Publicité

Les examens d’imagerie médicale en médecine du sport et de l’effort

Les examens d’imagerie médicale en médecine du sport

L’imagerie médicale ayant fait des progrès considérables ces dernières années, le médecin dispose de multiples techniques d’investigation au sein desquelles il puisera pour étayer son diagnostic.

Remerciement au Docteur Patrick Chastanet, Diplômé en Radiodiagnostic Ancien Interne des hôpitaux de Lille, Ancien Chef de Clinique Assistant Praticien Hospitalier à temps partiel au CHRU de Lille.

Un diagnostic repose sur des éléments d’observation dont les examens complémentaires font partis intégrantes, de plus la prise en charge médicale ou chirurgicale pourra dépendre aussi du résultat de ces examens.

 

Les différents examens disponibles

 

Les Clichés Radiologiques

Imagerie médicale : maladie d'Osgood SchlatterIls sont souvent les premiers examens à demander devant une pathologie osseuse ou articulaire, ils présentent peu d’intérêt en cas de pathologie des parties molles comme les tendinites ou claquages.

Ils sont faciles à réaliser mais doivent être réalisés selon des incidences précises afin de rechercher la lésion. On peut aussi réaliser des infiltrations sous radio. Dans certains cas ces examens seront réalisés comparativement au côté sain afin d’affiner le diagnostic.

Principales indications

 

L’échographie Musculo-Tendineuse

L’échographie musculo-tendineuse a fait d’énormes progrès ces dernières années en raison de l’amélioration des caractéristiques du matériel échographique et de la qualité des sondes. Elle peut même être réalisée avec des appareils mobiles dans les vestiaires lors de grandes compétitions.
Il s’agit d’un examen facilement disponible qui nécessite cependant une machine de grande qualité et un échographiste possédant une grande expérience en échographie et surtout en pathologie ostéo-articulaire du sportif
On peut aussi réaliser des ponctions sous échographie.

Principales indications

 

Le Scanner

Il est facilement disponible, surtout intéressant dans les pathologies osseuses (fractures, fractures de fatigue) dans certaines pathologies ostéo-articulaires (luxations). Par contre, il est de peu d’utilité dans les pathologies musculo-tendineuses.
Le scanner est réalisé aussi dans l’approche diagnostique des lésions dégénératives arthrosiques suite à un sur entrainement ou à de l’arthrose .

Principales indications
  • Douleurs chroniques articulaires ou rachidiennes

 

L’IRM

Pas toujours disponible rapidement, il s’agit d’un examen précieux permettant le plus souvent une exploration satisfaisante de la moelle osseuse, des articulations, des muscles, des tendons et des ligaments.
Certaines contre-indications doivent être respectées comme la présence d’un pace-maker ou la peur du bruit et la claustrophobie

Principales indications

 

Arthroscanner et Arthro-IRM

Ils nécessitent tous les deux la réalisation d’une ponction articulaire et l’injection d’un produit. L’arthroscanner s’effectue par injection d’un produit de contraste iodé dans l’articulation complétée par un scanner dans les suites immédiates.
L’arthro-IRM consiste en l’injection de gadolinium dilué dans l’articulation complétée secondairement par la réalisation d’une IRM.
Ces deux techniques permettent une excellente exploration des articulations, elles sont souvent effectuées à titre préchirurgical.

Principales indications

 

La Scintigraphie Osseuse

Imagerie médicale : La Fracture de fatigueExamen réalisé en centres habilités. On injecte un traceur chimique dans le sang par les intraveineuses. Puis on recueille les images par une caméra qui balaye le corps entier.

Le temps d’attente de deux à trois heures, tandis que le produit se fixe à toutes les zones de l’os et des parties molles.

La durée de l’examen est donc de trois heures.

Principales indications

 

Le Pet Scan

Le PET scan est un scanner à émission de Positons dont le but est d’étudier l’activité d’un organe. On doit injecter dans l’organisme un traceur faiblement radioactif, sans danger pour l’organisme. +/- une heure après on étudie les images grâce à une caméra qui capte les radiations émises.

Principales indications
  • Les douleurs chroniques et dégénératives, un bilan biologique perturbé sans explication.

 

L’Ostéodensitométrie Osseuse

Mesure la densité minérale osseuse par méthode biphotonique. Examen rapide et remboursé selon des conditions spécifiques par l’assurance maladie dont :

  • Antécédent de fracture du col fémoral sans traumatisme majeur chez un parent au 1er degré.
  • Indice de masse corporelle < 19 kg/m2.
  • Ménopause avant 40 ans quelle qu’en soit la cause.
  • Antécédent de prise de corticoïdes d’une durée d’au moins trois mois consécutifs, à une dose ≥ 7,5 mg/jour équivalent prednisone.

>>>> Pour plus de précisions consultez votre médecin

Principales indications
  • Découverte ou confirmation radiologique d’une fracture vertébrale ou d’un tassement avec ou sans déformation du corps vertébral sans contexte traumatique ni tumoral évident chez une sportive non réglée et pratiquant l’endurance.
  • Anorexie chez la sportive en prévention.
  • Surentrainement d’endurance chez la femme (Ostéoporose).

 

Conclusion

La prescription d’examens complémentaires d’imagerie médicale chez le sportif est parfois complexe, nécessite une bonne connaissance de la pathologie que l’on recherche mais également des performances diagnostiques des différents examens. Lire aussi : Imagerie sportive de l’enfant et de l’adolescent.

 

Apport de l’imagerie dans les lésions du point d’angle postéro-latéral du genou
Diaporamas Traumatologie du Sport
Apport de l’imagerie dans les lésions du point d’angle postéro-latéral du genou
Auteur(s) : Dr Nathalie Boutry / Version : 2009
Pdf : 5.8 MB / 480 Téléchargement(s)
Licence : © Reproduction interdite / A usage personnel uniquement

Ne partez pas sans lire sur notre site :

publicité

Fermer