Publicité

Arthrose de hanche et course à pieds

Le resurfaçage de la hanche

Le resurfaçage de la hanche, une alternative à un remplacement total

Retour à la course possible après resurfaçage de la hanche

Nicolas Fouilleron , MD ,  Guillaume Wavreille , MD ,  Nima Endjah , MDet;  Julien Girard , MD, PhD ( j_girard_lille@yahoo.fr )

Traduction Française automatisée –   Lindsey Konkel

(APM Santé) – Les coureurs de loisirs qui subissent un resurfaçage de la hanche, une alternative à un remplacement total de la hanche, peuvent être en mesure de revenir au sport après la chirurgie, selon une étude récente de la France .

Les chercheurs ont constaté que plus de 90 pour cent des patients qui ont eu un resurfaçage de la hanche et qui couraient avant la chirurgie ont recommencé à courir après.

«Je suis convaincu que la qualité de vie est fortement corrélée avec la possibilité de sports pour les jeunes patients », a déclaré l’auteur principal, le Dr Julien Girard, chirurgien orthopédiste à l’Hôpital universitaire de Lille France dans un email à Reuters Santé.

Destiné principalement aux adultes actifs âgés de moins de 60 ans, le resurfaçage de la hanche est une option pour les patients atteints d’arthrite aiguë qui veulent redevenir actif après la chirurgie.

Le resurfaçage de la hanche représente une fraction de l’ensemble des arthroplasties de la hanche aux Etats-Unis – environ cinq à 15 pour cent. Plus de 285.000 arthroplasties de la hanche sont effectuées aux États-Unis chaque année.

Au cours d’un resurfaçage de la hanche, un chirurgien enlève seulement les parties endommagées de la tête du fémur et la recouvre d’une capsule métallique, tout en remplaçant la hanche avec une tasse de métal.

En remplacement de la hanche classique, toute la tête du fémur est retirée et remplacée par un implant métallique, une coupelle en matière plastique remplace le cotyle.

Au fil du temps, l’implant peut parfois se desserrer, en particulier chez les patients qui participent à des activités, comme la course, qui a mis le stress répétitif sur le joint.

«De nombreuses études ont montré que les prothèses totales de hanche échouent chez les jeunes plus actifs qui veulent continuer à faire ce que leurs pairs font», a déclaré le Dr Harlan Amstutz, directeur fondateur de l’Institut des remplacements articulaires à Saint Vincent Medical Center de Los Angeles.  Amstutz n’a pas participé à l’étude en cours, mais il a déjà contribué à développer l’un des systèmes d’implants utilisés dans la recherche.

Pour cette nouvelle étude, les chercheurs ont suivi 36 hommes et 4 patientes, d’âge moyen 51, qui étaient les coureurs avant la chirurgie de la hanche. Un total de 43 resurfaçages de la hanche ont été réalisés sur 40 patients.
Au bout d’environ trois ans, 33 des 40 patients (36 sur 43 hanches) étaient encore en cours.

Les coureurs passent autant de temps – environ trois heures par semaine – à courir après la chirurgie comme avant. Leur kilométrage hebdomadaire a diminué de manière significative, cependant, d’environ 24 miles par semaine à 16 miles par semaine chez les patients de plus de 50 ans.  Selon le Pr Girard, certains patients âgés préférent passer aux sports à faible impact, comme la natation ou le vélo après la chirurgie.

Bien que les résultats suggèrent qu’un retour à la course est possible après resurfaçage de la hanche, l’étude n’a pas examiné les effets à long terme de l’usure de l’implant.  D’autres études ont montré que les patients peuvent maintenir un niveau élevé d’activité de 10 à 20 ans après la chirurgie.

L’exécution ne semble pas nuire à la longévité de l’implant, mais un suivi de plus de 20 ans est nécessaire pour tirer des conclusions définitives, dit le Pr Girard .

Les coureurs moins intenses peuvent également ne pas voir les mêmes résultats, a déclaré le Dr Michael Anderson, un spécialiste de remplacement articulaire à Aurora Sinai Medical Center de Milwaukee qui a vu un petit pourcentage de retour de joggeurs au sport après la chirurgie.  Pourtant, le resurfaçage de la hanche représente un choix intéressant pour les personnes actives. Un implant de resurfaçage de la hanche est plus facile de réviser ou réparer que le remplacement total de la hanche, selon les chercheurs.

Il se sent aussi plus naturel qu’une prothèse totale de hanche traditionnelle, selon Anderson, en partie parce que moins d’os est retiré de la tête du fémur dans le resurfaçage de la hanche.

« Le corps a une conscience plus normale que de la hanche, ce qui rend l’articulation plus en sécurité dans les sports avec beaucoup de course, de coupe et de torsion, » Anderson a déclaré à Reuters Santé.
SOURCE: bit.ly/x59xto American Journal of Sports Medicine, en ligne Février 1, 2012

Exécution Activité Après arthroplastie resurfaçage de la hanche: une étude prospective
1. Nicolas Fouilleron , MD ,
2. Guillaume Wavreille , MD ,
3. Nima Endjah , MDet
4. Julien Girard , MD, PhD ( j_girard_lille@yahoo.fr )
+Affiliations des auteurs
1. Service de Chirurgie Orthopédique, Hôpital Roger Salengro, Lille, France
2. Service de Chirurgie Orthopédique, Hôpital Roger Salengro, Lille, France
3. Département de médecine du sport, Université de Lille, Lille Cedex, France
4. Service de Chirurgie Orthopédique, Hôpital Roger Salengro, Lille, France

Abstrait

Contexte: La possibilité de revenir à des activités sportives (surtout en cours d’exécution) après arthroplastie de resurfaçage de la hanche semble être très important pour les patients jeunes et actifs qui ont développé l’arthrose.

