Publicité

Ostéoporose : Comment la prévenir ?

Visitez le site de Dynacare

Cet article vous est proposé en partenariat avec Dynacare

L’ostéoporose est une maladie du squelette caractérisée par une diminution de la masse osseuse et une altération de la structure des os survenant avec le vieillissement naturel de l’organisme. C’est une maladie chronique invalidante.

La densité minérale osseuse qui représente l’état de la masse osseuse peut être calculée par la réalisation d’une ostéodensitométrie. L’ostéoporose ou l’ostéopénie, premier stade de cette maladie, survient généralement après la ménopause. Les facteurs de risques individuels peuvent conduire à la survenue d’une ostéoporose précoce.

L’ostéoporose est une maladie grave, en raison du risque de fractures qu’elle entraîne. Les complications de ses fractures, au niveau du col du fémur, du rachis, du poignet, ou de toute autre articulation peuvent avoir de lourdes conséquences fonctionnelles avec douleur, perte d’autonomie, mais également à l’origine d’une mortalité chez les personnes âgées, immobilisées après ces fractures.

Le dépistage, la prévention et le traitement de l’ostéoporose ont donc une importance primordiale dans un but de santé publique.

Surveillez votre taille : toute diminution de plus de 4 cm par rapport à l’âge de vos 20 ans ou une perte récente de plus de 2cm impose la réalisation d’un bilan

Evaluations : Risque d’ostéoporose

On estime que 50% des femmes de 45 à 75  ans peuvent souffrir d’ostéoporose.

La prévention repose sur :

  • Alimentation riche en calcium
  • Pratique régulière d’une activité physique
  • Boire des eaux riches en calcium
  • Surveillance de sa taille
  • Réalisation d’une densitométrie osseuse

Nous vous proposons un dépistage utile pour consulter votre médecin.

Questionnaire (si vous avez plus de 45 ans)

Oui  Non
Votre taille a diminué de 3 cm
Vous avez reçu un long traitement par corticoïdes (+ de 3 mois)
En dehors de la grossesse vous avez eu de longues périodes sans règles (+ de 12 mois)
Vous souffrez de diarrhées chroniques
Vous buvez régulièrement de l’alcool (+ de 2 verres / jour)
Vous fumez régulièrement (+ 15 cigarettes / jour)
Vous avez commencé votre ménopause avant 45 ans
Vous avez déjà eu une fracture suite à un choc ou une chute sans gravité
Votre père ou votre mère se sont fracturés le col du fémur lors d’un choc ou d’une chute sans gravité

Résultat : Si vous avez répondu « oui » à une seule de ces questions, vous courez un risque d’ostéoporose. Imprimez ce formulaire et consultez votre médecin car l’ostéoporose se dépiste et se soigne efficacement.

La densité minérale osseuse

La densité minérale osseuse (DMO) représente un des marqueurs clés du risque de fractures chez la femme ménopausée (possibilité de l’ostéoporose chez l’homme). Cette densité minérale osseuse se calcule après la réalisation d’une ostéodensitométrie. Le résultat est donné en termes de valeur de prédiction que l’on appelle le t-score.

Normalité :  densité minérale osseuse ou contenu minéral osseux supérieur à un écart type au-dessus de la moyenne de l’adulte jeune. (T-score > -1 Ds)

Masse osseuse basse ou ostéopénie : densité minérale osseuse ou contenu minéral osseux compris entre 1 et 2,5 écart type au-dessous de la moyenne de l’adulte jeune. (T-score de -1 à -2,5 Ds)

Ostéoporose : densité minérale osseuse ou contenu minéral osseux inférieur à – 2,5 écart type au-dessous de la moyenne de l’adulte jeune (T-score < -2 ,5 Ds)

Ostéoporose sévère et établie : écart type à -2,5 Ds , avec existence de facteurs de risques connus et existence d’une fracture antérieure.

 

Possédez-vous un risque d’ostéoporose ?

Le dépistage repose sur :

  • mesure de la taille
  • mesure du poids
  • évaluation de l’IMC
  • questionnaire évaluation des facteurs de risque

 

Les femmes à risque sont :

  • les femmes inactives
  • âge ménopause précoce
  • faible corpulence
  • consommation régulière d’alcool et de tabac
  • antécédents maternels ou familiaux de fractures de hanche
  • fracture du poignet spontanée lors d’une simple chute
  • régime alimentaire prolongé et IMC bas

Pour les professionnels de la santé, l’outil FRAX proposé par l’OMS permet une estimation des risques de fractures et calcul de la probabilité sur 10 ans.

