Publicité

Epilepsie et sport

Visitez le site de Dynacare

Cet article vous est proposé en partenariat avec Dynacare

L'épilepsie

L’épilepsie peut se réduire grâce à votre sport !

L’épilepsie représente un handicap lourd avec des conséquences sociales non négligeables alors que la moitié des patients sont des enfants et que la crise peut être unique, non pérenne, sous forme d’une absence ou au contraire généralisée et répétitive.

Le traitement permet souvent de contrôler la maladie et de permettre la pratique d’activités physiques ou sportives

 

Cet article est réalisé selon les sources de Ligue internationale contre l’épilepsie ILAE

 

Classifications des sports en trois groupes

Les personnes atteintes d’épilepsie (PWE) sont souvent  exclues de participer à des sports, principalement en raison de la peur, la surprotection et l’ignorance au sujet des avantages et des risques spécifiques associés à ces activités.

Les données disponibles suggèrent que l’exercice physique et la participation active dans le sport peuvent apporter une évolution  favorable de la maladie.

Ce document de consensus préparé par la Ligue internationale contre l’épilepsie (LICE) Groupe de travail sur le sport et l’épilepsie offre une orientation générale concernant la participation de PWE à des activités sportives, et fournit des suggestions sur la délivrance des certificats médicaux d’aptitude liés à la participation dans différents sports.

Les sports sont divisés en trois catégories en fonction du risque potentiel de blessure ou de mort où devrait survenir une crise: le groupe 1, le sport sans risque supplémentaire significatif; le groupe 2, les sports à risque modéré à PWE, mais aucun risque pour les spectateurs; et le groupe 3, le sport avec risque majeur.

Les facteurs à prendre en considération au moment de conseiller si un PWE peut participer à des activités spécifiques comprennent le type de sport, la probabilité d’une crise survenant, le type et la gravité des crises, les facteurs déclencheurs de saisie, le calendrier habituel de la survenue de convulsions, et l’attitude de la personne à accepter un certain niveau de risque.

Attention le Groupe de travail sur le sport et l’épilepsie considère ce document comme un travail en cours d’être mis à jour en tant que données supplémentaires deviennent disponibles.

 

Groupe 1

  • Athlétisme sauf saut à la perche
  • Judo, lutte
  • Sports collectifs
  • Golf
  • Sports de raquette dont tennis, tennis de table ,squash
  • Cardio training
  • Danse

Groupe 2

  • Tir à l’arc
  • Ski alpin et nautique
  • Canoé- Kayak
  • Boxe, Karaté
  • Escrime
  • Gymnastique
  • Cyclisme
  • Hockey
  • Patinage
  • Natation

Groupe 3

  • Escalade
  • Plongeon
  • Courses hippiques
  • Sports mécaniques
  • Parachutisme
  • Saut à ski
  • Voile en solitaire
  • Surf
  • Planche à voile

 

Les sports de groupe 1 sont permis mais nécessitent l’avis du médecin

Les sports du groupe 2 nécessitent l’avis du neurologue

Les sports du groupe 3 peuvent être interdits par le neurologue ou autorisés après 12 mois sans crise

 

Une vidéo pour encourager la pratique

 

Épilepsie et Projet Sport: Stand Up Pour Epilepsy®

Le  ILAE, à travers son Groupe de travail sur le sport et l’épilepsie, et en collaboration avec le BIE, ont créé cette collection d’images de célèbres sportives personnes photographiées avec des enfants ou des adolescents du monde entier. Les photographies véhiculent le message que les célébrités ont aucun préjugé contre la maladie et que les personnes atteintes d’épilepsie peuvent atteindre leurs objectifs, de mener une vie pleine et active et se livrent à des activités sportives.

Cette collection d’images a été lancé au London European Congress Epilepsy en 2012 dans le ExCel Arena, le plus grand de tous les sites olympiques de 2012, et sera utilisé pour des campagnes de promotion dans le monde entier pour éradiquer les préjugés et la discrimination contre l’épilepsie.

Le livre a été divisé en sections d’environ 20 pages chacun pour faciliter le téléchargement et la visualisation.

 

Epilepsie et activités physiques (selon une publication de l’ILAE)

Concernant l’épilepsie et des sports, l’épilepsie, l’exercice physique et des sports il y a un certain nombre d’années, les personnes atteintes d’épilepsie ont été avisées ne pas se livrer à l’exercice physique vigoureux, par crainte que cela pouvait déclencher des crises d’épilepsie ou aggraver leur épilepsie.

Bien que dans certaines formes d’épilepsie, convulsions peuvent être déclenchées par l’exercice physique, ces formes sont extrêmement rares et exceptionnelles.

En revanche, de nombreuses études menées au cours des 15 dernières années ont montré que, en règle générale, l’activité physique n’aggrave pas l’épilepsie et dans de nombreux cas il peut même améliorer le contrôle de la saisie. Par exemple, une étude menée chez les femmes souffrant d’épilepsie non contrôlée en Norvège a montré que des sessions ordinaires de l’exercice physique aérobie pendant 60 minutes,  deux fois par semaine, pendant 15 semaines a entraîné une réduction significative du nombre de crises. Ceci a été associé à une réduction des plaintes de santé, tels que des douleurs musculaires, troubles du sommeil et la fatigue et avec la réduction des taux de cholestérol et d’amélioration de l’utilisation d’oxygène

Conclusion

Stop à la stigmatisation et place à la réalité évolutive de la maladie sous traitement !

publicité

Fermer