Notre partenaire

Vitamine E (tocopherols)


Fonctions

– Rôle anti-oxydant puisant en particulier au niveau des membranes biologiques. Par son tropisme cutané et son rôle anti-oxydant, la vitamine E possède un pouvoir protecteur élevé vis-à-vis des acides gras qui composent les membranes cellulaires.
– Intervient dans les processus anti-inflammatoire et d’agrégation plaquettaire, en inhibant la formation des Prostaglandines et de Thromboxane.
– Action anti-athérogène en inhibant l’oxydation des LDL.

ANC en vitamine E

(Apports Nutritionnels Conseillés de la population française, Ambroise Martin, Tech&Doc, Masson 2001) Les ANC chez l’enfant 10/12 ans sont de l’ordre de 11 mg/kg/jour. Les ANC chez l’adulte sont de 12 mg/kg/jour, et doivent généralement être doublés chez les sportifs. Les apports sont augmentés chez les sportifs, à raison de 12 mg/kg/jour supplémentaires, par tranche de 1000 Kcal dépensées au dessus de 1800 Kcal/jour chez la femme, et 2200 Kcal/jour chez l’homme. La limite supérieure autorisée est fixée à 50 mg/kg/jour. L’unité est l’Equivalent RRR-alpha-Tocophérol, qui correspond à la forme naturelle.

A ne pas confondre avec le rehaussement des valeurs maximales d’incorporation des vitamines C, E, B 1, B 2, B 3, B 5, B 6, B 8 et B 12 (en complément alimentaire) – Afssa – Saisine n° 2004-SA-0210

La limite de sécurité européenne de la vitamine E à été fixée à 300 mg/j par le SCF (Scientific Committee on Food). Les résultats de l’enquête ASPCC montrent que les forts consommateurs, représentés par le 97,5ème percentile de consommation en vitamine E, en absorbent 80 mg/j. L’hypothèse d’une consommation de deux unités de compléments alimentaires, dosées à 80 mg de vitamine C, aboutirait à un apport total maximal de 240 mg/j. Les résultats de cette simulation montrent que les risques de dépassement de la limite de sécurité sont très faibles.

 

Métabolisme

L’absorption de la vitamine E est passive, et fait appel aux micelles, ce qui met en œuvre les mécanismes digestifs pancréatiques et biliaires. Cette absorption est ainsi étroitement associée à l’absorption des acides gras. Une fois absorbée, la vitamine E se lie au niveau du foie aux chilomicrons VLDL. Progressivement, elle se répartit dans les différentes lipoprotéines de l’organisme, en s’associant au VLDL, LDL, HDL. Il existe 8 formes isomériques différentes de la vitamine E, ayant pour point commun une chaîne de Tocophérol.

Sources alimentaires de Vitamine E

– Huiles végétales (tournesol, colza, pépin de raisin)
– Poissons gras (saumon, thon, maquereau)
– Beurre
– Certains fruits et légumes : noix, fenouil, petit pois, salsifis, épinard, persil, kiwi
– Germes de céréales.

Carence

La carence en vitamine E reste exceptionnelle chez l’homme, et se manifeste par des dysfonctionnements neurologiques, polyneuropathie, myopathie… Dangers d’un surdosage : Comme tous les anti-oxydants, l’excès de vitamine E induit l’effet inverse, un pouvoir pro-oxydatif. Toutefois, le risque de surdosage semble faible, car l’excès de vitamine E peut s’excréter par la bile hépatique, sous réserve de fonctions hépatiques normales. L’augmentation des apports au-delà des ANC ne présente aucun intérêt sur la santé comme sur les performances.

Astuces Comment assurer vos apports en vitamine E ?

  • Assaisonnez vos crudités avec des huiles végétales.
  • Dans les régimes de perte de poids, ne réduisez pas exagérément vos apports en matière grasse, ce qui limiterait l’absorption de la vitamine E, source de carence.
  • Les fruits oléagineux (amandes, noix, noisettes…) représentent un apport complémentaire.

publicité

Fermer