Publicité

Résultats de notre enquête sur la consommation de boissons énergisantes

L’IRBMS a initié une vaste étude et enquête vers de nombreux publics dont les centres d’entraînement des sportifs de haut niveau

Ainsi 1 721 sportifs de haut niveau ont répondu sur leurs habitudes de consommation de boissons énergisantes. En effet celles-ci ne doivent pas être confondues avec les boissons énergétiques qui sont potentiellement utiles dans le cadre d’une pratique sportive.

Résultats complets de notre enquête sur les boissons énergisantes
Documents
Résultats complets de notre enquête sur les boissons énergisantes
Auteur(s) : IRBMS / Version : Ocotbre 2012
Pdf : 704.0 KB / 594 Téléchargement(s)
Licence : © Reproduction interdite / A usage personnel uniquement
Décembre 2010 : Constatation d’une recrudescence de consommation dans le milieu sportif, avec risque de banalisation des boissons. - Durée de l’enquête : De mars 2011 à Avril 2012. - Communication des résultats : Octobre 2012.

Résultats de notre enquête (résumé) :

49% des participants à cette enquête se trompent par ignorance ou confusion. De plus 28% d’entre eux croient que les boissons énergisantes sont adaptées à l’effort et 25% en boivent lors de leur pratique sportive en boisson d’effort et 16% les prennent pour améliorer les performances. Ce qui est, selon le Docteur Frédéric maton (SFNS), inadapté voir même contre-productif et potentiellement dangereux.

  • 61% des sportifs ont déclaré consommer les boissons énergisantes pour son goût.
  • 35% d’entre eux sont également attirés par la découverte.
  • 25% cherchent à prolonger l’état de veille.
  • 23% sont en quête d’excitation.
  • 8% recherchent une amélioration des performances

Comme d’autres, ils affirment aussi en boire dans un contexte festif (60%) ou dans le cadre de leurs activités sportives (25%) voire en journée pour s’hydrater (33%)

Effets néfastes ressentis :

Près de 2/3 des interrogés (sportifs) signalent ne percevoir aucun effet sur la santé, les autres évoquent un énervement, une excitation (26%) ou une tachycardie (10%).

Habitudes de consommations :

38% consomment également de l’alcool et 33% des compléments alimentaires.

Conclusion :

Devant les résultats de cette étude, corrélés aux publications scientifiques, nous préconisons les recommandations suivantes :

  • Au regard de la confusion entre les dénominations «énergisante» et «énergétique» nous recommandons :
    – La mise en place d’une politique de prévention, visant à distinguer clairement les boissons énergisantes et énergétiques.
  • Au regard de la possibilité d’utilisation de ces boissons dans le cadre d’une conduite addictive :
    – La mise en place d’un programme d’information en lien avec les AMPD (agence médicale de prévention dopage)
  • Au regard de la banalisation de cette consommation hors activités sportives :
    – La diffusion pour les consommateurs d’un outil pédagogique adapté et la formation d’éducateurs médico sportifs ou sociaux.

 

Repères chronologiques

 

 

Comité scientifique et remerciements :

Professeur Philippe Jean Parquet, Docteur Patrick Bacquaert, Docteur Fréderic Maton, Docteur Romain Rogeau, Monsieur Samuel TOURBEZ, Responsable du Pôle Prévention des Addictions – Conseil Général du Nord EPICéA, Institut de Recherche en  Bien-être,  Médecine et Sport Santé (IRBMS), Société Française Nutrition du Sport (SFNS).

L’IRBMS remercie tous les participants qui ont répondu à notre enquête, ainsi que tous les professionnels ayant contribué à la diffusion de cette étude.

  • Flyer prévention :  Boissons Energisantes ou Energy Drinks
    Documents
    Flyer prévention : Boissons Energisantes ou Energy Drinks
    Auteur(s) : IRBMS / Version : 2013
    Pdf : 795.8 KB / 2472 Téléchargement(s)
    Licence :
    Quels risques ? - Energétiques ou énergisantes ? - Changez vos habitudes ?

publicité

Fermer