ce stade.

– les blocs intraveineux régionaux

Réalisés en milieu hospitalier, ils sont souvent utiles en période secondaire vers la transition de la phase fin, lorsque l’on a une extension loco-régionale inquiétante. Ils doivent être réalisés dès l’échec à la prise en charge initiale.

– l’activité physique

Véritable traitement, elle sera progressive et pérenne avec un suivi du médecin afin de conseiller le professeur APA et adapter le programme physique

– les autres traitements

On peut s’aider de tout ce qu’il existe à notre disposition pour combattre cette algoneurodystrophie handicapant fortement le sportif et pouvant briser une carrière chez un sportif de haut niveau. La mésothérapie, l’acupuncture, l’homéopathie, l’oligothérapie, la phytothérapie, restent des moyens complémentaires utiles mais insuffisants en monothérapie.

Chez les sportifs de haut niveau, on peut également conseiller une prise en charge globale dans le
cadre d’un centre de rééducation spécialisé pendant une durée de 3 semaines à un mois.

La prise en charge pluridisciplinaire et psychologique

S’adresse à tous les patients atteints de douleur chronique mais adaptée au SDRC1

Des associations dédiées à cette prise en charge peuvent vous aider

Lire aussi

  • La circulaire DGS/DH n° 94-3 relative à l’organisation de la prise en charge de la douleur chronique a défini pour les structures spécialisées quatre types d’activités
  • La circulaire DGS/DH n° 98-47 relative à l’identification des structures de lutte contre la douleur chronique rebelle11

Conclusion

Tout sportif, quel que soit son traumatisme ou son niveau de pratique, peut présenter une algodystrophie ou SDRC1.

Le médecin joue un rôle essentiel dans le cadre du diagnostic précoce.

La prise en charge, même si elle est très bien codifiée, doit être rigoureuse, longue, mais toujours efficace. Il faut éviter de multiplier les examens inutiles, qui par leur caractère anxiogène, viendront compliquer l’évolution de l’algoneurodystrophie.

La guérison passe par un soutien psychologique et l’assurance que les thérapeutes connaissent bien cette maladie.

Dès que le diagnostic est évoqué, par la réalisation d’une scintigraphie osseuse ou un IRM, le
traitement doit être instauré immédiatement.

Pour terminer, la meilleure prévention passe par une information du plan médico-sportif, et les repérages immédiats du profil du sportif blessé, dont son état antérieur psycho-émotif.

Ne partez pas sans lire sur notre site :

publicité

Fermer