Publicité

Les Boissons Australiennes

 

Etude australienne sur les boissons énergisantes
 

Le nouveau millénaire a inauguré une vague de boissons riches en énergie synthétiques, caféinées, cible privilégiée sur le marché des jeunes. Au cours des dernières dix années, la consommation de boissons caféinées, destinées à « dynamiser » a augmenté significativement.

Les boissons énergisantes ont démontré récemment représenter 20 % du marché total des boissons, « Red Bull » et « V » représentant plus de 97 % des ventes dans cette industrie multimillionnaire. 1 De plus en plus, la toxicité de la surdose de caféine est signalée dans les hôpitaux et centres les poisons.

Les principaux constituants actifs des boissons énergisantes sont des quantités variables de la caféine, extrait de guarana, taurine et ginseng. D’autres acides aminés, vitamines et glucides composant habituellement la liste des ingrédients sont prétendument bénéfiques. 2 Les effets escomptés des boissons énergisantes sont subsistance et amélioration du rendement, la concentration et l’endurance.

Les fabricants destinent principalement leurs produits aux athlètes, aux étudiants et aux personnes dans des professions qui requièrent une vigilance soutenue.

Ces boissons sont aussi couramment consommées lors de sorties en discothèques, qui exigent une énergie soutenue pour une activité prolongée en heures tardive Dans ce cadre, elles aussi peuvent être combinées avec de l’alcool et des drogues récréationnelles telles que l’ecstasy (MDMA; 3, 4-méthylènedioxyméthamphétamine) ou d’autres amphétamines. Les jeunes adultes et les adolescents sont particulièrement attirés par les boissons énergisantes en raison de la commercialisation efficace des produits, de l’influence des pairs et d’un manque de connaissances sur les effets nocifs potentiels. 3 5 Le taux contenu élevé de sucre dans les boissons caféinées énergie est semblable aux autres boissons gazeuses et est connu pour contribuer à l’obésité.6

Les effets indésirables et la toxicité de ces boissons riches en énergie découlent principalement de leur teneur en caféine. 7 Les effets sympathomimétiques de forte dose de caféine surtout, expliquent les symptômes et les conduites en hôpital liées aux boissons énergisantes. Il y a peu de publications sur l’étendue et l’épidémiologie de ce problème. En effet, une récente revue de la littérature sur les effets de l’énergie des boissons chez les enfants et les adolescents ne trouve que huit rapports de cas sur les complications médicales de boissons énergisantes. 8 Notre étude a été entreprise afin d’obtenir une compréhension de la portée des questions liées à la consommation et la toxicité d’énergie caféinée des boissons en Australie par l’analyse des données d’appels de la NSW Poisons Information Centre (NSWPIC) — le plus grand centre de ce type en Australie, en prenant environ 110 000 appels par an, ce qui représente 50 % de tous les appels liés à un empoisonnement dans le pays.

Méthodes

Nous avons entrepris un examen rétrospectif auprès du NSWPIC. Les données incluaient des appels donnant des conseils pour les professionnels de la santé publique et générale. Les appels provenant de la Nouvelle-Galles du Sud, de Tasmanie et de l’Australian Capital Territory sont exclusivement traitées par NSWPIC de 6 h à minuit ; un système de partage des appels après les heures normales est en place avec des centres de l’Interstate Poisons. L’approbation éthique a été obtenue par le Comité d’éthique de la recherche de l’hôpital pour enfants à Westmead.

Nous avons recherché dans la base de données Access de Microsoft NSWPIC les appels relatifs aux ingestions de boissons caféinées énergie dans une période de 7 ans de janvier 2004 à décembre 2010.

Notre stratégie de recherche inclus « guarana », « caféine », « éthanol », «additifs alimentaires », « boisson énergisante », « alcool : autre/inconnue », et « produit non médicamenteux : autres/inconnu ».

