Publicité

Zika, une pandémie qui inquiète les autorités sanitaires

Le moustique Aedes aegypti

Le moustique Aedes aegypti est impliqué dans la transmission du virus Zika (photo Wikipédia).

Les symptômes les plus courants de l’infection par le virus Zika. Quelle prévention ? Est-il conseillé de voyager dans des pays où le virus Zika circule ?

Le Directeur général de l’OMS informe le Conseil exécutif de la situation de la maladie à virus Zika.

Présentation au Conseil exécutif sur la maladie à virus Zika – Genève, Suisse le 28 janvier 2016 :

En 2007, la maladie à virus Zika a étendu son rayon géographique, causant dans les États fédérés de Micronésie la première flambée épidémique jamais documentée dans les îles du Pacifique. Depuis 2013 et 2014, quatre autres nations insulaires du Pacifique ont fait état de flambées épidémiques d’envergure dues à cette maladie.

En Polynésie française, la flambée épidémique de maladie à virus Zika a été associée à des complications neurologiques alors que le virus circulait en même temps que la dengue. C’était une caractéristique unique, mais difficile à interpréter.

La situation aujourd’hui est profondément différente. L’année dernière, le virus a été détecté dans les Amériques, où il se propage désormais de manière explosive. À ce jour, des cas ont été signalés dans 23 pays et territoires de la Région.

L’inquiétude est très grande : http://www.who.int

Le moustique tigre est capable de transmettre à l’homme différents virus dont ceux de la dengue, du chikungunya, la fièvre jaune et le virus Zika qui sévit actuellement est transmis par une piqûre de moustique femelle infectée du genre Aedes, « moustique-tigre » (le virus passe de la salive de l’insecte au sang de la personne piquée).

Transmis par la piqûre d’un moustique infecté, il peut entraîner un syndrome proche des autres arboviroses, avec fièvre, éruption cutanée, céphalée et douleurs articulaires, spontanément résolutif. C’est par ailleurs le seul arbovirus pour lequel une transmission sexuelle a été mise en évidence. Début 2016, aucun traitement, vaccin, ni test de diagnostic rapide n’existe contre ce virus.

Source : https://fr.wikipedia.org

L’OMS communique :

Principaux faits

  • La maladie à virus Zika est due à un virus transmis par des moustiques du genre Aedes.
  • Les sujets atteints présentent en général une fièvre modérée, une éruption cutanée (exanthème) et une conjonctivite. Normalement, ces symptômes disparaissent en 2 à 7 jours.
  • Il n’existe actuellement aucun traitement ou vaccin spécifique.
  • La meilleure forme de prévention consiste à se protéger des piqûres de moustiques.
  • On sait que le virus circule en Afrique, dans les Amériques, en Asie et dans le Pacifique.
Source : http://www.who.int

La prévention

Virus Zika : préventionPour éviter les piqûres de moustiques, il est recommandé que les personnes qui vivent dans des zones où il y a des cas de la maladie, ainsi que les voyageurs et, en particulier, les femmes enceintes devraient :

  • Couvrir la peau exposée avec manches longues chemises, pantalons et chapeaux.
  • Utilisez des répulsifs recommandées par les autorités de santé. Pour ce faire, on peut appliquer des produits répulsifs, porter des vêtements (de préférence de couleur claire) couvrant le plus possible le corps, mettre des obstacles physiques (par exemple écrans anti-insectes, portes et fenêtres fermées), (et de les appliquer comme il est indiqué sur l’étiquette) et dormir sous des moustiquaires.
  • Il est également important de vider, de nettoyer ou de couvrir tous les contenants susceptibles de retenir l’eau même en petite quantité, comme les seaux, les pots de fleurs ou les pneus, de façon à éliminer les endroits où les moustiques peuvent se reproduire.

Qu’est-ce que l’infection par le virus Zika ?

L’infection par le virus Zika est causée par la piqûre d’un moustique Aedes infecté, entraînant généralement une légère fièvre, des éruptions cutanées, conjonctivite, et des douleurs musculaires.
Le virus a été isolé pour la première fois en 1947 dans la forêt Zika en Ouganda. Depuis, il est resté principalement en Afrique, avec des petites et sporadiques flambées en Asie. En 2007, une épidémie majeure a été signalée sur l’île de Yap (Micronésie), où près de 75% de la population a été infectée.

