Publicité

Colloque national de réflexions Sport Santé


Lille – Nouveau Siècle Samedi 27 novembre 2010 Le 15e Congrès de Médecine et Kinésithérapie du Sport du Nord de France s’est déroulé au Palais du nouveau siècle à Lille le Samedi 27 Novembre 2010, organisées conjointement par l’IRBMS 59/62 (Institut Régional du Bien-être, de la Médecine et du Sport santé), l’ARFORMES 59/62 (Association Régionale de Formation Médicale Continue en Médecine du Sport ) et la Société du Nord de Médecine du Sport.

En matinée s’est tenu un Colloque National de réflexion sur les enjeux du sport santé, présidé par le professeur Philippe-Jean Parquet Président de l’IRBMS et avec les interventions du Docteur Jean-Luc Grillon, Président de la SF2S (Société Française Sport Santé), du Docteur Patrick Bacquaert, médecin chef de l’IRBMS et membre du bureau de la SF2S et de Monsieur Pascal Forcioli Directeur de la Santé Publique de l’ARS Nord/Pas-de-Calais en charge de la prévention des risques sanitaires.

Le Professeur Gilbert Pérès et le Docteur Karim Belaid ont contribué au débat avec le Président du CROS.

Les enseignements d’une telle réunion sont riches en montrant tout le chemin qui reste à parcourir pour mettre en place une politique concertée et harmonieuse en rassemblant tous les acteurs dans un même réseau sport santé. C’est d’ailleurs l’une des missions de la SF2S (Société Française Sport Santé) en harmonie avec les structures régionales.

Nous avons retenu la volonté de l’ARS Nord-Pas-de-Calais qui désire engager ce programme d’application « bouger pour sa santé dans un environnement plus accessible et mieux identifié par la réduction des risques sanitaires, de la mortalité prématurée et évitable et l’amélioration de l’accès aux soins » au sein du futur Projet Régional de Santé.

Intervention du Professeur Philippe-Jean Parquet

Président de l’IRBMS

– Quelle est la place de la préoccupation de la santé dans la perception de l’utilité de l’activité physique ? – La gestion de sa propre vie passe par la responsabilité collective et individuelle. – Le patient devient son propre expert ; mais qui forme cet expert ? – Mise en place d’un suivi et d’un accompagnement pour permettre une autorégulation – Approche citoyenne pour l’ensemble d’une population. – Développer les bonnes pratiques et évaluer celles-ci.

Intervention de Monsieur Daniel Forcioli

Directeur de la Santé Publique de l’ARS Nord/Pas-de-Calais

Le sport santé est un ensemble d’objectifs dont la prévention, l’organisation des soins à partir du médecin traitant, la place particulière des médecins du sport, les établissements de santé et la rééducation post traumatique ou de pathologies chroniques. Intégration dans des programmes croisés comme « bien vieillir ». Respect de la loi HPST. Place de l’activité physique dans le paysage médico-social en intervenant sur le handicap physique ou mental.

Le plan stratégique régional de santé doit : – Réduire les risques sanitaires. – Réduire la mortalité prématurée évitable. – Améliorer l’accès aux soins par l’information, la communication, le dépistage et le suivi. – Dépistage renforcé des troubles nutritionnels chez les jeunes enfants. L’axe majeur du sport santé est donc d’améliorer l’accessibilité de tous au sport santé en éduquant, informant et orientant les patients. Relever le défi en élaborant des fiches pratiques et techniques de prévention par la pratique d’une activité physique en prenant en compte les 4 territoires du Nord Pas de Calais et leurs zones d’extensions pour mieux correspondre aux indicateurs locaux et aux inégalités de santé. Pour mieux connaître les enjeux : www.ars.nordpasdecalais.sante.fr

Intervention du Docteur Patrick Bacquaert

Médecin chef de l’IRBMS et membre du bureau de la SF2S

Les bienfaits du sport santé ne sont plus à démontrer toutefois il est toujours bon de les rappeler. Depuis la mise en place des Parcours du cœur de nombreux programmes ou rapports ont vu le jour faisant prendre conscience à tous de cet enjeu de santé publique. Il est important d’établir un glossaire des définitions de la sédentarité, de l’inactivité,de l’activité physique favorable ou non à la santé, etc. Les bienfaits sont nombreux et agissent sur le bien-être physique et moral en prévenant aussi du cancer. Les pratiques proposées doivent être codifiées selon les pathologies ou les publics et surtout ne pas entraîner de risques supplémentaires sur la santé et ne pas augmenter le risque de mort subite. Il s’agit d’une collaboration pluridisciplinaire autour d’un réseau sport santé identifié. L’IRBMS par son site www.irbms.com avec ses 4000 visiteurs/jour peut être un outil à la disposition d’un réseau.

