Publicité

Ephédrine, pseudo éphédrine et dopage sportif

L'éphédrine

L'éphédrine : En cas de contrôle anti-dopage, déclarez votre traitement au préleveur lors de la rédaction du procès verbal, en le justifiant par l’ordonnance de prescription.

De nombreux médicaments contiennent de l’éphédrine. Ces médicaments sont souvent en vente libre, sans ordonnance, ce qui expose d’autant plus au risque de positiver un contrôle en cas d’automédication.

Qu’est-ce que l’éphédrine ?

L’éphédrine est une substance interdite en compétition, inscrite dans la catégorie des « stimulants« .

L’éphédrine fait partie des nouvelles substances spécifiées dans la liste des produits interdits en compétition. L’éphédrine reste par contre autorisée à l’entraînement.

L’éphédrine est présente dans de nombreux médicaments, en particulier à visée ORL, utilisés dans le traitement de pathologies communes (angine, rhinopharyngite…) sous forme de spray collutoire, pastilles à sucer, sirop anti-tussif…

La consommation d’éphédrine se traduit par une élimination urinaire, dont le dosage est un reflet de la dose ingérée. On définit ainsi sur le plan international, un seuil de positivité pour une concentration urinaire de 150µg/ml.

Il est rare, mais possible, que les doses habituellement prescrites dans les traitements ORL puissent atteindre ce seuil de positivité lors d’un contrôle anti-dopage. La prudence reste de rigueur, car ce seuil peut toutefois être atteint chez certaines personnes dans le 6 à 20 heures après la prise. Ce seuil est généralement atteint pour des doses absorbées de 240µg.

Médicaments contenant de l’Ephédrine

De nombreux médicaments contiennent de l’éphédrine. Ces médicaments sont souvent en vente libre, sans ordonnance, ce qui expose d’autant plus au risque de positiver un contrôle en cas d’automédication. Rappelons que la délivrance sans ordonnance d’un médicament n’implique pas qu’il soit exclu de produit dopant, ni même d’effet secondaire. Chaque sportif doit donc être vigilent, et se rapprocher d’un avis médical devant tout traitement.

Le Saviez-vous ?

Les principaux médicaments courants contenant de l’éphédrine appartiennent à la classe des décongestionnants, utilisés lors des rhino-pharyngites, rhume, angine, grippe… Exemple : Actifed®, Sudafed®, Rhinadvil®, Rhinoreflex®, Anadvil®, Sulfuryl®, Humex®, Dolirhum®…

 

Quelles précautions prendre ?

Il est toujours préjudiciable de positiver un contrôle anti-dopage à l’éphédrine, à cause d’un traitement pris pour une réelle pathologie ORL. Ceci d’autant plus que ces pathologies ORL communes sont particulièrement fréquentes, et l’automédication trop souvent banalisée.

On peut proposer les recommandations suivantes :

  • Evitez l’automédication, même pour des médicaments qui paraissent anodins, en vente sans ordonnance. Restez méfiants face aux conseils des pharmaciens qui ne sont pas toujours formés sur la liste des médicaments interdits aux sportifs, ni sur la législation anti-dopage.
  • Privilégiez les médicaments alternatifs, qui présentent des effets similaires, mais ne contenant pas d’éphédrine.
  • En absence de traitement alternatif, l’utilisation d’un médicament contenant de l’éphédrine est autorisée à l’entraînement. Respectez les doses prescrites par votre médecin, et arrêtez votre traitement 24H avant la compétition.
  • En cas de contrôle anti-dopage, déclarez votre traitement au préleveur lors de la rédaction du procès verbal, en le justifiant par l’ordonnance de prescription.
  • Consultez un médecin du sport pour tout problème de santé, même mineur. Un médecin du sport est plus compétent pour identifier les médicaments interdits chez le sportif.
  • Vérifiez l’absence de produit interdit en utilisant le site du Ministère : www.santesport.gouv.fr Vous pouvez aussi consulter des fiches sur d’autres produits interdits dont salbutamol et la Charte Ethique et Prévention Dopage

Avertissement concernant l’éphédrine :

En janvier 2002, les autorités de la santé au Canada ont décidé d’interdire certaines préparations à usage oral à base d’éphédrine. Il s’agissait notamment de préparations contenant aussi de la caféine, de préparations dont la dose unitaire (par ex. par comprimé) est supérieure à 8 mg d’éphédrine, et de préparations dont la dose recommandée est supérieure à 8 mg d’éphédrine par prise ou à 32 mg d’éphédrine par jour.

Cette décision était basée sur plusieurs rapports d’effets indésirables graves, tels accidents vasculaires cérébraux, arythmies, infarctus du myocarde et convulsions. Par ailleurs, les résultats publiés récemment d’une étude randomisée contrôlée par placebo en « cross-over », effectuée chez 15 volontaires sains, montrent un risque accru d’allongement de l’intervalle QT et d’augmentation de la pression artérielle après la prise d’une seule dose d’un supplément alimentaire contenant entre autres de l’éphédrine (12 mg par dose unitaire) et de la caféine (40 mg par dose unitaire) [JAMA 291 : 216-221 (2004 )].

Source : Communiqué par le Centre de Pharmacovigilance, Avril 2004. A noter l’éphédrine est interdite pour des seuils urinaires dépassant 10µg/ml

 

  • Prévention Dopage Lille/Wattignies

    Ampd
    L’Antenne Médicale de Prévention du Dopage est à l’écoute du public pour informer et conseiller (+ d'infos) :

    Téléphone : 03.20.62.08.17
    Courriel : sos@ledopage.fr
    Consultation : sur rendez-vous.
  • Tous concernés par le Dopage !

    > Brochure version papier : commander

    > Brochure version Pdf : télécharger

    La prévention du dopage

publicité

Fermer