 

 

Comment gérer un taux de 25 (OH) D3 ?

Si taux moins de 10mg/ml il y a carence vous devez prendre 4 prises de 100 000 UI espacées de 15 jours

Si taux entre 10 et 20 mg/ml insuffisance en vit D vous prenez 3 prises de 100 000 UI espacées de 15 jours

Si taux entre 20 et 30 mg/ml il y a un petit manque vous prenez 2 prises de 100 000 UI espacées de 15 jours

Bien vivre avec ostéopénie et ostéoporose

a) pratiquer une activité physique régulière, constante et continue : L’exercice physique à un bénéfice notable sur la masse osseuse en permettant une meilleure fixation du calcium et en entretenant les muscles et l’équilibre afin d’éviter les chutes.  L’équivalent de 30 minutes de marche par jour est conseillé, réaliser un exercice avec charge permet une meilleure fixation et un meilleur renforcement musculaire.

b) bien s’alimenter : le squelette humain contient de calcium qui est fixé à seulement un peu moins de 10% par rapport à la réalité du calcium ingéré. Il est donc recommandé à toutes les femmes ménopausées ou toutes les femmes présentant une ostéopénie  un apport journalier de 1500 mg/jour. Les produits laitiers, le fromage mais également de nombreuses eaux minérales sont riches en calcium.

c) fixer le calcium : le soleil avec modération, en dehors des heures déconseillées par des dermatologues et sous réserve d’une bonne protection par indice UV A et B adaptés permet de fabriquer de la vitamine D et de mieux fixer le calcium. Cela permet de lutter contre l’ostéopénie et l’ostéoporose. L’apport de vitamines D peut être nécessaire pour les personnes ne pouvant s’exposer au soleil. Dans ce cas il existe des ampoules à base de vitamine D.

Les conseils nutritionnels

  • Apport en laitage quotidien
  • Apport en protéines à chaque repas
  • Fruits, oui ! mais encore plus de légumes
  • Le tout étant fixé par de la vitamine D naturelle ou artificielle en cure
  • Et …. Boire des eaux riches en calcium et magnésium

Avec en plus, les compléments :

  • Huile d’olive ou de colza
  • Les légumes secs
  • Les céréales
  • Les poissons gras
  • Suppléments essentiels si besoin en zinc, sélénium, vit. C, bétacarotène, sans dépasser les ANC

Bien s’alimenter, c’est déjà améliorer son état ostéoporotique, mais écoutez votre médecin qui pourra vous prescrire un traitement complémentaire.

Sources alimentaires Teneur (mg %)*

Laits et laitages de 80-170

Lait entier 120 Lait demi-écrémé 115

Lait écrémé 110 Lait (un bol de 300 ml) 350

Yoghourt 130-170 Yoghourt à boire 110-120

Petit suisse 90-110 Fromage blanc frais 80-120

Fromages à pâte molle de 120-500

Brie 120 Chèvre 100-200 Camembert 400

Fromages à pâte dure de 500-1200

Bleu 400-700 Cantal 800-900 Emmental, édam… 900-1200

Aliments divers de 2-100

Poissons usuels 80-100 sardines, bar 50-60 Oeufs (2 oeufs = 110-140 g) 10-20

Légumes < 10 Viandes < 10

(ANC 2001)

* En mg pour 100 g ou 100 ml.  » – Apport : 900 à 1 200 mg/jour pour un adulte

 

Prise en charge de la densitométrie osseuse par l’assurance maladie

L’ostéodensitométrie osseuse permet la prise en charge en termes de traitement, de diététique et de conseils d’activités physiques, d’une anomalie avérée, que ce soit ostéopénie, ostéoporose. C’est est un examen qui permet d’analyser plusieurs articulations et de situer les facteurs de risque des articulations à chacune de celles-ci. L’examen n’excède pas 20 minutes, la dose de rayons X. est très faible, cinq à 20 fois moindre que lors d’une simple radiographie de poumons classique.