But: Pour évaluer la qualité du retour au sport après une arthroplastie de resurfaçage de la hanche en examinant le temps passé à courir, kilométrage hebdomadaire, et la possibilité de retour à la compétition dans une série de patients.

Conception de l’étude : Les séries de cas; Niveau de preuve, 4.

Méthodes : Une étude prospective, série consécutive de 202 patients (215 hanches resurfaçages) a été évaluée à évaluer l’éventuelle reprise de l’activité en cours d’exécution (temps passé, kilométrage hebdomadaire, revenir à la compétition). De cette cohorte initiale, 40 patients (43 resurfaçages, 21%) pratiqué en cours d’exécution avant l’intervention. L’âge moyen à l’arthroplastie de resurfaçage de la hanche était de 50,7 ans (extrêmes: 31-61 ans). Aucun patient n’a subi une intervention chirurgicale de révision. Un questionnaire a été administré pour évaluer le nombre, le type et le niveau des activités sportives.Parmi les patients ayant pratiqué en cours d’exécution, nous avons déterminé, en préopératoire et au dernier suivi, leur kilométrage hebdomadaire et si elles étaient des concurrents.

Résultats:  Au dernier suivi, 33 des 40 patients (36/43 hanches) pratique encore courante ( P = .74), avec 91,6% d’entre eux la reprise fonctionnement. Le délai moyen de recouvrement moyen avant d’exécuter à un niveau jugé bon par les patients a été de 16,4 semaines (intervalle, 5-36 semaines). Le nombre de patients en cours d’exécution de plus de 4 heures par semaine est passée de 18 à 23. De même, le temps consacré à l’exécution au dernier suivi est resté élevé (en moyenne, 3,1 heures par semaine), sans différence statistiquement significative de la période préopératoire ( P = .54). En outre, les patients étaient toujours engagés dans une concurrence sans différence statistique entre les 2 périodes ( P= 0,82).

 Conclusion:

La course est possible après un resurfaçage de la hanche, et les coureurs peuvent même revenir à un niveau de compétition, mais cette courte période de suivi série de resurfaçage de la hanche chez les athlètes doivent être interprétée avec prudence en ce qui concerne la survie de l’implant.

Article original

Return to running possible after hip resurfacing

Fri Feb 10, 2012 3:01pm EST
Lindsey Konkel
(Reuters Health) – Recreational runners who undergo hip resurfacing, an alternative to a total hip replacement, may be able to return to the sport after surgery, according to a recent study from France.
Researchers found that more than 90 percent of hip resurfacing patients who ran before surgery resumed running afterwards.
« I’m convinced that quality of life is strongly correlated with sports possibility for younger patients, » said lead author Dr. Julien Girard, an orthopedic surgeon at Lille University Hospital in France in an email to Reuters Health.
Intended primarily for active adults younger than 60, hip resurfacing is an option for patients with severe arthritis who want to return to being active after the surgery.

Hip resurfacing represents a fraction of all hip replacement procedures in the United States — roughly five to 15 percent. More than 285,000 hip replacements are performed in the U.S. each year.
During hip resurfacing, a surgeon removes only the damaged parts of the head of the femur bone and covers it with a metal cap, while replacing the hip socket with a metal cup.
In conventional hip replacement, the entire head of the femur is removed and replaced with a metal implant; a plastic cup is replaces the hip socket.
Over time, the traditional implant can wear and loosen, especially in patients who participate in activities, such as running, that put repetitive stress on the joint.
« Numerous studies have shown that total hip replacements fail in younger more active people who want to continue doing what their peers are doing, » said Dr. Harlan Amstutz, founding director of the Joint Replacement Institute at Saint Vincent Medical Center in Los Angeles.
Amstutz was not involved in the current study, though he previously helped develop one of the implant systems used in the research.
For the new study, researchers followed 36 male and 4 female patients, average age 51, who were runners before hip surgery. A total of 43 hip resurfacings were performed on the 40 patients.
At the end of about three years, 33 of 40 patients (36 of 43 hips) were still running.
The runners spent a similar amount of time — about three hours per week –running after the surgery as they had before. Their weekly mileage decreased significantly, however, from about 24 miles a week to 16 miles a week among the patients over age 50.
According to Girard, some older patients preferred to switch to lower impact sports, such as swimming or biking after the surgery.
While the results suggest that a return to running is possible after hip resurfacing, the study did not look at the long-term effects of wear on the implant.
Other studies have found that patients can maintain a high level of activity for 10 to 20 years after surgery.
Running doesn’t appear to harm the longevity of the implant, but a follow-up of more than 20 years is necessary to draw firm conclusions, Girard said.
Less intense runners also may not see the same results, said Dr. Michael Anderson, a joint replacement specialist at Aurora Sinai Medical Center in Milwaukee who has seen a smaller percentage of joggers return to the sport after surgery.
Still, hip resurfacing represents an attractive choice for active individuals.
A hip resurfacing implant is easier to revise or repair than a total hip replacement, researchers said.
It also feels more natural than a traditional total hip replacement, according to Anderson, in part because less bone is removed from the head of the femur in hip resurfacing.
« The body has a more normal awareness of that hip, which makes the joint feel more secure in sports with a lot of running, cutting and twisting, » Anderson told Reuters Health.
SOURCE: bit.ly/x59xto American Journal of Sports Medicine, online February 1, 201

 

Arthrose et sport : de la hanche au genou
Diaporamas Traumatologie du Sport
Arthrose et sport : de la hanche au genou
Auteur(s) : Dr Julien Girard / Version : 2009
Pdf : 742.0 KB / 1041 Téléchargement(s)
Licence : © Reproduction interdite / A usage personnel uniquement

Ne partez pas sans lire sur notre site :

publicité

Fermer