Le 3 Mars 2014, le Chili a notifié l’OPS / OMS qu’il avait confirmé un cas de transmission autochtone du virus Zika sur l’île de Pâques, où le virus a continué à être détecté jusqu’à Juin 2014.
En mai 2015, les autorités du Brésil de la santé publique ont confirmé la transmission du virus Zika dans le nord-est du pays. Depuis Octobre 2015, d’autres pays et territoires des Amériques ont signalé la présence du virus.

Voir la liste des pays : www.paho.org/zikavirus

Quels sont les symptômes ?

Virus Zika : symptômesLes symptômes les plus courants de l’infection par le virus Zika sont une légère fièvre et exanthème (éruption cutanée), généralement accompagnée par une conjonctivite, douleurs musculaires ou articulaires, et un malaise général qui commence 2-7 jours après la piqûre d’un moustique infecté.

Une personne sur quatre personnes infectées développe les symptômes de la maladie. Parmi ceux qui les font, la maladie est généralement bénigne et peut durer 2-7 jours. Les symptômes sont similaires à ceux de la dengue ou le chikungunya, qui sont transmis par le même type de moustique. Les complications neurologiques et auto-immunes sont rares, mais ont été décrits dans les foyers en Polynésie et, plus récemment, au Brésil. Comme le virus se propage dans les Amériques, nous donnant plus d’expérience avec ses symptômes et les complications, il sera possible de mieux caractériser la maladie.

 

 

Comment se transmet le virus Zika ?

Virus Zika est transmis aux humains par la piqûre d’un moustique Aedes infecté. Ceci est le même moustique qui transmet la dengue et le chikungunya.

Peut-il être transmis par le sang ou par contact sexuel ?

En général, le virus Zika a besoin d’un vecteur (un moyen de transport) pour infecter les gens. Ce vecteur est le moustique. Le virus a également été isolé dans le sperme, et un cas de possible transmission sexuelle de personne à personne a été décrit. Zika peut être transmis par le sang, mais cela est un mécanisme rare. Les recommandations habituelles pour la sécurité transfusionnelle doivent être respectées (par exemple, donneurs volontaires sains).

Peut-il être transmis de la mère à l’enfant ?

Il y a peu d’informations sur la transmission de la mère à l’enfant pendant la grossesse ou l’accouchement. La transmission périnatale a été rapportée avec d’autres virus à transmission vectorielle comme la dengue et le chikungunya. Des études sont actuellement menées sur une éventuelle transmission de la mère à l’enfant du virus et ses effets possibles sur le bébé.

Quel traitement ?

Le traitement consiste à soulager la douleur, la fièvre et tout autre symptôme qui dérange le patient. Pour prévenir la déshydratation, il est recommandé de contrôler la fièvre, le repos et boire beaucoup d’eau. Il n’y a pas de vaccin ou médicament spécifique pour ce virus.

Peut-il causer la mort ?

Dans cette région, il est un nouveau virus qui jusqu’à présent a eu une répartition géographique et démographique très limité, et il n’y a aucune preuve que cela peut causer la mort. Cependant, des cas sporadiques ont été rapportés de manifestations plus graves et de complications chez les patients avec des maladies ou des conditions préexistantes, causant la mort.

Qui est à risque d’infection Zika ?

Toute personne préalablement exposée au virus et qui vit dans une région où le moustique est présent, et où des cas importés ou locaux ont été rapportés, peut être infectée. Depuis, le moustique Aedes se trouve dans toute la région (sauf au Chili continental et au Canada), il est probable que des épidémies se produisent dans d’autres pays qui n’ont pas encore signalé de cas.

Comment est diagnostiquée Zika ?

Chez la plupart des gens, le diagnostic repose sur les symptômes cliniques et les circonstances épidémiologiques (tels qu’une épidémie Zika dans la zone, ou les voyages du patient dans les zones où le virus circule).

Des tests sanguins peuvent aider à confirmer le diagnostic. Certains (les tests PCR virologiques) sont utiles dans les 3-5 premiers jours après l’apparition des symptômes, tandis que d’autres (tests sérologiques) détectent la présence d’anticorps, mais sont utiles seulement après cinq jours.

Quelle est la différence entre Zika, la dengue, le chikungunya ?

