Publicité

Football : un sport sous haute insécurité


Hooligans en Angleterre, en Allemagne, en France, Siders en Belgique, aux Pays-Bas, Ultras en Espagne, en Italie, au Portugal, mais également en France, ces termes ont une même réalité qui vient de refaire surface dans l’actualité du football. Les experts s’accordent à désigner par cette appellation de hooligans des comportements d’agressions physiques (violence contre les personnes) et de vandalisme (violence contre les biens) produit pas des spectateurs de manifestations sportives spécifique, le match de football, et se déroulant dans une zone géographique spécifique, le stade de football et ses alentours.

RAPPEL DU FAIT

La mort d’un jeune « supporter » parisien après le match de coupe de l’UEFA opposant le PSG au Hapoël Tel-Aviv jeudi 23 novembre 2006 est l’exemple flagrant de cette hooliganisme qui règne dans certains stades de football. Rappelons brièvement les faits tragiques qui ont suivi ce match de football ; Une centaine d’ultras du PSG, provenant à priori de la tribune de Boulogne, frustrés par la défaite de leur équipe ont proféré des insultes à caractères antisémite. Puis, il semble qu’ils aient poursuivi un supporter du Tel-Aviv en proférant des menaces et des propos racistes. Un policier en civil est intervenu et a mortellement touché un de ces poursuivants. Nous nous garderons de toute analyse, les faits relataient étant pour l’instant partiels. La tragédie du Heysel est encore dans tous les esprits

Ce fait n’est pas un acte isolé. Le hooliganisme se caractérise par un profond enracinement historique dans la mesure où, depuis que le football est mis en spectacle, c’est-à-dire la fin du siècle dernier, on recense des incidents impliquant les spectateur quel que soit le niveau de compétition (invasion du terrain avec attaque des joueurs ou de l’arbitre, bagarres entre supporters, destructions matérielles autour de l’aire de jeux). La tragédie du Heysel est encore dans tous les esprits.

Nous sommes confrontés à une problématique complexe qui trouve sa source dans des causalités individuelles, groupales et sociétales interagissant avec des phénomènes de foule, qui se sont greffées sur le substrat privilégié de la compétition footballistique.

RAPPEL HISTORIQUE

Le football représente le sport le plus populaire et le plus médiatisé de l’ère contemporaine. Nous retrouvons sa trace dès le Moyen Âge avec le jeu de la soule, mélange du football et du rugby. Pour décrire cette pratique, reprenons le témoignage de l’Abbé Jamet, en 1844 : « Lorsque j’arrivais à Saint-Hilaire, il y avait, dans cette paroisse, une coutume qui tenait en quelque sorte de la barbarie.

Quand une jeune fille de quitter le pays par suite de son mariage, le dimanche qui suivait ses noces, elle devait revenir dans sa paroisse à la grand-messe, apportant avec elle une « soule », c’est-à-dire une boule en cuir, remplit intérieurement de diverses choses, et même de quelques pièces de monnaie ou d’argent. Après la laisse, le mari sortait avec sa jeune femme. Pour les jeunes gens de la paroisse divisée en deux camps les entouraient aussitôt. La femme alors remettait la « soule » à son mari qui, d’un bras vigoureux, la lancée par dessus le faîte de l’église. Tous à l’instant de se précipiter sur la soule, ce culbutant, se frappant même, pour l’arracher des mains de ce qu’il avait saisi les premiers. C’était à qui triomphe aurait, et ferait triompher son parti. Rien ne les arrêter ! Ils renversaient les croix dans le cimetière, démoli si les barrières qui rencontraient, détruisez tous dans les jardins, dans les champs, et se précipiter même, au besoin, dans la rivière. Et ce combat ne finissait que lorsque le plus fort et le plus là Gilles avait pu pénétrer, avec la sou le, sur un terrain hors de la commune. Alors la partie était gagnée et il y avait un banquet auquel tous les joueurs étaient invités ; mais, hélas, plusieurs ne pouvait y prendre part à cause de leurs blessures. Un jour même, un jeune homme fut écrasé, dans la mêlée, sous les pieds de ses camarades, et mourut peu de temps après. »

