Notre partenaire

Complications des régimes trop sévères

Complications des régimes trop sévères
Modifier son alimentation pour perdre du poids représente un risque majeur de carences nutritionnelles. Celles-ci induisent une baisse des performances, pouvant se manifester par une fatigue, une fatigabilité à l’effort, une fonte musculaire, une altération de la récupération et un risque accru de blessure… Les complications sont nombreuses et sont corrélées à l’importance et à la durée du déséquilibre alimentaire.

Origines des carences nutritionnelles

Les carences nutritionnelles reposent sur une alimentation déséquilibrée et peuvent être :

Energétiques, par restriction des apports en glucides lents qui altère les réserves en glycogène et déstabilise la glycémie.

Protidiques, par insuffisance d’apport en produits animaux (viande, produits de la pêche, œufs, laitage…), carence en acides aminés essentiels, et aboutissant à une fonte musculaire.

Lipidiques, par insuffisance d’apport en acides gras essentiels, perturbant les fonctions hormonales, immunitaires et les réactions inflammatoires…

Minérales et vitaminiques, touchant tous les éléments, mais principalement le calcium, le fer, le magnésium, les vitamines B, C et E : Une carence calcique augmente, la déminéralisation osseuse et le risque fracturaire. Un déficit en magnésium se traduit par une intolérance au stress, des difficultés à gérer la vie de tous les jours, des troubles du sommeil tels qu’une insomnie, des difficultés d’endormissement, des réveils nocturnes, un réveil matinal précoce… Une carence en vitamine C et E altère les défenses anti-oxydantes et immunitaires, nuit à la récupération, altère la disponibilité énergétique. Les carences en micro-éléments perturbent les chaînes énergétiques.

Hydriques, toute déshydratation diminue les performances et favorise les blessures.

Mieux connaître : les manifestations des carences nutritionnelles

Les carences nutritionnelles nuisent à l’état de santé et aux performances. Leurs effets trouvent une traduction sur de nombreux organes :

Altération de l’état général : fatigue, fatigabilité à l’effort, frilosité, sensibilité aux infections et risque d’hypoglycémie…

Complications digestives : constipation, gastrite, élévation des transaminases hépatiques…

Complications cardiaques : bradycardie, hypotension orthostatique, hypotension artérielle, acrocyanose…

Complications osseuses : déminéralisation osseuse, risque accru de fracture de fatigue ou traumatique, ostéoporose précoce, retard de croissance chez l’adolescent sportif si la restriction est sévère et ancienne…

Complications dentaires : déminéralisation dentaire, risque de fracture dentaire, augmentation de la sensibilité de la dentine (au chaud et froid), risque accru de carie dentaire, gingivite…

Troubles de la peau et des phanères : peau sèche et desquamante, perte de cheveux et ongles cassants…

Complications génitales : baisse de la libido, dysménorrhée, aménorrhée…

Baisses des performances, pouvant se manifester par une fatigue, une fatigabilité à l’effort, une fonte musculaire par carence en protéine, un risque accru de blessure, une altération de la récupération par baisse des défenses anti-oxydantes.

Déshydratation

Complications psychologiques et comportementales : agressivité, irritabilité, trouble de l’humeur allant de la simple passivité au syndrome dépressif, perte de motivation, anxiété…

Complications hormonales : Les perturbations hormonales s’installent insidieusement. Si toutes les hormones peuvent théoriquement être concernées, les perturbations touchent principalement l’axe gonadique et thyroïdien. On observe ainsi une baisse des hormones sexuelles (œstrogène, LH, FSH), responsable de la baisse de la libido, des irrégularités menstruelles ou une l’aménorrhée. L’altération des hormones thyroïdiennes est plus marquée par la baisse de la T3 Libre, se traduisant par une fatigue, une frilosité, des troubles des phanères…

Un retard de croissance peut s’observer si la carence nutritionnelle devient chronique. L’observation de la courbe de croissance à la recherche d’une cassure est un élément diagnostic. Comment se faire aider ? La consultation diététique ou l’avis d’un nutritionniste peuvent se révéler très utiles. Le bilan et le conseil nutritionnel constituent une aide précieuse pour diriger une alimentation hypocalorique, déceler et prévenir les facteurs de risques de carence et éviter une contre performance.

Ces professionnels de santé proposent une éducation nutritionnelle indispensable pour comprendre et apprendre « comment mieux manger », orienter vos choix alimentaires, adapter l’alimentation en fonction de votre objectif. Cette aide se révèle bien plus efficace qu’un bilan sanguin ou toutes les croyances au « miracle » des nombreuses sollicitations marketings. Retrouvez l’article original complet dans le livre « LA NUTRITION DU SPORTIF, Du loisir à la compétition, Santé bien-être et performance », Dr Frédéric MATON et Dr Patrick BACQUAERT, Edition Chiron.

Lire aussi :

 
+
Complications
des régimes
hyperprotéinés.

Ne partez pas sans lire sur notre site :

publicité

Fermer