Publicité

Renforcement musculaire adapté à l’obésité

L'obésité

L'obésité, fléau de nos années modernes

Selon l’indice de masse corporelle c’est-à-dire la détermination de l’IMC (indice de masse corporelle en kg / m²), l’obésité est définie par une IMC ≥ 30 kg /m² (définition acceptée jusqu’à 65 ans). Chez l’enfant, la valeur au 97ème centile de la distribution de l’IMC pour une classe d’âge.

L’activité physique doit dans ces cas être bien prescrite.

 

Définition obésité et surpoids chez l’adulte selon l’International Obesity Task Force [6].

Classification IMC (kg/m2) Risque
Maigreur <18.5
Normal 18.5 – 24.9
Surpoids 25-29.9 modérément augmenté
Obésité > ou égal à 30.0 nettement augmenté
Classe I 30.0 – 34.9 obésité modérée ou commune
Classe II 35 – 39.9 obésité sévère
Classe III > 40 obésité massive ou morbide

Le rapport taille sur hanche (RTH) permet de définir :

  • l’obésité androïde : supérieur à 1 chez l’homme, supérieur à 0,85 chez la femme,
  • l’obésité  gynoïde
  • l’obésité mixte

 

Risques pathologiques de l’obésité

 

Graphique obésité

Les risques sont :

  • l’hypertension artérielle,
  • le diabète,
  • l’athérosclérose,
  • l’insuffisance veineuse et les troubles trophiques des membres inférieurs,
  • troubles cutanées,
  • la dyspnée d’effort lié au poids,
  • l’asthme (nocturne par reflux),
  • le syndrome d’apnée du sommeil,
  • la répartition de la masse grasse entraîne différentes sortes d’obésités telles que l’obésité androïde (exposant aux complications métaboliques), gynoïdes (graisses à la partie inférieure du corps), et obésité mixte (obésité globale),
  • les pathologies de l’appareil locomoteur telles que la douleur, l’arthrose, la maladie goutteuse,
  • les problèmes dermatologiques comme les mycoses, l’hypersudation,
  • autres cancers…

Place de la musculation et de la rééducation dans le traitement de l’obésité

Des programmes de rééducations spécifiques sont développés dans les centres de rééducation avec des priorités pour une reprise de l’autonomie. Ils sont bien sûr inclus dans un programme pluridisciplinaire (diététique, psychologique,
médical…).

Mais l’exercice physique peut-il être une alternative du médicament ?

Les objectifs diffèrent selon le type d’obèse (grabataire, sédentaire ou actif) :

  • chez le grabataire, le but est la reprise d’une locomotion normale,
  • chez le sédentaire, c’est l’amélioration des capacités physiques (dyspnée, souplesse), permettre une activité physique quotidienne (aquagym, rééducation respiratoire),
  • chez l’actif, c’est la pratique d’obtention d’une bonne l’endurance.

 Arbre décisionnel de prise en charge des obèses, d’après Dejean S et Barraud C [6].

La musculation est incluse dans le traitement multidisciplinaire de l’obèse en favorisant :

  • l’augmentation de la masse maigre c’est-à-dire de la masse musculaire,
  • l’augmentation de la dépense énergique de repos,
  • la régulation hormonale entre anabolisants et catabolisants (diminue les effets néfastes des glucocorticoïdes et régularise les sécrétions d’insulines et d’hormones de croissances).

L’activité physique et notamment la musculation peuvent permettre la lutte contre l’obésité.

 

Article extrait de la thèse de médecine, « présentation de concepts de physiothérapie selon trois discipline : les étirements, la musculation et l’endurance. Applications médicales et sportives».

Docteur Popineau Christophe,Hopital d’Helfaut, médecin du sport au C.R.E.P.S de Wattignies et membre de l’IRBMS. – Paulo Fernandes Carlos, médecin généraliste.

Thèse soutenue par Mr Paulo Fernandes et dirigée par le Docteur Popineau.

 

Bibliographie

Musculation, ses effets sur les pathologies chroniques Auteurs des articles : Docteur Popineau Christophe,Hopital d’Helfaut, médecin du sport au C.R.E.P.S de Wattignies et membre de l’IRBMS. – Paulo Fernandes Carlos, médecin généraliste. Article extrait de la thèse de médecine, « présentation de concepts de physiothérapie selon trois discipline : les étirements, la musculation et l’endurance. Applications médicales et sportives ». Thèse soutenue par Mr Paulo Fernandes et dirigée par le Docteur Popineau.