De la soule au Heysel, un constat historique atteste que l’évolution du sport est parsemée d’incidents et de drames. Cette violence sous la forme du hooliganisme existe depuis le début du siècle. Elle est liée à la mise en spectacle du football et s’avère universelle. Elle a évolué vers une violence préméditée, et relativement organisée, avec l’apparition des noyaux durs de supporter aux environs des années 60 en Grande-Bretagne. Elle fut importée sur le continent, par l’intermédiaire des compétitions européennes et de la médiatisation croissante du phénomène dans les années 70.

ETUDES ET TRAVAUX

Les travaux des psychologues sociaux comme LEYENS et DUNAND en 1988, nous montrent que la vision de spectacles violents entraîne un effet instigateur de comportements violents chez les spectateurs. Le spectacle de la violence n’a aucune conséquence libératoire sur l’agressivité. Cette théorie va à l’encontre d’une idée très répandue d’un sport catharsique de comportements violents. Selon ce modèle, nous aurions un réservoir d’agressivité qu’il convient d’évacuer. La vision de comportements agressifs, de spectacles agressifs permet la libération de ce réservoir d’agressivité. Par exemple regarder un match de boxe permet à notre réservoir d’agressivité, par ce phénomène de catharsis, de se vider et de se libérer de toutes les tensions, de toute cette agressivité qui est présent dans chaque être humain. Pour Leyens, au contraire, le spectacle de la violence a pour conséquence d’augmenter la violence du spectateur : il l’éveille, la suscite et la renforce. Conjointement, il apparaît que les effets d’un spectacle violent commence à s’installer chez l’individu avant qu’il n’y assiste. Ici interviennent les anticipations cognitives du spectateur. Le fait d’anticiper la vision d’un spectacle violent peut donc suffire à l’émergence de comportements violents.

Les recherches de GOLDSTEIN en 1971 montrent qu’il n’y a aucune augmentation d’hostilité chez les spectateurs après une compétition de gymnastique, alors qu’il n’y en a par contre chez ceux qui ont assisté à match de football américain.

L’étude de SMITH a montré que 74 % des violences des spectateurs survenus dans les stades de football avaient été précédés d’agressions sur le terrain entre les joueurs. Le football est émaillé d’incidents de jeux qui produisent des stimulations de deux ordres : les stimulations neutres (le but de l’équipe favorite, phase de jeux présente, victoire finale…) et des stimulations critiques comme les erreurs d’arbitrage, les buts de l’équipe adverse, la violence des joueurs… Ces deux types de stimulation entraînent une augmentation du niveau d’excitation du spectateur. Les premières déclenchent des réactions plaisantent et euphorique chez le spectateur tandis que la seconde, par la frustration qu’elles induisent, tendent à provoquer des comportements agressifs.

Certains chercheurs comme MARSH considère que ces bagarres de supporter sont assimilées à des formes d’agressions ritualisées et ne sont que très rarement dangereuses et violentes. Il distingue deux types de comportements. D’abord la violence réelle, au sens propre du terme, qui est une violence physique dirigée dans un but agressif envers autrui. Ensuite, « l’aggro » qui consiste en un rituel d’actions agressives de type symbolique, qui comprend le déploiement d’armes, mais non leurs utilisations, d’actes d’intimidations. L’objectif de ces rituels est d’intimider l’adversaire, de les humilier pour effacer la frustration occasionnée lors du match de football. Selon cet auteur, les blessures graves proviennent d’une distorsion du déroulement normal de l’aggro, résultant d’interventions extérieures, par exemple de la police, en raison du fait que ce type d’intervention brise le délicat consensus dont dépend le caractère rituel de l’aggro. Cette théorie, si elle permet d’expliquer certains faits d’hooliganisme, ne peut être généralisé car certains actes échappent au contrôle de ces groupes.

