Publicité

Mal de dos et sport : le Golf

 

Le golf

Le golf, mis au programme des J.O. d'été de Rio

Le golf associe marche, découverte de paysages idylliques, mobilisation musculaire, entretien de la coordination motrice et de la force musculaire et convivialité

 

Golf sport olympique

Au programme des Jeux Olympiques d’été de Rio de Janeiro 2016 : le golf, absent du programme officiel depuis 1904 et les JO de Saint-Louis

La pratique d’un sport peut provoquer des douleurs rachidiennes aiguës ou chroniques directement en lien avec l’exécution du geste technique ce qui est le cas en golf mais la pratique du sport ou d’une activité physique et sportive peut aggraver des pathologies déjà existantes. Il convient donc de surveiller son dos

Les circonstances de survenue

La douleur brutale : il s’agit des lombalgies aiguës, des lumbagos apparaissant lors d’un mouvement mal contrôlé ou mal exécuté, d’entorses dorsales ou lombaires lors d’un effort de torsion exagéré du rachis lors d’un « pivot » mal contrôlé ou lors d’un « finish » forcé.

La littérature ne permet pas d’incriminer spécialement le golf dans les problèmes de rachis. Pratiqué régulièrement avec un geste technique correct, le golf ne favorise pas plus que les autres sports la survenue de problème rachidien.

Attention aux pratiques intensives précoces

L’exception concerne essentiellement les jeunes sportifs qui entrent dans les filières de haut niveau, avec la pratique d’un entraînement intensif spécialisé précoce, ou les professionnels et les enseignants qui pratiquent ce sport depuis fort longtemps avec des volumes horaires largement supérieurs à la moyenne.

Reste néanmoins qu’un certain nombre d’anomalies rachidiennes ou de malformations congénitales (de naissance), peuvent être des facteurs de risque pouvant interdire la pratique du golf ou tout au moins la limiter. Un avis médical est dans ces cas largement conseillé.

Cas particulier de l’adolescent

Chez les adolescents la maladie de Scheuermann (maladie de croissance) rachidienne qui se caractérise par une accentuation de la cyphose dorsale et une atteinte spécifique de plusieurs vertèbres consécutives peut donner des douleurs de dos en golf qui permettent de faire le diagnostic qui est morphologique, clinique et radiologique.

La scoliose, c’est à dire de la déformation plus ou moins grave de la statique rachidienne en « S » peut bénéficier des techniques de rééducation avant d’autoriser la pratique du golf

Le spondylolise en lien avec une hyper lordose chez la jeune fille peut conduire à une rupture d’isthme vertébral surtout lors d’un volume important de practice.

 

La prévention

Si le traitement des affections aiguës du rachis est du ressort de votre médecin ; la prévention est un facteur essentiel de votre bien-être sportif. Il s’agit de ce que les médecins appelle « la prévention des technopathies du sport ».

Cela repose sur plusieurs axes :

  • Posséder un bon geste technique sous les conseils d’un professionnel.
  • Utiliser un matériel adapté à son physique et à son niveau de jeu.
  • Avoir une bonne condition physique.
  • Exécuter régulièrement une gymnastique préventive, un bon gainage et des étirements.

Autres conseils pratiques

1) le matériel

  • choisir des clubs adaptés à son niveau de handicap.
  • choisir une flexibilité de manche en fonction de son âge, de son sexe et de son niveau de jeu.
  • avoir un grip adapté à sa main pour éviter une trop grande crispation de celle-ci.
  • le sac (sauf chez les jeunes sportifs habitués) ne doit pas être porté sur le dos mais posé sur un chariot qu’il est nécessaire de tirer à deux mains ou d’utiliser un chariot électrique, ce qui est vivement conseillé chez les séniors ou chez les golfeurs souffrant du dos.
  • prévoir des chaussures résistantes, légères et amortissantes dont la semelle extérieure à crampons est adaptée au terrain.

2) les grands conseils

  • s’échauffer et s’étirer avant le parcours ou avant le practice
  • effectuer des mouvements de rotation du cou, des épaules, du rachis lombaire sans et avec l’aide d’un club
  • taper quelques balles avant de jouer en commençant par le club le plus ouvert puis en terminant par l’utilisation des bois et du driver
  • ne pas oublier de boire et de s’alimenter avant, pendant et après le parcours
  • se prémunir de la chaleur, du froid et de la pluie
  • fléchir les genoux pour planter le tee ou ramasser la balle
  • ne pas faire de trop longues séances de practice
  • corriger tous ses défauts techniques en prenant régulièrement des cours
  • choisir des parcours adaptés à son physique

Article associé

Conduites à tenir lors de l’apparition d’une douleur de dos ?

Conseils aux Golfeurs arthrosiques

La pratique du golf ayant mauvaise réputation, la question qui se pose est de savoir si l’arthrose est compatible avec la pratique de votre sport favori. Seul votre médecin pourra bien évidemment répondre à cette question.

Toutefois, nous conseillons une gymnastique régulière, des exercices d’échauffement et des étirements avant et aprés le parcours, l’utilisation de clubs adaptés, la pratique du geste rectifié par l’enseignant professionnel et l’utilisation de chariot électrique ou de voiturette

Enfin, essayez de limiter les mouvements de rotation du rachis en terminant le finish en « I » plutôt qu’en « C ». Pendant le parcours, effectuez quelques mouvements d’étirements si vous n’êtes pas trop en retard, sans gêner les parties qui suivent, et surtout utilisez le bon club adapté sans vouloir battre des records de distance. Enfin, choisissez des parcours non vallonnés et évitez de jouer par temps difficile, pluvieux ou venteux.

Conclusion

Le golf sport relativement « mangeur de temps » se démocratise largement, son admission aux Jeux Olympiques de 2016 à RIO va contribuer à développer les filières de haut niveau et renforcer les préparations physiques précoces donc les problèmes de dos

Un bilan postural et médical préalable peut limiter l’apparition de ces lombalgies invalidantes .

publicité

Fermer