En raison du grand nombre d’expositions « autres/inconnu », un filtre a été appliqué pour trouver des résultats avec le nom de la boisson énergisante de marché australien connu ou « caféine » ou « énergie » dans le champ de nom de produit du texte libre. Le terme Ingestion « Loisir » a été définie comme l’ingestion volontaire pour le but d’obtenir des effets euphorisants ou autres effets psychotropes. L’ingestion « Pédiatriques accidentelles » était définie comme non délibérée de l’ingestion par une personne moins de 18 ans.

Enfin, tous les cas de cette recherche ont été soumis à un examen manuel pour inclusion et codage subséquente et vérification du type d’exposition, co-ingestants, symptômes, dose, marque de boisson et statut d’âge, le sexe et l’hospitalisation du sujet rapporté. Les symptômes et codage ont été examinés séparément par les auteurs. Des écarts ont été examinés jusqu’à ce que l’accord ait été atteint.

Nous avons utilisé la moyenne et SD pour décrire normalement les données distribuées, et la médiane et l’écart interquartile (IIQ) pour les données non paramétriques. Toutes les analyses statistiques ont été effectuées à l’aide de SPSS, version 19,0 pour Windows (SPSS Inc., Chicago, ill., USA).

Résultats

Pendant la période de 7 ans que nous avons examinés, 297 appels liés à l’exposition de boissons caféinées énergie ont été enregistrés. Le nombre d’appel est passé de 12 en 2004 à 65 en 2010 (graphique 1). Le type d’exposition le plus commun était loisirs (217) ; les autres expositions ont été classées comme pédiatriques accidentelles (62), délibérée auto empoisonnement dans le cadre d’un surdosage de poly pharmacie (16) et exposition allaitement pédiatrique (1), réaction allergique (1). Les marques d’énergie bues à quels sujets ont été exposés plus souvent et de leurs ingrédients actifs sont répertoriées dans le tableau 2. 60% des appels ont été reçus entre 17 h et 3 heures du matin.

 

Utilisation récréative

En général, les utilisateurs récréatifs sont des adolescents ou jeunes adultes. L’âge médian était de 17 ans (IIQ, 15 ; plage, 11–60), et 57 % étaient de sexe masculin. Le nombre de verres consommés en une séance varie grandement (médiane, 5 unités ; DQIR, 3 à 8 unités ; plage, 1–80 unités). La co-ingestion d’autres substances a été enregistrée pour 46 % des utilisateurs récréatifs (Tableau 3). Les substances co-ingerées les plus populaires sont l’alcool et d’autres produits contenant de la caféine.

Les symptômes les plus réquemment signalés et leur fréquence sont répertoriés dans Tableau 4 . Les symptômes ont été signalés parfois même à des quantités recommandées par le fabricant de la consommation de boisson énergétique et ont été fréquemment rapportés avec l’utilisation récréative (87 %; 188/217). Le plus souvent signalés les symptômes étaient liés à des troubles gastro-intestinaux, que l’on peut prévoir pour la toxicité de la caféine. 21 appelants ont relevé des signes de toxicité grave tels que des hallucinations, des convulsions et l’ischémie cardiaque. Au moins 128 personnes ont nécessité la présence d’urgence (ED), 57 qui n’avait pas co-ingéré une autre substance.

De ceux qui fréquentent un ED, ava79 s’étaient rendu d’eux-mêmes à l’hopital et 49 avait été renvoyés par le NSWPIC pour plus de gestion fondée sur la signification clinique de leurs symptômes.

Ingestion accidentelle de pédiatrie

Soixante-deux enfants ont été emmenés pour avoir accidentellement ingéré des boissons énergisantes (âge moyen 38 mois ; SD, 24 mois ; plage, 7–120 mois). 14 avaient des symptômes probablement liés à la consommation de boissons énergétiques — plus souvent l’hyperactivité (Tableau 4) — et neuf ont nécessité une évaluation à l’hôpital.

 

Discussion

Notre étude montre l’étendue du problème croissant en Australie avec la consommation de boissons énergétiques et de la toxicité, notamment chez les adolescents. La toxicité et effets indésirables graves vus avec les boissons énergisantes contiennent des quantités variables de la caféine. Le phénomène du mélange des boissons énergétiques avec l’alcool, les stimulants et les autres produits est une préoccupation sérieuse.

