Publicité

Anticoagulants et sport

anticoagulant

Les anticoagulants permettent de fluidifier le sang en gardant la même viscosité

D’une manière générale, un anticoagulant est une substance qui a pour propriété de limiter le potentiel de coagulation du sang et de le fluidifier. Le but est de prévenir la formation ou le développement de caillots sanguins, des thrombus.

Ces derniers en effet, sont susceptibles de provoquer une thrombose (ou une embolie) pulmonaire ou cérébrale.

 

Mieux connaitre les anticoagulants

Les dérivés de l’héparine : Administrés en injectable peuvent être utilisés en prévention d’un accident de la coagulation lors d’un déplacement en avion pour se rendre à une compétition

Les anticoagulants oraux  antivitamines K et anticoagulants nouveaux sont utilisés pour éviter la formation de caillot sanguin

Les anticoagulants sont le plus souvent prescrits pour un problème cardiaque.

Le risque majeur est donc l’hémorragie

Les contre-indications sportives

Héparine :

Attendre la fin du  délai d’efficacité pour pratiquer en raison du risque d’hémorragie par traumatisme (demandez conseil à votre médecin), surtout si l’injection a été faite dans le seul but préventif de l’embolie du transport aérien.

Anticoagulants oraux :

Les raisons de l’administration d’anticoagulants oraux :

1-      Ils sont administrés car le sportif présente par exemple une fibrillation auriculaire en prévention de l’AVC

Dans ce cas l’activité physique ou le sport sont autorisés, mais en évitant les sports de contact et les sports avec risque avéré de chute.

Tout est une question de bon sens et de prudence

2-      Ils sont administrés car le patient présente une maladie cardiaque sévère

Dans ce cas il est conseillé d’utiliser les possibilités  de l’éducation thérapeutique pour faire une activité physique adaptée ou de s’inscrire dans un groupe dit «  sport santé » avec un professeur APA qui connait la maladie et son traitement

 Attention le sport peut modifier la viscosité sanguine et donc avoir un effet sur les facteurs de coagulation donc l’efficacité des anticoagulants. Sous AVK il est conseillé de multiplier l’INR

Attention aussi en dehors des chutes et traumatismes, aux accidents musculaires qui saignent déjà naturellement. Il faut donc toujours agir selon le protocole GREC

Autre avertissement chez les sportifs : la prise de compléments alimentaires, d’antalgiques ou d’anti-inflammatoires qui n’est pas compatible avec un traitement par anticoagulant

Conduite à tenir en cas de chute ou traumatisme sous anticoagulants oraux

La prudence doit l’emporter : pas de sport à risque ou de sport inhabituellement pratiqué comme par exemple louer un vélo sans le port du casque.

Tout accident peut avoir des conséquences dramatiques

Alertez les urgences de votre état et de la prise de l’anticoagulant, prévenez vos proches ou vos compagnons de pratique.

Le sport est–il finalement autorisé ?

L’activité physique peut effectivement être conseillée  au cas par cas  mais le sport compétitif est déconseillé ainsi que les sports à risque.

L’avis du médecin est toujours recommandé et doit être suivi car en cas d’hémorragie au décours d’une pratique, la responsabilité du médecin peut être engagée sauf si ses conseils n’avaient pas été appliqués.

 

publicité

Fermer