Publicité

Bougez… et le tabac

Fumer tue !

Le sport peut aider à optimiser le résultat d’une cure anti-tabac

« Fumer tue » C’est une grande cause de décès évitable, au même titre que la sédentarité.

Bougez c’est la santé……

Le rôle de l’activité physique

Règles d’or  N°7

Je ne fume jamais pendant l’heure qui précède ni les deux heures qui suivent une pratique sportive.

Pratiquer une activité physique ou sportive aide à limiter le tabagisme et ses dangers. Le sport peut également aider à optimiser le résultat d’une cure anti-tabac pour arrêter de fumer.

Pratiquer une activité physique ou sportive permet de maintenir une bonne aptitude cardiaque à l’effort, et d’entretenir une bonne capacité respiratoire.

La pratique d’une activité physique et sportive régulière ne doit pas servir d’alibi pour continuer de fumer. Cela n’empêchera en aucun cas la survenue de maladies graves et de cancer du poumon.

Le sport est-il un remède et évite-t-il la prise de poids potentielle en lien avec le sevrage tabagique? 

En moyenne pour le même profil, les fumeurs pèsent deux kilos de plus que les non-fumeurs en raison de l’action de la nicotine sur l’organisme.

Ne vous mettez pas au régime en même temps que l’arrêt du tabac mais adaptez votre alimentation en réduisant la prise d’alcool et les aliments gras,  et SURTOUT BOUGEZ PLUS !!!!!

Oui : Le sport permet d’évacuer le stress et d’améliorer la tolérance du syndrome de manque. La dépense énergétique induite par l’activité permet de prévenir la prise pondérale. L’arrêt de la cigarette induira dans les semaines suivantes, une amélioration de la tolérance à l’effort et souvent une amélioration réelle des performances. Mais cette amélioration n’est pas immédiate, et les méfaits de l’intoxication tabagique restent présents, exposant à des risques cardiaques latents (ischémie, angor, trouble du rythme). C’est la raison pour laquelle, il est fortement recommandé de réaliser un bilan cardiologique voire un test d’effort après 40 ans, lors d’une reprise sportive ou une accentuation de l’activité.

Non : Ce n’est pas l’arrêt du tabac qui va vous rendre sportif. Ne vous imposez pas à une nouvelle activité peu attrayante qui ne ferait qu’augmenter votre stress et mal-être. Une alternative existe, c’est l’activité physique : la marche, le vélo promenade, la natation … A chaque utilisation des transports en commun ou de votre voiture, posez-vous la question «puis-je y aller à pied ou en vélo ? », « puis-je prendre les escaliers et non l’ascenseur » ?

Le saviez-vous ?? Le point sur les bénéfices de l’arrêt du tabac

Après la dernière cigarette :

  • 20 minutes   ==> la pression sanguine et la fréquence cardiaque redeviennent normales
  • 8 heures ==>l’oxygénation des cellules redevient presque normale
  • 24 heures==> le corps commence a se réadapter et ne contient plus de nicotine
  • 48 heures==> les terminaisons gustatives se régénérent et vous retrouvez un peu du goût et odorat
  • 72 heures==> la respiration s’améliore
  • 2 semaines à trois mois==> la toux, l’encombrement bronchique et la fatigue diminuent
  • 1 à 9 mois==>  on devient moins essoufflé
  • 1 an ==> le risque cardiaque en lien avec le tabac diminue
  • 5 ans==> le risque de cancer du poumon en lien avec le tabac diminue de moitié
  • 10 à 15 ans==> votre espérance de vie redevient presque à l’identique qu’une personne n’ayant jamais fumer et ayant les mêmes facteurs de risque que vous.

Sources : j’arrête de fumer tabac info service

Focus sur des maladies du « tabac »

1) Les cancers des Voies Aéro Digestives Supérieures

Les cancers des voies aérodigestives supérieures (aussi appelés « cancers des VADS ») sont les cancers qui touchent la bouche, le pharynx, le larynx et les sinus de la face. Ces tumeurs se situent au carrefour des voies destinées à l’alimentation et à la respiration. Elles touchent ainsi des zones et des fonctions essentielles à la vie quotidienne, à la fois pour respirer, avaler, parler et entendre.

Un triste record en Nord-pas-de Calais et aussi en Hauts-de-France

Les cancers de la cavité buccale sont des cancers graves, mutilants et souvent méconnus. Avec 6 600 nouveaux cas et plus de 1 500 décès chaque année, la France est un des pays d’Europe les plus touchés. Environ 70% des cas sont détectés à un stade avancé, avec notamment des séquelles importantes ; 60% des sujets atteints meurent dans les 5 ans. Les trois quarts de ces cancers sont liés à une consommation excessive de tabac et d’alcool.*

La région Nord Pas-de-Calais est même à la 1ère place mondiale en termes de mortalité par cancer des VADS !*

Selon l’ORS (Observatoire Régional de la Santé), on meurt pratiquement 2 fois plus des suites d’un cancer VADS dans le Nord – Pas de Calais que dans le reste de la France.

Quelques chiffres régionaux :
Mortalité tous âges (Indice Comparatif de Mortalité)

Hommes Femmes
France Métropolitaine 100 100
Nord-Pas de Calais 187 132
Nord 184 129
Pas-de-Calais 191 138

Les cancers de la cavité buccale sont parmi les seuls au monde, qui n’ont pas connu d’augmentation du taux de survie depuis 30 ans.

2) La Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive

Le tabagisme (15% des fumeurs développeront une BPCO) qui banalise la toux du fumeur qui lui-même est peu actif.

L’âge, l’inactivité, le surplus de travail l’augmentation du nombre de cigarettes/jour sont autant d’alibis pour «excuser» cette toux et cette difficulté de bouger. C’est l’une des causes du diagnostic tardif de la BPCO qui touche les adultes après 45 ans hommes mais aussi femmes qui habitent en ville et pratiquent peu d’activités physiques.

Le diagnostic précoce permet de recommander l’arrêt du tabac qui aura pour effet de diminuer fortement les effets néfastes de la BPCO.

 

A lire aussi

 

publicité

Fermer