Publicité

Dr Frédéric Maton

Docteur Maton, vous êtes médecin du sport et nutritionniste du sport. Vous êtes membre et rédacteur à l’IRBMS et par ailleurs médecin à l’unité médicale du CREPS de Wattignies (59) et médecin des équipes de France d’aviron à la FFA.

1/ En quoi vos activités dans le sport de haut niveau peuvent être utiles aux visiteurs du site irbms.com  ?

Le suivi médicosportif des sportifs de haut niveau est pluridisciplinaire (diététique, physiologique, médical, psychologique…), orienté vers la prévention santé et la recherche de performance. Le site de l’IRBMS me permet de faire connaître ce suivi spécifique des sportifs, le rendre accessible à tous sportifs amateurs, et faire part de mon expérience.

L’IRBMS me permet également de décliner cette expérience aux pratiquants d’activité physique de loisir, dans un but de santé et de bien-être. Je suis convaincu que la prévention est indispensable, pour prévenir les blessures des sportifs, comme pour sécuriser la pratique des activités physiques. Cela passe d’abord par des choses simples : le respect d’une hygiène de vie, le choix de son matériel sportif, une bonne hydratation, une récupération adaptée.

Le site de l’IRBMS évoque les facteurs de performance, autres que l’entraînement lui-même, pour qu’ils soient utiles à tous les sportifs, tant pour leurs performances que pour leur santé. Les articles et les témoignages de nos champions l’attestent.

En collaboration avec le site de la Société Française de Nutrition du Sport, j’insiste également sur l’intérêt d’une alimentation adaptée comme facteur de performance. Si l’équilibre alimentaire est un indicateur évident de santé, certaines adaptations permettent aux sportifs de s’épanouir pleinement dans leur discipline.

2/ Comment distinguer les bénéfices réels des compléments alimentaires des effets annoncés par les sollicitations marketing ?

Les sollicitations marketing sont toujours difficiles à contrer, car elles bénéficient d’un budget promotionnel important. La vente de compléments alimentaires est une réelle économie en France (et ailleurs). Même si l’Europe contrôle les allégations, ce contrôle ne peut être exhaustif.

Les compléments alimentaires répondent à un besoin spécifique de l’organisme, pour compenser une carence par exemple. Il faut sortir de l’idée qu’en se « shootant » de vitamines et minéraux, le sportif sera plus performant ou en meilleure santé ! On peut dire de même pour les protéines qui sont loin d’être la solution miracle pour prendre de la masse musculaire.

Les études scientifiques démontrent qu’une alimentation équilibrée et adaptée à la dépense énergétique du sportif va lui permettre de « performer ». Ce socle d’alimentation adaptée est indispensable et aucun complément alimentaire ne sera efficace s’il n’est pas instauré.

De part mon expérience chez les sportifs de haut niveau, et quelque soit leur objectif de performance, de prise de masse, de perte de poids… je reste convaincu de la nécessité absolue de cet équilibre alimentaire adapté. Je ne suis pas « anti » complément alimentaire. Il m’arrive d’en conseiller, mais dans un objectif bien précis… C’est aussi la mission de la SFNS que de défendre le bon usage des compléments alimentaires.

3/ La prise en charge médicale de sportifs utilisant ou ayant utilisé des produits dopants nécessite-t-elle une formation particulière ?

Oui, car cela nécessite bien plus que la connaissance des effets secondaires des produits dopants. D’autant plus qu’on retrouve parfois une mauvaise information, relayée par la presse ou des sites Internet. Il faut également être vigilant et suivre l’actualité des produits dopants.

Il faut avant tout savoir conseiller en amont d’une prise de produits dopants, ce qui justifie de connaître les facteurs de vulnérabilité, les facteurs de risque qui peuvent conduire un sportif au dopage, et de façon plus large, détecter les conduites dopantes pour mieux les prévenir. Ces conduites dopantes sont bien plus fréquentes que le dopage sportif, mais peuvent être le premier pas vers ce dopage. Tout le monde est concerné, dans la vie de tous les jours, généralement de façon insidieuse.

Le conseil aux sportifs doit être en adéquation avec la législation, pour la rédaction des AUT par exemple. Cette connaissance de terrain permet une action éducative et préventive. 

Docteur Frédéric Maton

"Je suis convaincu que la prévention est indispensable, pour prévenir les blessures des sportifs, comme pour sécuriser la pratique des activités physiques".

Quelques références biographiques…
  • IRBMS Institut de Recherche du Bien-être, de la Médecine etdu Sport santé : médecin chargé des actions de prévention sport santé, animation du site internet, actions de formation et conférences (depuis 1995).
  • CREPS de Wattignies : médecin chargé du plateau technique depuis 1999, épreuves d’évaluation des performances (VO2Max), suivi nutritionnel des sportifs de haut niveau.
  • AMPD Antenne Médicale Prévention Dopage de Lille – Nord Pas-de-Calais : médecin de l’antenne, chargé des actions de prévention du dopage et des conduites dopantes (depuis 2007).
  • FFA Fédération Française d’Aviron: médecin des équipes de France (depuis 2008), médecin du groupe olympique London 2012.
  • FFC : Médecin en charge du suivi médical et physiologique réglementaire (PTMS) des cyclistes régionaux 1ere catégorie, élites 1 et 2.
  • Hôpital Pitié Salpétrière : praticien attaché, service de médecine et physiologie du sport (2005 à 2009).
  • SFNS Société Française de Nutrition du Sport : Président de la SFNS (depuis 2006).
  • FFP Fédération Française de Parachutisme : Assermenté pour l’aptitude médicale à la pratique du parachutisme sportif.
  • Faculté de médecine Paris IV, Faculté de médecine Lille II, Faculté catholique de Lille : chargé de cours post universitaires en médecine du sport et nutrition (depuis 1995).
Quelques références bibliographiques…

 

publicité

Fermer