Consulter l’intervention du Dr Bacquaert : Mieux connaître les enjeux du sport santé. [Pdf, 45 pages, 1,6 Mo].

Intervention du Docteur Jean Luc Grillon

Président de la SF2S

Les preuves scientifiques nombreuses liant positivement l’activité physique et la santé « Expertise collective de l’Institut National de la Santé Et de la Recherche Médicale : Activité physique : contextes et effets sur la santé, 2007 » imposent une réorientation des services de santé (promotion et éducation pour la santé par et pour le sport) visant le bien-être et la qualité de vie par la participation sociale et la gestion active de son capital santé. Une planification régionale « sport santé » (composante du projet régional de santé) adaptée aux situations, compréhensible par la population et en mesure de susciter l’adhésion pourrait, en réponse à ce besoin émergent, être initiée, pilotée, financée et évaluée au sein des instances de l’Agence Régionale de Santé (Conseil de Surveillance, commissions de coordination des politiques publiques de santé, Conférence Régionale de la Santé et de l’Autonomie et conférences de territoires).

Consulter l’intervention du Dr Grillon :

Le projet régional de santé pourrait ainsi comporter :

– Un volet spécifique « Sport santé » inscrit au sein du plan stratégique régional de santé et décliné par les groupes de travail (exemple en Champagne-Ardenne : handicap et vieillissement, gestion des risques sanitaires, périnatalité et petite enfance, maladies chroniques hors vieillissement, et enfin santé mentale et souffrance psychique).

Une planification régionale interinstitutionnelle sanitaire, médico-sociale et sociale « Sport santé », reprenant et articulant les programmes nationaux et territoriaux comportant un volet activité physique et déclinée au sein des 3 schémas d’organisation (prévention, organisation des soins et organisation médico-sociale) et des 5 programmes (Gestion du risque, Programme Régional et Interdépartemental d’Accompagnement, Programme Régional d’Accès à la Prévention et aux Soins, télémédecine, Programmes territoriaux) de l’Agence Régionale de Santé.

L’amélioration des pratiques et la coopération entre professionnels, le développement et l’utilisation des ressources locales dans un triple objectif de réduction des inégalités, de complémentarité et de cohérence territoriales, permettraient, par l’organisation pour chacun d’un projet sportif personnalisé visant l’autonomie au sein du parcours de vie et/ou de soins, une prise en charge au bon endroit, par le bon professionnel et avec le bon réseau de soutien, dans une logique de gradation adaptée aux besoins de la personne et respectant le rôle et la place du médecin traitant et des autres acteurs.

Le « schéma régional sport santé : bouger pour sa santé dans un environnement sain », le « réseau régional sport santé » et, au niveau individuel, le « parcours sport santé » ou « parcours prévention-santé autour du projet sportif personnalisé » et le « bilan sport santé », outil et support de travail de l’éducateur médico-sportif, nouvelle profession intermédiaire pérennisée au Québec (kinésiologue). Valorisation de la responsabilité sociétale (norme ISO 26.000) de l’Agence Régionale de Santé Elle s’appuierait sur :

– L’économie nette de plus de 250 euros générée par an par personne remise à l’activité physique.

– Le poids économique considérable des activités physique et sportives.

– L’accès (y compris des personnes atteintes de maladies chroniques, de maladies rares ou en situation de handicap physique, mental ou social) à la santé, à l’éducation et aux loisirs (Déclaration des Droits de l’Homme, Déclaration des Droits de l’Enfant)

– La promotion de la mobilité douce : marche, vélo (axe 14 du Plan National Santé Environnement)

– Les programmes nationaux « Nutrition Santé », « Bien Vieillir », « Amélioration de la Qualité de Vie des personnes atteintes de Maladies Chroniques », « Alzheimer », « cancer », « Sport », « Santé et Insertion », « Santé et Environnement », « Santé Scolaire », « Santé au Travail »,….

– Les recommandations du rapport « Retrouver sa liberté de mouvement » de la commission « Prévention, Sport et Santé » présidée par le Pr Jean-François Toussaint et réunie, à la demande de madame la ministre de la Santé et des Sports d’avril à octobre 2008.

– Le Projet Régional de Santé (plan stratégique régional de santé, les 3 schémas d’organisation et les 5 programmes) mis en œuvre dans le cadre de la loi du 21 juillet 2009 réformant l’Hôpital et relative aux Publics, à la Santé et aux Territoires (HPST). – Le « parcours sport santé » est structuré en 4 étapes selon le mode d’organisation des parcours de soins et des parcours de vie (diagnostic – mise en route des mesure hygiéno-diététiques préventives et des soins de support en les adaptant aux demandes, aux besoins de santé des publics, mais aussi aux offres de proximité – suivi – récupération plus ou moins complète – guérison éventuelle – restauration de l’autonomie dans la vie quotidienne).

Lire aussi :

publicité

Fermer