En 2009, l’industrie des boissons énergétiques a atteint près de 15 millions de dollars sur le marketing seul en Australie. La croissance de la valeur dans le secteur de commodité avait augmenté de 20 % comparativement à 10 % pour les boissons gazeuses dans l’ensemble. 9 La population cible pour ces types de boissons comprend clairement les adolescents et jeunes adultes, ainsi que des professionnels. 10 Les consommateurs sont susceptibles d’être au courant de la
variation de la composition chimique et du dosage de la caféine dans les boissons énergisantes, et avec peu ou pas de mises en garde sur les produits, le risque de surdosage et intoxication reste omniprésent.

Une typique canette de boisson énergisante peut contenir jusqu’à 300 mg de caféine, de la caféine ajoutée et de sources naturelles comme le guarana. 11 Le guarana, un extrait de la plante Paullinia cupana, contient de la caféine, la théobromine et la théophylline en quantités variables. Certaines études ont suggéré que la teneur en caféine du guarana (formant mg par gramme d’extrait) n’est pas toujours déclarée dans l’emballage et s’ajoute à la teneur en caféine listé des boissons énergisantes. 8 Par conséquent, la dose de caféine peut être supérieure à celle  figurant sur la liste d’ingrédients de boissons. Cependant, Australian Food Standards Code 2.6.4 exige que l’étiquetage de la quantité totale de caféine de toutes provenances, pures et naturelle soit indiqué. 12 Le Guarana est considéré actuellement comme n’ayant aucuneffet indésirable autres que la toxicité potentielle de la caféine. 13  De la même façon, la taurine, un acide aminé trouvé dans nombreuses boissons énergisantes, est censément inotrope et considéré comme non toxique à des doses typiques. Le ginseng, un extrait de plantes médicinales célèbre pour ses propriétés aphrodisiaques, stimulant prétendu est présent dans les boissons énergisantes au-dessous de doses quotidiennes courantes et n’a pas été rapporté pour être toxique. Le Ginseng, cependant, a de multiples interactions médicamenteuses importantes qui peuvent devenir cliniquement pertinentes selon la quantité de ginseng ingéré, la dose et la fréquence des médicaments qui peuvent interagir avec lui. 14

Même une quantité aussi peu important que 50 mg de caféine peut induire une tachycardie et de l’agitation. En surdose, la toxicité de la caféine peut imiter l’amphétamine,  avec empoisonnement et plomb aux saisies, psychose, arythmies cardiaques et, potentiellement, mais rarement, la mort. 15 20  

En 2009, a été signalé un décè liés à la caféine dans les boissons énergisantes. 21

Les électrocardiogrammes ont montré que le patient avait une ischémie myocardique aiguë qui a probablement augmenté par la caféine. Il a été stipulé que la physiopathologie de ces événements coronariens implique l’agrégation des plaquettes accrue et réduit la fonction endothéliale.22

Dans notre étude, les appels concernant la toxicité de boissons énergisantes est tombé dans une distribution bimodale : l’ingestion accidentelle de jeunes enfants et l’utilisation récréative chez les adolescents. C’est ce qui concerne la tendance de l’utilisation abusive et de toxicité qui semble être en augmentation chez les adolescents et qu’il dépasse le nombre d’unités de boisson énergétique recommandé des teneurs maximales.

Certains fabricants suggèrent 200 mg/jour de caféine comme un maximum, ce qui équivaut à environ un bidon et un quart de bidon de 500 mL de boisson énergétique. La variété des symptômes signalés dans notre étude était compatible avec une surdose de caféine et, éventuellement, les abus de stimulants. Presque 60 % des rapports d’utilisation récréative des appels provenaient de EDs, suggérant que l’hospitalisation est justifiée dans une proportion importante de cas. Bien
qu’elle s’est produite chez une minorité de sujets, la toxicité grave entraînant des complications cardiaques (ischémie coronarienne, arythmies) et des complications neurologiques (hallucinations, psychose, convulsions) est de grande préoccupation tant à la communauté que chez les cliniciens.

