Publicité

Injections articulaires d’acide hyaluronique

Les articulations

Les articulations, trop souvent cibles de douleurs

Il existe 2 types d’injections principales pour le traitement des douleurs articulaires :

Les infiltrations intra articulaires de corticoïdes utilisées en cas de crise inflammatoire ou très douloureuses

L’infiltration articulaire n’est jamais destinée à une pathologie bénigne. Elle est indiquée face à une blessure sportive sévère, qui de ce fait, justifie toujours une mise au repos de l’articulation concernée.

L’arrêt sportif est donc dans tous les cas médicalement justifié, avant de l’être d’un point de vue prévention dopage.

Les injections d’acide hyaluronique : pour lubrifier l’articulation et stimuler le cartilage. On les appelle aussi injections de viscosupplémentation pour atténuer l’évolution de l’arthrose qui est une maladie largement diffusée dans la population entraînant 11 millions de consultations dont la plupart en cabinet de médecine générale.
Sa définition est basée sur des éléments cliniques et radiologiques.

Les éléments cliniques peuvent être une douleur quotidienne d’origine mécanique, diurne, disparaissant au repos le plus souvent. Les éléments radiologiques sont des anomalies radiologiques de type ostéophytes, pincement de l’interligne articulaire, des condensations osseuses et des géodes.

Mieux connaitre l’Acide Hyaluronique

L’injection d’acide hyaluronique dans une articulation arthrosique a pour but d’améliorer sa lubrification et par là même son état fonctionnel. On peut ainsi dire que c’est une molécule de l’activité articulaire.

L’acide hyaluronique est présent en abondance dans le liquide synovial et le cartilage.

Il assure la viscosité et l’élasticité de ce liquide. L’AH est un polysaccharide de la famille des glycosaminoglycane (GAG )de très haut poids moléculaire.
Sa concentration dans les surfaces cartilagineuses de l’articulation lui permet d’amortir les pressions qui peuvent s’exercer sur elles et de tenir un rôle mécanique et métabolique.

Au cours de l’arthrose et du vieillissement articulaire, la concentration en acide hyaluronique diminue, la lubrification de l’articulation est moins bonne et le cartilage devient plus sensible lors des mouvements. Le liquide synovial a perdu une partie de ses propriétés visco-élastiques.

Les premières injections d’HA datent de 1966 chez les chevaux de course puis dans le genou de l’homme dès 1980. C’est ce qu’on appelle la viscosupplémentation.

Comment fabrique-t-on l’acide hyaluronique ?

L’acide hyaluronique est produite de façon industrielle selon deux, par deux procédés

  1. Extraction de crêtes de coq, après broyage, traitement chimique et purification.
  2. Fermentation bactérienne : les filaments d’acide hyaluronique sont synthétisés par des bactéries génétiquement modifiées.

La viscosité du gel obtenu est proportionnelle à la longueur donnant un poids moléculaire, exprimé en daltons plus ou moins important .voici quelques noms : Arthrum, Structovial, Synocrom, Adant, Arthrum, Go-on, Hyalgan, Orthovisc, Ostenil, Sinovial de 0,5 à 2,mD Hylane GF-20Synvisc 6 mD etc…..

 Les techniques d’injection

Selon les différentes formes d’acide hyaluronique, les injections intra-articulaires sont faites par série de 3 à 5 à une semaine d’intervalle au cabinet médical du médecin. (Possibilité d’injection unique)

Seuls les rhumatologues, les orthopédistes et les médecins de rééducation fonctionnelle sont habilités à pratiquer ces injections.

En règle générale, ces injections sont bien tolérées pouvant rarement être douloureuse et nécessitant une anesthésie locale par patch. Toute réaction douloureuse ou inflammatoire doit conduire à alerter le patricien qui a pratiqué l’injection.

L’efficacité est retardée comparée à l’injection de corticoïdes mais elle est plus prolongée, persistant pendant plusieurs mois voir une année.

Un pansement sec est mis en place et sera maintenu pendant 24 heures. Le repos relatif est préconisé ainsi que l’application de froid.

Précautions d’usage

Signalez à votre spécialiste

  • Toute fièvre
  • Toute infection quelconque ou maladie du sang comme des saignements
  • Toute lésion cutanée
  • Toute prise d’aspirine et/ou d’anti-coagulant dans les jours précédant l’examen,
  • Toute allergie dont à l’iode si injection radio guidée
  • Si vous êtes enceinte

 

Réactions possibles

La plus fréquente : une douleur au point d’injection ou le gonflement de l’articulation

 Prise en charge : La Caisse Primaire d’Assurance Maladie rembourse selon certaines conditions les injections pour le genou mais le produit (AH) est remboursé selon un forfait fixe, nous vous conseillons d’interroger votre CPAM

Intérêt chez le sportif

Permet de surseoir à l’intervention chirurgicale tout en continuant sa pratique sportive sous surveillance médicale.

Les articulations :

Pour le genou: pour toute douleur en lien avec une sur utilisation et un déficit de cartilage. Utile aussi pour les formes de chondropathies douloureuses non chirurgicales

Pour les autres articulations : La hanche* – La cheville* – L’épaule* – Le poignet* – Le Coude* – les doigts* : les indications reposent sur les douleurs arthrosiques ou post traumatiques articulaires mais aussi pour d’autres indications comme des tendinites ( sous réserve de validation)

(*selon autorisation de mise sur le marché et accord de protocole les présentation des HA varient en quantité et noms )

publicité

Fermer