 

  1. GUINCESTRE J-Yet coll Principes, usages, mésusages et risques du renforcement musculaire. J. Traumatol. Sport, 2005, n° 22, pp 236- 242.
  2. BELLAUD E, BERTUCCI W, BELLAUD J Le renforcement musculaire en rééducation : descriptif de différentes méthodes. Kinésithér, les cahiers, 2003, n° 17-18, pp 69-77.
  3. BONNEFOY M Sarcopénie, fonction musculaire et prévention. Nutrition clinique et métabolisme, 2004, n° 18, pp 175-180.
  4. HUGHES VA, FRONTERA WR et coll Longitudinal changes in body composition in older men and women: role of body weight change and physical activity. Am J Clin Nutr, 2002, n° 76, p 473- 81(article cité dans la référence 3).
  5. TISSANDIER O, THOMAS C et coll. Quel sens pour l’exercice physique du vieillard ? Neurologie.psychiatrie.gériatrie, janvier-février 2004, année 4, pp 25 -28.
  6. DEJEAN S, BARRAUD C et coll. Réadaptation dans l’obésité de surcharge pondérale. Encycl Med. Chir, kinésithérapie- medicine physique-réadaptation, 2000, 26-580-A-10.
  7. VLOEBERGS F Intérêts de l’activité physique dans la prévention de l’ostéoporose post-ménopausique. Annales kinésithérapiques, 1998, tome 25, n° 7, pp 317-319.
  8. MAYOUX-BENHAMOU M-A, REVEL M Ostéoporose et rééducation. Encycl Med. Chir, kinésithérapie- medicine physique-réadaptation, 1999, 26-590- A-10.
  9. MALLIOPOULOS X, THEVENON A Analyse de l’évolution de la densité minérale osseuse d’un groupe de patients ostéoporotiques pratiquant une séance hebdomadaire d’aquagym. Annales de réadaptation et de médecine physique, sept 1999, n° 42, p 384.
  10. DELARUE YOHANN Facteurs de risques de l’arthrose Douleurs, 2005, 6, 1, cahier 2, pp 1s4- 1s6
  11. RANNOU F, POIRAUDEAU S et coll. Le cartilage : de la mécanobiologie au traitement physique. Annales Réadaptation Médecine Physique, 2001, n °44, pp 259-267.
  12. RENAULT A Musculation « facteur de santé ». Cinésiologie, 2006, 45ème année, n° 225, pp 116-117.
  13. LAADHAR L, ZITOUNI M et coll. Physiopathologie de l’arthrose. Du cartilage normal au cartilage arthrosique : facteurs de prédisposition et mécanismes inflammatoires. La Revue de médecine interne, 2007, n° 28, pp 531-536.
  14. PAYOT-PODEVIN CAROLINE Les pathologies féminines liées au sport. Thèse de médecine soutenue le 24 mars 2005, présentée à la faculté de médecine de Lyon Grange-Blanche, sous la direction du Pr Mellier G.
  15. ELLEUCH MH, GHATTASSI I, GUERMAZI M et coll. L’incontinence urinaire chez la femme sportive nullipare. Enquête épidémiologie. A propos de 105 cas. Annales réadaptation médecine physique, 1998, n°41, pp 479-84.
  16. MADELENAT P, PROUST A, CREQUAT J Etre femme et sportive. Paris, éditions Doin, 1991, pp 105-117.
  17. CONQUY S, AMSELLEM-OUAZANA D Incontinence urinaire de la femme. EMC- gynécologie-obstétrique, 2005, n°2, pp 167-180.
  18. ANAES Prise en charge de l’incontinence urinaire de la femme en médecine générale (mai 2003) Gynécologie Obstétrique et fertilité, 2004, n°32, pp 1083-1090.
  19. LAFAY O Méthode de musculation, au féminin. Le protéo-system. Paris : éditions Amphora, 2005.
  20. ELLIE H La méthode Pilates « pour les nuls ». Paris : éditions Générales First, 2004.
  21. SENGLER J et coll. Abdominaux, toux et pression transmise à la vessie. Annales réadaptation de médecine physique, 1995, n° 38, pp 145-148.
  22. POLLOCK ML, VINCENT KR The President’s Council on Physical Fitness, and Sports Research Digest. Series 2, n°8, 1996, (tableau cité dans la référence n° 55).
  23. PORTERO P, MAÏSETTI O L’entraînement de la force : contexte général. Ann Kiné, 2003, n° 22, pp 27-28.
  24. DUCLOS S Prévention et traitement du syndrome métabolique : rôle de l’activité physique. Texte du rapport présenté au XXVIèmeCongrès national de la Société française de médecine du sport, Marcoussis 30 novembre–2 décembre 2006. Science et sport, 2007, n° 22, pp 129-134.
  25. CHANUDET X, LOUEMBE J et coll. Pression artérielle et musculation. Science et Sports, 2005, n° 20, pp 256-260.
  26. RENAULT A Musculation « facteur de santé ». Cinésiologie, 2006, 45ème année, n° 225, pp 116-117. 27 – GAIN H, HERVE J-M, HIGNET R, DESLANDES R Renforcement musculaire en rééducation. Encycl Méd Chir, Kinésithérapie-Médecine physique-Réadaptation, 2003, 26-055-A-11, 10 p
  27. GAIN H, HERVE J-M, HIGNET R, DESLANDES R Renforcement musculaire en rééducation. Encycl Méd Chir, Kinésithérapie-Médecine physique-Réadaptation, 2003, 26-055-A-11, 10 p

publicité

Fermer