Publicité

Tout savoir sur le massage cardiaque et l’utilisation du défibrillateur

Adoptons les comportements qui sauvent

Cliquez sur l’image pour accéder au site : Adoptons les comportements qui sauvent.

Savoir quand et comment pratiquer un massage cardiaque et utiliser un défibrillateur est essentiel. La survie d’une personne en arrêt cardiorespiratoire en dépend.

Quand utiliser un défibrillateur ?

Si vous avez accès à un défibrillateur celui-ci doit être employé lorsqu’une personne est inanimée, qu’elle ne respire plus et ne répond à une stimulation physique.

Le premier geste à accomplir consiste à appeler du secours en composant le 112 le 15 ou le 18. Les défibrillateurs de type automatisé sont les plus simples d’utilisation ; ils consistent à envoyer un choc électrique au cœur pour lui permettre de reprendre ses pulsations normales.

Quant au type de défibrillateur semi-automatique, c’est la personne qui s’occupe de la personne en arrêt cardiaque qui doit actionner le bouton qui envoie le choc au cœur, quand l’appareil le lui indique.

Les étapes d’utilisation du défibrillateur

etapes-utilisation-defibrillateur

Éloignez-vous un peu du corps de la victime quand l’appareil envoie l’impulsion électrique.

Idéalement, un défibrillateur doit être employé dans les 5 minutes suivant l’arrêt cardiorespiratoire.

Chaque minute de retard dans l’utilisation d’un défibrillateur fait diminuer de 7 à 10% les chances de survie de la victime.

Dès que vous appuyez sur le bouton de démarrage de l’appareil, une voix électronique vous guidera en vous donnant les directives à suivre en étapes. Elle vous expliquera de quelle façon appliquer les électrodes sur la peau nue de la victime.

La procédure à suivre :

  • Une électrode doit être placée sur la poitrine du côté droit et l’autre électrode s’installe sous l’aisselle gauche.
  • Comme c’est l’appareil qui délivre le choc de manière automatique, vous ne risquez pas de vous tromper.

Note : par ailleurs, si le défibrillateur que vous utilisez est semi-automatique, un message vocal vous indiquera quand vous devez presser le bouton pour envoyer le choc. Les défibrillateurs publics sont toujours automatisés ; par contre, ils ne sont pas adaptés à un enfant.

  • Éloignez-vous un peu du corps de la victime quand l’appareil envoie l’impulsion électrique. C’est le défibrillateur qui vérifiera ensuite si le cœur a repris ses pulsations et il vous fournira d’autres instructions à suivre.
  • Si la victime ne reprend pas conscience, le défibrillateur vous recommandera de reprendre le processus, en y ajoutant la technique de réanimation du massage cardiaque externe et éventuellement du bouche-à-bouche au rythme suivant : 30 compressions /2 insufflations. Si vous souhaitez en savoir plus ou besoin d’aide, n’hésitez pas à contacter un fournisseur de défibrillateurs.

Le massage cardiaque

Si vous n’avez pas accès à un défibrillateur externe, et que vous venez de constater un arrêt cardiorespiratoire chez une victime, procédez immédiatement à un massage cardiaque. Une intervention rapide, dès que survient un arrêt cardiorespiratoire, est essentielle pour que le cœur reprenne son rythme normal et pour éviter des séquelles aux organes. Le cerveau, en particulier, peut subir des lésions irréversibles dans ce cas. Le massage cardiaque fait circuler le sang et contribue à transporter de l’oxygène vers les organes.

La procédure à suivre :

Au début, la méthode du bouche-à-bouche n’est pas nécessaire. Commencez par effectuer des compressions thoraciques de la manière suivante (celle-ci convient aux adultes et aux enfants de plus de 8 ans) :

  • Allongez la personne sur le dos, idéalement sur une surface ferme (sol, table, lit).
  • Découvrez sa poitrine et faites pencher sa tête vers l’arrière.
  • Placez-vous à genoux, à côté de la victime.
  • Superposez vos mains au centre de sa poitrine (entre les seins).
  • Gardez vos mains en contact avec le sternum entre les compressions.
  • Exercez une pression sur le sternum avec le bas de la paume de la main, de manière ferme, rapide et régulière (2 compressions/seconde soit 100-120 fois par minute). A chaque pression, vos mains doivent descendre d’environ 4-5 centimètres.
  • Laissez la poitrine remonter naturellement avec chaque compression.
  • Après un massage d’une durée d’une minute, prenez une courte pause et vérifiez si vous percevez le pouls de la victime. S’il est revenu, arrêtez sinon reprenez le processus de massage cardiaque jusqu’à l’arrivée des secours médicaux.
  • Au bout de 4 minutes mettez en place le défibrillateur si vous en avez un à votre disposition ou effectuez la méthode du bouche-à-bouche en intercalant deux insufflations après 30 compressions.
  • Poursuivez la manœuvre jusqu’à l’arrivée des secours.

Les gestes à poser quand la personne reprend conscience

position-laterale-securite

Position latérale de sécurité (PLS).

Dès que la personne recommence à respirer normalement, placez celle-ci en position latérale de sécurité (PLS) : son corps doit être étendu sur le côté, la tête vers l’arrière pour libérer les voies respiratoires.

Pliez la jambe du dessus de façon à ce que le genou et la hanche forment un angle droit ; ainsi, vous stabiliserez la victime. Il sera important de laisser en place les deux électrodes et d’attendre avec elle l’arrivée des secours médicaux.

Dans quels cas une formation en secourisme RCR est-elle recommandée ?

Même si, idéalement, tout le monde devrait connaître au moins les bases de la réanimation cardiorespiratoire en cas d’urgence (RCR), la formation en secourisme est essentielle à toute personne œuvrant dans un milieu médical ou infirmier, mais aussi en milieu scolaire et sportif, dans un centre de personnes âgées, ou un centre de conditionnement physique. Les personnes responsables de la sécurité d’un groupe devraient également suivre une telle formation.

Quelques statistiques

  • Moins de 7% des personnes victimes d’arrêt cardiaque sont sauvées en France.
  • Chaque minute perdue représente 10% de chances de survie en moins.
  • Saviez-vous, qu’en France seulement, 120 000 personnes subissent un arrêt cardiorespiratoire ? De ce nombre, 2 400 perdent la vie pour ne pas avoir reçu de soins immédiats à temps.
  • Par ailleurs, de 1995 à 2010, la mortalité par infarctus est passée de 13,7% à 4,4% dans ce pays. On attribue cette amélioration aux efforts déployés pour faire connaître les gestes de survie de la réanimation cardiorespiratoire.
  • Aux États-Unis, 735 000 personnes subissent des problèmes cardiorespiratoires et 375 000 en meurent.
  • Au Canada, on a dénombré 70 000 arrêts cardiaques chaque année (soit un toutes les 13 minutes !) dont 14 000 décès.
  • On sait aujourd’hui que 85% de ces incidents surviennent au domicile ou dans un lieu public, d’où l’importance de connaître et de prendre note de la procédure de massage cardiaque et de l’utilisation d’un défibrillateur en cas d’urgence.

En associant la réanimation RCR à l’emploi d’un défibrillateur automatisé, les chances de survie sont presque doublées.

 

Remerciements : www.defibril.fr

Pour en savoir plus sur les gestes qui sauvent et l’utilisation d’un défibrillateur

Une Formation

L’Arrêt Cardiaque chez le Sportif : les règles préventives


Un Diaporama

Chaîne de survie dans le cadre de la mort subite


Une Fiche pratique

La Chaîne de survie pour la prise en charge des morts subites (Fiche pratique)

publicité

Fermer