VIRAGE HISTORIQUE

Il semble que le tournant vers une violence de groupe préméditée est associé à l’apparition des skinheads dans les gradins, jeune violent au crâne rasé, issu d’un mouvement musical opposé au mouvement hippie. Selon Taylor, l’apparition des skinheads des années 70 a permis l’émergence du hooliganisme dans sa forme contemporaine. Il semble que certains des supporters incriminaient lors du drame d’après match opposant le PSG au Tel-Aviv soient issus de ce mouvement skinheads. Ces jeunes issus du mouvement skinheads vont introduire la violence de la rue dans la compétition de football. Parallèlement la compétition footballistiques, se déroule une véritable compétition qui implique les supporters des noyaux durs dans une forme de guerre des gangs ou la violence est relativement organisée et planifier (avec l’apparition de l’usage d’armes). Le noyau dur développe un système particulier de normes et de valeur de référence. Les membres tendent à s’aligner sur celui-ci. Les valeurs préconisées concernent la virilité, l’appui inconditionnel au club et au « KOP », ainsi que la déviance. Les très médiatiques rencontres PSG-OM sont au coeur de cette problématique, avec des systèmes de sécurité renforcés pour éviter les émeutes et les violences qui sont inhérentes à ces rencontres sous hautes insécurités. Ces matchs sont autant d’exutoires pour les ultras de ces deux clubs et les incidents y sont constants permettant ainsi de revendiquer une identité forte entre ces deux villes, entre ces deux cultures, entre ces deux clubs,….

Dans les années 1990 se développe une théorie de la vulnérabilité sociétale. Selon cette théorie l’accumulation sociale et psychologique d’expériences négatives lors des relations avec les institutions sociales engendre une délinquance juvénile persistante. Ces jeunes se considèrent comme des perdants sociaux. Ils compensent leurs pauvres perspectives sociales par l’excitation et l’identification. Psychologiquement, ils investissent tous dans leur équipe et dans leur groupe de supporter. Ils gagnent en prestige en s’identifiant à un club qui gagne mais également à un groupe de supporter qui impressionne, suscite l’intérêt des médias, mobilise forces de l’ordre, est craint par les autres supporters. Ils mettent ainsi en place une stratégie de paraître qui vise à briser l’anonymat et qui s’appuie sur des comportements déviants. Ils symptomatisent cette volonté d’avoir une identité forte et ceci d’autant plus que leur équipe possède une image médiatique forte. En quelque sorte, plutôt que de n’avoir aucune identité sociale, ils revendiquent une identité négative et provocatrice en s’identifiant à un club qui signifie tous pour eux. Cette théorie complète la théorie élaborée par DOLLARD pour expliquer des phénomènes d’agressions et de discriminations (la théorie de la frustration-agression).

Cette quête identitaire n’a pas échappé aux activités des organisations racistes et d’extrême droite qui ont progressivement infiltré ces groupes. Le problème des agissements de l’extrême droite dans les stades de football est à prendre très au sérieux. En Espagne, les Ultra-Sur du Réal Madrid se disent fascistes nostalgiques du franquisme, les ultra rivaux de l’Atletico Madrid se réclament d’extrême gauche ; ce phénomène est identique dans les différents pays européens. D’après certaines recherches, les activités des organisations racistes d’extrême droite sont devenues routinières dans le football et leur influence sur l’idéologie des groupes d’hooligans les mieux structurès et les plus violents apparaît évidente.

La violence dans les stades et autour des stades semble donc résulter d’une pluricausalité, d’une réalité complexe et multiple, universelle et historiquement ancrée dans la pratique du football. La médiatisation, le football spectacle et le football business n’ont fait qu’accroître et amplifier ce phénomène. Il semble qu’il n’est pas prêt d’être éradiqué.

Les informations données sur ce site ne peuvent en aucun cas servir de prescription médicale. Vous êtes psychologue du sport et vous souhaitez publier un article sur notre site : contactez-nous

Lire aussi :

 

 

Ne partez pas sans lire sur notre site :

publicité

Fermer