Les Études parmi les étudiants de niveau collégial américain a appelé l’attention sur le mélange de boissons énergisantes et alcool. 3 , 23  Les jeunes gens, particulièrement les adolescents, semblent moins concernés par ce phénomène dangereux. 4 , 24 , Cela est évident dans nos résultats, que près du quart des appels rapportent consommation récréative associée à l’ingestion d’alcool. Près de 30 % des appels impliquaient l’ingestion de comprimés de caféine ou autres stimulants tels que les amphétamines. Ceci suggère que la connaissance de la toxicité et les effets de boisson énergétique est faible, et que le  mélange de substances n’est pas considéré comme un problème dans cette cohorte d’adolescents et jeunes adultes.

Les données sur la toxicité de la caféine-connexes ont été signalées dans les centres antipoison dans le Royaume-Uni et les États-Unis. 17 , 25 Nous ne sommes pas au courant d’autres études spécifiquement rapport poison control centre données sur la toxicité des boissons énergisantes. Cependant, l’utilisation abusive par les adolescents de la caféine dans les médicaments sans ordonnance ainsi que dans les boissons énergisantes a été couramment signalée aux centres antipoison régionaux aux États-Unis. 26 Encore plus inquiétante que la pratique de l’abus de caféine est la combinaison avec d’autres produits pharmaceutiques, qui a été associée à l’admission à l’hôpital. 27

Une étude australienne de 1999 de NSW chez des écoliers âgés de 8 – 18 ans a conclu que la consommation de boissons énergétiques a été plus élevée chez les garçons et augmente avec l’âge chez les filles.28

Les limites de notre analyse rétrospective comprennent les méthodes non normalisées d’enquête téléphonique et de codage qui sont susceptibles de conduit à une sous-déclaration des risques, des patients et des symptômes. On n’a pas analysé les résultats pour les sujets qui ont été hospitalisés. Comme le NSWPIC prend environ 50 % de tous les appels liés aux poisons en Australie, nos résultats peuvent ne refléter que partiellement les tendances nationales. Avec une augmentation appel-charge partage entre le NSWPIC et les autres centres de poisons australiens, le nombre d’appels après les heures de la NSWPIC a diminué d’environ 20 % depuis 2009.

Cela se reflète également dans la diminution du nombre d’appels liés aux boissons caféinées par un pourcentage similaire en 2010. Compte tenu de la preuve manifeste de la toxicité et du nombre croissant d’hospitalisations associées à la consommation de boissons énergisantes, particulièrement dans une population d’adolescents vulnérable, les autorités sanitaires devraient accroître la prise de conscience du problème, améliorer l’étiquetage de l’emballage et réglementer la teneur en caféine. Nous recommandons que l’étiquetage et toute commercialisation de ces produits devraient inclure des mises en garde appropriées et le nombre de ligne d’assistance téléphonique national poisons (13 11 26 en Australie). Les boissons énergisantes sont commercialisées pour des effets similaires et doivent porter des étiquettes d’avertissement semblable sous forme de comprimés de caféine sans ordonnance, en vente libre. La réglementation des boissons caféinées est actuellement examinée par l’Australia and New Zealand Food Regulation Conseil ministériel. 29 Cet examen et le règlement sont indispensable en temps opportun.


1 Nombre annuel d’expositions de boisson énergétique signalés au NSW Poisons Information Centre, Jan 2004 – décembre 2010, par type d’exposition


2 Boissons énergisantes, comptant pour la plupart des expositions signalés au NSW Poisons Information Centre, Jan 2004 – décembre 2010

Produit Principaux ingrédients dose/100 mL volume max (mL) Nb des appels
Red Bull Caféine 32 mg 500 126
Sucres 11 g
V Caféine 32 mg 500 68
Extrait de guarana 120 mg
Impulsion Ethanol 7g 300 15
Caféine 7mg
Mère Caféine 32 mg 500 25
Sucres 10.5 g
Rockstar Caféine 32mg 473 5
Extrait de guarana 10 mg
Extrait de ginseng 20 mg
13 G de sucres
Autre/inconnue 58
Autres produits contenant de la caféine pour comparaison
Boissons gazeuses Cola La caféine environ 40 mg - ND
Café Caféine environ 25 mg par tasse - ND
Plus aucun Doz/non-doz Caféine 100 mg/comprimé (packs de 24 et 100) - 545

