Publicité

La pose de garrot sur une plaie hémorragique

#lesgestesquisauvent

Cliquez sur l’image pour accéder au site de la Croix-Rouge Française.

Dans la vie quotidienne, pratique sportive ou non en cas d’hémorragie le premier réflexe est de comprimer. Allongez ensuite la victime, appelez, alertez les secours…

Depuis les attentats de novembre 2015 à Paris, l’Etat Français a demandé à la Croix Rouge de réintroduire dans ses formations au grand public la pose de garrot, nous avions à l’IRBMS réalisé de nombreux documents concernant la réalisation du geste qui sauve, nous pensons qu’au-delà d’une situation d’attentat, la pratique du sport peut aussi amener à être confronté lors d’une chute ou d’un choc à des blessures graves hémorragiques nécessitant la pause d’un garrot.

En fonction des futures recommandations internationales, un protocole plus détaillé des avantages, inconvénients et dangers de la pose d’un garrot, sera diffusé en 2017.

Le saviez-vous ?
  • La pause d’un garrot n’est pas une technique anodine et comporte aussi des freins liés à la peur de mal faire et à la vue du sang.
  • Compressez, appelez les secours et placer le garrot.

Les conseils de la Croix-Rouge

La compression manuelle

  • Le geste d’urgence alternatif si vous ne savez pas poser un garrot : la compression manuelle.
  • Appuyez une compresse (un linge, des serviettes en papier, des compresses, un tee-shirt…) sur la zone où cela saigne.
  • Allongez la victime puis alertez ou faites alerter les secours et poursuivez la compression en attendant les renforts.

Alertez les secours

Les Numéros d’Urgences :

  • Urgences à partir de tous les téléphones portables : 112
  • Urgences médicales SAMU : 15
  • Pompiers et lutte contre les incendies : 18
  • Police : 17

Comment faire un garrot ?

Le garrot le plus simple est le "garrot cravate"
Le garrot doit être posé quelques cm juste au-dessus de la plaie (entre la plaie et le cœur) : au-dessus du genou pour le membre inférieur, au-dessus du poignet pour la main et au-dessus du coude pour le membre supérieur, etc.

Utilisez comme garrot un lien assez gros comme un linge, un mouchoir, une cravate et éventuellement une ceinture et non une corde, des tendeurs, du fil de fer, etc., afin de ne pas agresser la peau ou provoquer une plaie supplémentaire.

Le garrot le plus simple est le « garrot cravate » autour du membre. Après avoir comprimer la plaie, passez le linge autour du membre et faite un nœud solide mais qui peut s’enlever facilement.

Les conseils de la Croix-Rouge

Tournez ce dernier pour resserrer le lien jusqu’à l’arrêt du saignement

Tournez ce dernier pour resserrer le lien jusqu’à l’arrêt du saignement

  • Prenez un lien de type cravate (ou un morceau de tissu, un foulard large et non élastique…) et posez-le à quelques centimètres au-dessus de la plaie.
  • Réalisez deux tours pour comprimer le sang, faites un nœud et placez un stylo (ou un morceau de bois, une cuillère…) dans le nœud.
  • Tournez ce dernier pour resserrer le lien jusqu’à l’arrêt du saignement puis faites un autre nœud pour maintenir le stylo.

La Croix-Rouge Française vous propose :

Attention à serrer le garrot juste assez pour arrêter l’hémorragie, puis notez l’heure de la pose du garrot soit avec un feutre sur le linge soit sur une carte qui sera placée, visible, dans le garrot ou donnée aux secours. Ne desserrez plus le garrot c’est aux équipes de secours de prendre en charge le blessé.

Conduite à tenir

Dans la vie quotidienne, pratique sportive ou non en cas d’hémorragie le premier réflexe est de comprimer. Allongez ensuite la victime, appelez, alertez les secours…

Attention :

  • Le Blessé peut être aussi en arrêt cardiaque, demandez alors de l’aide pour réaliser le massage cardiaque externe puis éventuellement utiliser un défibrillateur.
  • Un garrot très serré et laissé trop longtemps sur un membre (plus de deux heures) risque de provoquer une paralysie de ce membre mais bien heureusement les secours seront arrivés avant ce délais.
  • Après quatre à six heures, il existe des risques importants de gangrène du membre et de troubles rénaux pouvant entraîner le décès de la victime, mais sauf isolement ou accès impossible le blessé avec hémorragie sera pris en charge avant ce délais dans le cas contraire des conseils à distances pourront vous êtes donnés par téléphone.

Conclusion

Le bon réflexe est d’appeler les secours, de commencer une compression et de réserver le garrot pour des situations exceptionnelles.

Pour en savoir plus sur les gestes qui sauvent et l’utilisation d’un défibrillateur

Une Formation

L’Arrêt Cardiaque chez le Sportif : les règles préventives


Un Diaporama

Chaîne de survie dans le cadre de la mort subite


Une Fiche pratique

La Chaîne de survie pour la prise en charge des morts subites (Fiche pratique)

Ne partez pas sans lire sur notre site :

publicité

Fermer