Publicité

Risques traumatiques de la pratique du ski

La pratique du ski

La pratique du ski peut provoquer des traumatismes.

Les amateurs de ski attendent avec impatience les premières neiges et les vacances scolaires pour se donner sans modération à leur sport favori.

Attention!!! la pratique du ski n’est pas sans risque. Toutes les semaines, des milliers de skieurs se retrouvent, au retour de leur station, handicapés avec des traumatismes graves qui touchent de plus en plus les membres supérieurs, la tête et le rachis lors de chocs directs ou indirects.

Les lésions des membres inférieurs

Les entorses du genou

Si l’on parle de moins en moins de fractures spiroïdes du tibia péroné ou de fractures ou entorses de chevilles, c’est grâce aux modifications apportées par les constructeurs de matériel. Toutefois, les entorses de genou sont fréquentes, avec en particulier des entorses des ligaments croisés et des ligaments latéraux.

Entorses du ligament croisé antérieur

Il s’agit de la lésion la plus fréquemment rencontrée lors d’une chute avec un mouvement de valgus, flexion, et rotation externe, le tout s’accompagnant d’une hyperextension totale, le pied étant resté fixé au sol.

L’intérêt immédiat est de rechercher le facteur de gravité qui conditionnerait l’immobilisation et la descente en station pour la réalisation d’un bilan médical. Le skieur aura ressenti un craquement immédiat, une sensation de genou parti dans le vide et vu apparaître immédiatement un épanchement, avec un gros genou.

La douleur immédiate est souvent vive.

Dans ce cas, il ne faut pas hésiter : les secours doivent emmener le skieur pour réaliser un bilan. GSM Secours = 112.

Entorses des ligaments latéraux

Il s’agit très souvent d’une entorse de gravité moyenne ne nécessitant pas, le plus souvent, d’intervention chirurgicale. Le contexte clinique et la façon dont s’est réalisée la chute permettent quelquefois de confondre cette pathologie avec une simple douleur.

C’est souvent le soir ou le lendemain quand l’articulation est froide que les douleurs apparaissent. Un bilan est toujours nécessaire, la mise en décharge et souvent conseillée.

 

Les lésions des membres supérieurs : luxations et lésions

Lésions de l’épaule 

Toute chute sur l’épaule peut provoquer une lésion, fracture ou déchirure dont le diagnostic immédiat n’est pas toujours évident. L’articulation est certes douloureuse mais le skieur ressentira une douleur de plus en plus forte en rentrant au chalet ou à la station.

Il verra apparaître une impotence fonctionnelle, qui l’empêchera de bouger l’épaule et le conduira à consulter un médecin pour la réalisation d’un diagnostic.

Luxation acromio-claviculaire

Il s’agit d’une désunion entre l’acromion et la clavicule par lésion des ligaments acromio-claviculaires ou coraco-claviculaires. Selon l’intensité de la mobilité post-traumatique appelée également « touche de piano », le médecin autorisera ou interdira de continuer la pratique du ski.

Un traitement spécifique sera établi, avec le plus souvent un strapping d’immobilisation. Un bilan radiologique est toujours souhaitable.

Fracture du trochiter

Cette fracture se retrouve plus souvent lorsque le skieur est tombé directement sur le moignon de l’épaule. Un bilan radiologique confirmera le trait de fracture et conduira le plus souvent à une prise en charge par immobilisation.

Quelquefois, ces fractures peuvent cacher d’autres lésions profondes qui seront retrouvées par la réalisation d’une I.R.M. qui pourrait conduire à une prise en charge chirurgicale.

Entorse du pouce

Les entorses du pouce sont fréquentes, souvent mal identifiées lors de l’accident initial. Il s’agit d’une chute à ski, avec la dragonne qui emmène le pouce avec elle. Il s’ensuit une douleur très vive, sous le versant cubital de la main, avec quelquefois un gonflement et l’apparition d’un hématome, mais souvent le skieur ne s’affole pas car il s’agit fréquemment d’une petite douleur au niveau du pouce.

Malheureusement, après plusieurs jours de ski et le retour souvent à domicile, cette douleur et cette gêne s’amplifient.

Le médecin du sport consulté alors est obligé de constater la gravité de la lésion et de proposer une intervention chirurgicale.

Attention, les entorses du pouce sont très graves : une prise en charge immédiate permet de limiter les complications futures.

Fracture du scaphoïde

Ce petit os appelé scaphoïde, qui est placé dans la main, peut se fracturer lors d’une chute sur la paume des mains avec la main en hyperextension.

Les chutes courantes dans la pratique du ski sont finalement anodines, et c’est finalement quelques jours voire quelques semaines après cette fameuse chute que le skieur consultera en raison d’une gêne douloureuse au niveau de la main. Le médecin pour évoquer une fracture du scaphoïde lorsqu’à la palpation de la tabatière atomique, il retrouvera une douleur.

C’est alors le bilan radiologique qui permettra de constater le trait de fracture. Le délai entre la chute et le diagnostic conditionnera le traitement qui finalement être chirurgical tant ce petit os est difficile à consolider.

Ces lésions sont fréquentes lors d’une chute sur la glace ou une neige verglacée.

Les autres traumatismes

Traumatisme crânien

Un choc direct ou indirect sur une piste verglacée ou sur un obstacle fixe ou en déplacement peut conduire à toute forme de traumatismes. On rappellera les fractures de côtes, mais également les fractures de vertèbres, et bien entendu les fractures du crâne, qui risque de mettre en cause le pronostic vital.

Un hématome extra dural (hors du cerveau) ou intra cérébral peut survenir de suite ou après un moment. Le port du casque doit limiter les conséquences mais il faut skier en respectant les vitesses et les consignes de la station. En cas de traumatisme il faut mettre en place une surveillance médicale car un hématome doit être évacué chirurgicalement au plus vite.

La prévention de ces accidents passe par une bonne connaissance de ses propres limites, le respect des conseils de prudence, l’utilisation d’un matériel adapté, et le port d’un casque surtout chez l’enfant.

 

Conclusion

Un retour de séjour à ski peut être douloureux et occasionner une longue période de récupération, en raison de la gravité des lésions potentielles visibles ou invisibles lors d’un accident de ski.

Être conscient de la pratique d’un sport quel qu’il soit est déjà la base de la mise en place d’une stratégie préventive. N’oubliez pas que la pratique du ski doit rester un plaisir mais qu’il s’agit certainement du loisir provoquant le plus de traumatismes et d’accidents graves.

Ne partez pas sans lire sur notre site :

publicité

Fermer