3 Utilisation récréative d’autres substances avec les boissons énergisantes (n = 217)

Association de produits Lol des sujets
Aucun 117
Un ou plusieurs autres produits ingérés 100
Alcool 50
Comprimés de caféine 34
Ecstasy amphétamines ou autres stimulants illicites 15
Autres boissons caféinées 10
Autres susbtances illicites 3

 

4 Fréquences les plus  fréquemment signalés des symptômes, selon le type d’utilisation de l’exposition  et co-ingestant (n= 202)

Loisir ingestion (n = 188)


Symptôme

Aucun (n co-ingestants = 117)

L’alcool ou autre co-ingestant caféine (n = 71)

Ingestion accidentelle de pédiatrie (n = 14)


Palpitations et tachycardie

33

22

2

Tremblements et secousses

30

21

0

Agitation/agitation

29

22

9

Gastro-intestinaux

29

29

4

Douleur de poitrine et ischémie

6

8

0

Vertiges et syncopes

6

9

2

Paresthésie

6

3

0

Insomnie

5

3

1

Détresse respiratoire

5

5

0

Maux de tête

4

3

1

Intérêts  de concurrence : Aucune divulgation pertinente.

 

Détails de l’auteur : Naren Gunja MB BS, FACEM, directeur  médical et toxicologue,1 et cliniques Senior Lecturer, De discipline de la médecine d’urgence, Faculté de médecine de Sydney, l’Université de Sydney, Sydney, NSW.

Jared A Brown , BPharm(Hons), MPH, Senior  empoisonne spécialiste (recherche et vérification), NSW poison Information Centre, l’hôpital Westmead de Sydney, NSW

Naren.gunjaAT  sydney.edu.au

A reçu 4 juillet 2011, accepté le 15 novembre 2011

 

References

1. AC Nielsen. Nielsen convenience report,  2008. http://au.nielsen.com/site/documents/ConvenienceReport2008-extob.pdf (accessed Mar 2011).

2. Higgins JP, Tuttle TD, Higgins CL. Energy beverages: content and safety. Mayo Clin Proc 2010; 85: 1033-1041. <PubMed>

3. Malinauskas BM, Aeby VG, Overton RF, et al. A survey of energy drink consumption patterns among college students. Nutr J 2007; 6: 35. <PubMed>

4. Arria AM, Caldeira KM, Kasperski SJ, et al. Energy drink consumption and increased risk for alcohol dependence. Alcohol Clin Exp Res 2011; 35: 365-375. <PubMed>

5. Attila S, Cakir B. Energy-drink consumption in college students and associated factors. Nutrition 2011; 27: 316-322. <PubMed>

6. Riddell L, Keast RS. Is caffeine in soft drinks really necessary [letter]? Med J Aust 2007; 187: 655. <eMJA full text> <PubMed>

7. Reissig CJ, Strain EC, Griffiths RR. Caffeinated energy drinks — a growing problem. Drug Alcohol Depend 2009; 99: 1-10. <PubMed>

8. Seifert SM, Schaechter JL, Hershorin ER, et al. Health effects of energy drinks on children, adolescents, and young adults. Pediatrics 2011; 127: 511-528. <PubMed>

9. AC Nielsen. Nielsen convenience and impulse report, 2010. http://au.nielsen.com/site/documents/NielsenConvenience ReportJune2010LR.pdf (accessed Mar 2011).

10. Red Bull Australia. Red bull products. http://www.redbull.com.au/cs/Satellite/en_AU/Red-Bull-Australia/Products/011242758640967 (accessed Feb 2011).

