Publicité

Handisport, Santé, Bien-être

 

Le Handisport

Votre handicap ne doit pas empêcher la pratique de votre sport !

Le handicap peut être congénital ou survenir à tout âge, suite à une malformation, une maladie, un accident vasculaire cérébral ou un accident de la vie ou de la circulation, une opération ou par des phénomènes médico-physiologiques liés au vieillissement.

La pratique d’une activité physique, d’une réathlétisation ou d’une réadaptation s’intègre dans la vie au quotidien du handicapé pour mieux vivre son handicap et combattre l’isolement.

La progressivité et la persévérance permettent une amélioration ouvrant la porte à une meilleure intégration sociale source de bien–être et d’espoir.

Mieux connaitre le sport «  handisport »

Handicaps et classifications

Pour concourir sur un pied d’égalité, les athlètes sont classés en diverses catégories et classes.  La classification est effectuée par un personnel médical et technique spécialisé chargé d’évaluer l’impact de l’infirmité sur le sport. Un système de classification est appliqué à chaque sport, en fonction des spécificités de celui-ci et aux conséquences du handicap sur la performance de l’athlète. Cette manière de procéder tend à garantir que les athlètes concourant dans une même catégorie ont des aptitudes fonctionnelles identiques ou similaires. De ce fait, le facteur déterminant du succès est l’habileté et l’entraînement plutôt que le degré d’infirmité.

Analogie avec les catégories de poids

Une procédure analogue est appliquée tout aussi bien aux athlètes valides, par exemple l’utilisation des catégories de poids en boxe. Un boxeur poids moyen n’est jamais opposé sur le ring à un poids lourd. Actuellement, la classification s’apparente à une classification fonctionnelle par sport plus que par handicap.

La classification fonctionnelle

La classification fonctionnelle implique que tous les athlètes de la même catégorie ont un niveau d’aptitude fonctionnelle similaire en matière de mouvement, coordination et équilibre. Selon ce système, des athlètes présentant des handicaps différents peuvent concourir ensemble s’ils présentent un degré égal d’aptitude fonctionnelle. Les catégories sont désignées par une lettre, généralement l’initiale du sport, et un nombre (ex : S5 pour Swimming en natation ou T44 pour Track en athlétisme).

Les chiffres inférieurs représentent en général un handicap plus important.

Catégories de handicaps aux Jeux Paralympiques

Les athlètes participant aux Jeux Paralympiques appartiennent aux trois grandes catégories suivantes :

  1. ATHLÈTES HANDICAPÉS PHYSIQUES
  • Athlètes amputés
  • Athlètes avec lésion de la moelle épinière
  • Athlètes avec paralysie cérébrale : IMC (Infirmes Moteur Cérébraux)
  • Autres catégories : athlètes atteints d’affections provoquant des problèmes locomoteurs et non couverts par les catégories mentionnées ci-dessus. Exemple: polio, sclérose, dystrophie musculair

2.ATHLÈTES MALVOYANTS ET NON-VOYANTS

  1. ATHLÈTES PRÉSENTANT UN HANDICAP MENTAL OU PSYCHIQUE

Altération significative du fonctionnement intellectuel, indiquée par un Q.I inférieur à 75 reconnu avant les 18 ans du sportif.

Les athlètes sourds ou malentendants ne participent pas aux Jeux Paralympiques. Bien qu’intégrés à la Fédération Française Handisport en France, ils sont placés sous l’égide de l’ICSD, le Comité International des Sports pour Sourds qui organise les Deaflympics.
http://www.handisport.org/

 

Activité physique adaptée et surdité

Perdre l’ouïe place la personne en situation dite de handicap : handicap sensoriel, handicap de communication, handicap social.

L’atteinte de la surdité peut se limiter à une seule oreille (surdité unilatérale) mais les deux oreilles peuvent être touchées (surdité bilatérale)

… et des conséquences plus ou moins grave

  • Sur le plan fonctionnel, la perte d’audition concerne la faculté de communiquer avec les autres. Cette perte d’audition peut également avoir des effets très préjudiciables sur les résultats scolaires des enfants.
  • Sur le plan psychologique : problèmes de concentration, dépression, faible estime de soi.
  • Sur le plan social, un malentendant connaît un accès limité aux services et des problèmes de communication pouvant avoir des répercussions non négligeables sur la vie quotidienne, et entraîner des sentiments de solitude, d’isolement et de frustration, surtout chez la personne âgée malentendante

 

Nutrition et handicap

En nutrition, quelles différences entre un sportif valide et un sportif handicapé ?

Je dirais qu’il y a peu de différences entre les deux. Ce qui importe c’est la gestion de l’apport énergétique en fonction du poids corporel. L’alimentation apporte de l’énergie, elle sert en premier lieu à alimenter la machine en énergie de base, celle qui nous permet d’assurer le bon fonctionnement de l’organisme pendant une journée. Mais pour les sportifs de haut-niveau, l’alimentation doit également nourrir cette machine pour les phases d’effort, comme les entraînements.

Sport santé et  bien-être

La pratique d’une activité sportive permet à toute personne handicapée d’acquérir un développement musculaire nécessaire à un bon équilibre, ainsi qu’une augmentation sensible de sa capacité d’autonomie. Sur le plan psychologique, le sport modifie l’image corporelle projetée et permet au pratiquant de recouvrer une estime de soi, en mettant en valeur sa propre personnalité.

Le sport permet de sortir de son environnement habituel, de favoriser l’intégration dans une vie sociale, professionnelle et collective, faite de reconnaissance et de bien-être. Toute activité sportive est une forme de compétition vis-à-vis de soi-même et la garantie d’une réelle progression, notamment chez l’enfant et le jeune, pour qui les notions d’éveil et de découverte sont sources d’épanouissement futur.

La plaisir ressenti par le sportif à travers une pratique adaptée à son handicap et à ses envies, est indispensable à la mise en place d’une activité régulière. C’est pourquoi la Fédération Française Handisport propose un vaste panel d’activités, dans lesquelles chacun a la possibilité de trouver celle qui permettra l’amélioration de ses capacités physiques et le développement de son autonomie
source : http://www.handisport.org/sante/

 

 

Les recommandations de pratiques

handisport1

 

handisport2

Conclusion

Les valides doivent comprendre le handicap pour une cohabitation positive dans la pratique d’activités physiques et de sports.

publicité

Fermer