Notre partenaire

Sélénium et Sport

Sélénium et Sport
Fonctions

– Rôle anti-oxydant majeur chez le sportif, en liaison étroite avec la vitamine E. Le Sélénium conditionne l’activité des enzymes anti-oxydantes, dont les 4 principales sont la Glutathion peroxydase, les Désiodases I-II, la Thiorédoxine réductase… Cette activité anti-oxydante permet d’éliminer les peroxydes toxiques issus de la respiration cellulaire à l’effort. Il participe à la régénération de la vitamine C et E.

– Modulateur de la réponse anti-inflammatoire et immunitaire
– Rôle protecteur des cellules, contre les processus de vieillissement.
– Rôle bénéfique dans l’agrégation plaquettaire et la coagulation.
– Protecteur vis-à-vis de certains cancers.

ANC du Sélénium

(Apports Nutritionnels Conseillés de la population française, Ambroise Martin, Tech&Doc, Masson 2001). Les ANC représente 1µg/kg/j. Chez le sportif, les ANC sont légèrement augmentés, et restent couverts par l’augmentation des apports alimentaires pour garantir les apports énergétiques. La marge entre dose efficace et dose toxique est étroite, puisque la limite de sécurité est fixée à 150µg/jour.

Métabolisme

Le Sélénium possède une similitude avec le Soufre, et va ainsi pouvoir se substituer à cet ion pour s’associer aux acides aminés souffrés (cystéine méthionine), et constituer des Sélénoprotéines. La moitié de Sélénium est stockée dans les muscles squelettiques. Son élimination est essentiellement rénale.

Sources alimentaires

– Viandes, œufs, poissons, fruits de mer
– Lait et produits laitiers
– Céréales
– Levure de bière

La biodisponibilité est variable selon les aliments, meilleure avec les céréales (80%) qu’avec les poissons (50%). Cette biodisponibilité sera avant tout influencée par d’autres nutriments : E lle sera améliorée en présence de vitamine C, et au contraire altérée par le phosphore, les métaux lourds, et les fibres alimentaires.

Carence

L’altération des capacités anti-oxydantes peut se manifester par une fatigabilité à l’effort, une récupération altérée, une sensibilité aux infections, des douleurs musculaires, une anémie, des troubles des phanères. Les sportifs végétariens et/ou végétaliens sont plus particulièrement exposés à ce risque.

Excès

Il n’y a pas de proportionnalité entre la quantité ingérée et l’efficacité du pouvoir anti-oxydant. Il est donc inutile de vouloir augmenter exagérément les apports, sous peine de voir apparaître l’effet inverse, un effet pro-oxydatif, avec le risque de lésions cellulaires et de mauvaise récupération que cela engendre.

Astuces

Comment assurer vos apports en Sélénium ?
– Une alimentation équilibrée diversifiée suffit pour couvrir les besoins, même chez le sportif à haute dépense énergétique.
– L’absence de relation effet/dose rend l’efficacité des suppléments alimentaires complètement hypothétique !

Le Sélénium, un oligo-élément

Le sélénium est un élément essentiel et joue un rôle dans l’activité des cellules. Il intervient également dans la fatigue en jouant un rôle dans la simulation de l’immunité. Le sélénium agit sur les structures cellulaires et tissulaires contre les inflammations chroniques. Chez le sportif, il intervient favorablement lors de séquences d’entraînement particulièrement importantes. Il agit également dans le rôle du stress au cours de l’effort. Son utilisation est surtout préconisée dans :

– les états de fatigue
– les infections musculaires
– les déficits immunitaires et après infection virale
– les infections chroniques
– les situations de stress, traumatiques ou infectieuses

La consommation quotidienne et variée de légumes telle le chou, l’ail, l’oignon, de viandes, de volailles et de poisson doit permettre de couvrir l’essentiel des besoins. Toutefois, tout dépendra comme toujours de la validation de l’apport énergétique.

Chez le sportif, les ANC sont légèrement augmentés, et restent couverts par l’augmentation des apports alimentaires pour garantir les apports énergétiques. La marge entre dose efficace et dose toxique est étroite, puisque la limite de sécurité est fixée à 150µg/jour.

Lire aussi :

 

+
Apport en antioxydants…
l’alimentation
est-elle suffisante?

publicité

Fermer