11. Pennay A, Lubman DI, Miller P. Combining energy drinks and alcohol— a recipe for trouble? Aust Fam Physician 2011; 40: 104-107. <PubMed>

12. Food Standards Australia New Zealand. Australia New Zealand Food Standards Code — Standard 2.6.4 (2009): formulated caffeinated beverages. http://www.comlaw.gov.au/Details/F2009C00814 (accessed Nov 2011).

13. Duchan E, Patel ND, Feucht C. Energy drinks: a review of use and safety for athletes. Phys Sportsmed 2010; 38: 171-179. <PubMed>

14. Hu Z, Yang X, Ho PC, et al. Herb-drug interactions: a literature review. Drugs 2005; 65: 1239-1282. <PubMed>

15. McGee MB. Caffeine poisoning in a 19-year-old female. J Forensic Sci 1980; 25: 29-32. <PubMed>

16. Benowitz NL, Osterloh J, Goldschlager N, et al. Massive catecholamine release from caffeine poisoning. JAMA 1982; 248: 1097-1098. <PubMed>

17. Shum S, Seale C, Hathaway D, et al. Acute caffeine ingestion fatalities: management issues. Vet Hum Toxicol 1997; 39: 228-230. <PubMed>

18. Di Rocco JR, During A, Morelli PJ, et al. Atrial fibrillation in healthy adolescents after highly caffeinated beverage consumption: two case reports. J Med Case Reports 2011; 5: 18. <PubMed>

19. Cannon ME, Cooke CT, McCarthy JS. Caffeine-induced cardiac arrhythmia: an unrecognised danger of healthfood products. Med J Aust 2001; 174: 520-521. <eMJA full text> <PubMed>

20. Menkes DB. Transient psychotic relapse temporally related to ingestion of an “energy drink” [letter]. Med J Aust 2011; 194: 206. <eMJA full text> <PubMed>

21. Berger AJ, Alford K. Cardiac arrest in a young man following excess consumption of caffeinated “energy drinks”. Med J Aust 2009; 190: 41-43. <eMJA full text> <PubMed>

22. Worthley MI, Prabhu A, De Sciscio P, et al. Detrimental effects of energy drink consumption on platelet and endothelial function. Am J Med 2010; 123: 184-187. <PubMed>

23. O’Brien MC, McCoy TP, Rhodes SD, et al. Caffeinated cocktails: energy drink consumption, high-risk drinking, and alcohol-related consequences among college students. Acad Emerg Med 2008; 15: 453-460. <PubMed>

24. Kaminer Y. Problematic use of energy drinks by adolescents. Child Adolesc Psychiatr Clin N Am 2010; 19: 643-650. <PubMed>

25. Waring WS, Laing WJ, Good AM, et al. Acute caffeine ingestion: clinical features in patients attending the emergency department and Scottish poison centre enquiries between 2000 and 2008. Scott Med J 2009; 54: 3-6. <PubMed>

26. Crouch BI, Caravati EM, Booth J. Trends in child and teen nonprescription drug abuse reported to a regional poison control center. Am J Health Syst Pharm 2004; 61: 1252-1257. <PubMed>

27. McCarthy DM, Mycyk MB, DesLauriers CA. Hospitalization for caffeine abuse is associated with abuse of other pharmaceutical products. Am J Emerg Med 2008; 26: 799-802. <PubMed>

28. O’Dea J, Rawstorne P. Consumption of dietary supplements and energy drinks by school children. Med J Aust 2000; 173: 389. <PubMed>

29. The Australia and New Zealand Food Regulation Ministerial Council. Food Ministers briefed on progress of historic

Food Labelling Review. http://www.health.gov.au/internet/main/publishing.nsf/Content/foodsecretariat-communiques-031210 (accessed Jun 2011).

 

Lire l’article dans sa version originale

 

  • Flyer prévention :  Boissons Energisantes ou Energy Drinks
    Documents
    Flyer prévention : Boissons Energisantes ou Energy Drinks
    Auteur(s) : IRBMS / Version : 2013
    Pdf : 795.8 KB / 2472 Téléchargement(s)
    Licence :
    Quels risques ? - Energétiques ou énergisantes ? - Changez vos habitudes ?

publicité

Fermer