A la suite de cet examen, le médecin opérateur établira un t-score généralement du fémur et à la colonne vertébrale. L’ostéodensitométrie osseuse est remboursée en cas de signes d’ostéoporose, en cas de pathologies et de traitements potentiels pouvant provoquer une ostéoporose ou selon les facteurs de risques définis par une liste dont IMC inférieur à 19, ménopause précoce avant 40 ans, antécédents de prise de corticoïdes ou antécédents de fractures spontanées inexpliquées. Pour en savoir plus consultez votre médecin .

Le traitement préventif et curatif

Le meilleur des traitements préventifs est la combinaison d’une bonne activité physique avec une bonne alimentation et une bonne hydratation.

Le traitement curatif est proposé par votre médecin et comprend des possibilités pouvant être un traitement journalier, un traitement hebdomadaire, un traitement mensuel ou un traitement annuel. Seul votre médecin pourra définir le meilleur traitement adapté à votre cas. Celui-ci sera de toute façon pris de façon régulière pendant plus de 5 ans.

Le traitement hormonal substitutif doit rester l’option thérapeutique préventive de premier choix chez les femmes qui présentent au moins un facteur de risque concernant les risques d’ostéopénie et d’ostéoporose. Toutefois, ce traitement ne peut être donné qu’après une évaluation des risques induits par celui-ci dont la recrudescence du cancer du sein.

Les sports conseillés

Avant l’apparition d’une ostéoporose : tous les sports sont conseillés mais ceux nécessitant le développement ou le maintien d’une force musculaire sont bénéfiques pour renforcer la fixation du calcium.

Après l’apparition d’une ostéopénie : il faut éviter les sports avec risques de chocs et de traumatismes mais toujours favoriser ceux avec sollicitation d’une force musculaire.

Après l’apparition d’une ostéoporose sans fracture : il faut pratiquer une activité physique et non un sport type marche, vélo et/ou gym avec renforcement musculaire et entraînement constant de l’équilibre.

Après l’apparition d’une ostéoporose avec fracture : seul votre médecin peut vous conseille ; on pourra se résoudre à ne faire que la natation. Le kiné peut vous faire travailler votre tonus musculaire, l’aquagym peut être pratiquée.

De nombreuses pratiques peuvent vous être proposées.

Conclusion

Dès la naissance, nous présentons un facteur de risque concernant des fractures spontanées survenant 50 ans à 60 ans plus tard chez la femme comme chez l’homme. L’apport calcique doit être le maître mot de la prévention, quel que soit l’âge en respectant particulièrement deux périodes de la vie : adolescence et période post-ménopausique.

Tout au long de la vie, pratiquer une activité physique régulière permet une meilleure fixation du calcium et un renforcement de l’architecture des os en limitant le risque de fractures, mais maintient une bonne tonification des muscles et un bon équilibre général permettant d’éviter les chutes. Le premier facteur prédictif d’une ostéopénie ou d’une ostéoporose est une perte de taille par rapport à la taille adulte (20 ans) d’au moins 3 cm.
Lire aussi :

Ostéoporose et activités physiques.

Prise en charge de l’ostéoporose (PDF, 36 p., 1,3 Mo).

Retrouvez les bienfaits des activités physiques, les bonnes pratiques pour votre santé, dans : « A vos marques, prêts, Bougez ! Et Sportifiez vous ! » des Dr Patrick Bacquaert et Frédéric MATON, Ed. Chiron

Les informations données sur ce site ne peuvent en aucun cas servir de prescription médicale.
Vous êtes médecin du sport, professionnel de la santé et vous souhaitez publier un article sur notre site : contactez-nous

 

 

 

 

Prise en charge de l'ostéoporose
Diaporamas Sport au Féminin
Prise en charge de l'ostéoporose
Auteur(s) : Dr Patrick Bacquaert / Version : 2002
Pdf : 1.4 MB / 807 Téléchargement(s)
Licence : © Reproduction interdite / A usage personnel uniquement
Cette étude complète de l’ostéoporose retrace la physiopathologie de la maladie, les différents aspects du diagnostic clinique et para-clinique, ainsi que les modalités de prise en charge. Quelques études de cas permettent également d’apprécier l’évolutivité et la conduite à tenir en fonction de l’âge et du tableau clinique. Commentaires : Bonne actualisation des connaissances dans la prise en charge de l’ostéoporose, adaptée à un public médical ou paramédical.

publicité

Fermer