Toutes ces maladies présentent des symptômes similaires, mais certains symptômes suggèrent une maladie ou une autre :

La dengue se présente habituellement avec une fièvre supérieure et de plus sévères douleurs musculaires. Il peut y avoir des complications lors de la rupture de la fièvre : une attention devrait être accordée aux signes d’alerte comme des saignements.

Chikungunya se présente avec une fièvre supérieure et des douleurs articulaires plus intense, ce qui affecte les mains, les pieds, les genoux et le dos. Il peut « désactiver » les gens – ne peuvent pas marcher ou effectuer des actions simples telles que l’ouverture d’une bouteille d’eau.

Zika n’a pas de caractéristiques clairement définies, mais la plupart des patients ont des éruptions cutanées et certains une conjonctivite.

Y’a-t-il une relation entre le syndrome de Guillain-Barré et le virus Zika ?

Une augmentation de syndrome de Guillain-Barré (SGB) a été observée dans les zones où une épidémie de virus Zika a été détectée (par exemple, en Polynésie Française et au Brésil).
Toutefois, un lien de causalité directe n’a pas été établie entre l’infection par le virus Zika et SGB. Plusieurs études sont en cours.

Circulation du virus Zika

Quelles sont les causes transmission rapide dans un domaine ?

Il y a deux facteurs de transmission rapide (documenté dans d’autres pays) :

  • (1) Comme c’est un nouveau virus dans les Amériques, l’ensemble de la population est sensible et manque de défense contre le virus Zika;
  • (2) Le moustique Aedes est très répandu dans la région, compte tenu des conditions climatiques, de la température et de l’humidité dans les pays tropicaux.

Est-il conseillé de voyager dans des pays où le virus Zika circule ?

L’OPS / OMS n’a pas émis de restrictions liées à Zika concernant les déplacements. Les voyageurs sont invités à prendre les précautions suggérées pour éviter les piqûres de moustiques.

Quelles mesures devraient être prises pour prévenir l’infection par le virus Zika ?

La prévention consiste à réduire les populations de moustiques et d’éviter les piqûres, qui se produisent principalement au cours de la journée. L’élimination et le contrôle des sites de reproduction des moustiques Aedes aegypti réduit les risques de transmission de Zika, chikungunya et dengue. Une réponse intégrée est nécessaire, impliquant une action dans plusieurs domaines, notamment la santé, l’éducation et l’environnement.

Pour éliminer et contrôler le moustique, il est recommandé :

  • D’éviter de laisser l’eau stagnante dans des conteneurs en plein air (pots de fleurs, des bouteilles et des récipients qui recueillent l’eau) afin qu’ils ne deviennent des sites de reproduction des moustiques.
  • De couvrir les réservoirs d’eau sanitaire afin que les moustiques ne puissent pas entrer.
  • D’éviter l’accumulation d’ordures : mettez-les dans des sacs en plastique fermés et gardez-les dans des récipients fermés.
  • De débloquer des drains qui pourraient accumuler de l’eau stagnante.
  • D’utiliser des écrans et des moustiquaires dans les fenêtres et les portes pour réduire le contact entre les moustiques et les individus.

Les personnes présentant des symptômes de Zika, la dengue ou le chikungunya doivent visiter un centre de santé.

Quelle est la réponse de l’OPS / OMS dans les Amériques ?

L’OPS / OMS travaille activement avec les pays des Amériques pour développer ou maintenir leur capacité à détecter et confirmer les cas d’infection par le virus Zika, traiter les personnes touchées par la maladie, et mettre en œuvre des stratégies efficaces pour réduire la présence du moustique et de minimiser la probabilité d’une épidémie.

Le soutien de l’OPS / OMS implique :

  • Renforcer les capacités des laboratoires pour détecter le virus en temps opportun (avec d’autres centres collaborateurs et partenaires stratégiques).
  • Conseils sur la communication des risques pour répondre à l’introduction du virus dans le pays.
  • La lutte anti vectorielle, en travaillant activement avec la population pour éliminer les populations de moustiques.
  • Préparer des recommandations pour la prise en charge clinique et le suivi des personnes infectées par le virus Zika, en collaboration avec les associations professionnelles et les experts des pays.
  • Suivi de l’expansion géographique du virus et l’apparition de complications et les cas graves par la surveillance des événements et des rapports nationaux par la voie du Règlement sanitaire international.
  • Soutenir les initiatives du ministère de la santé visant à en apprendre davantage sur les caractéristiques du virus, son impact sur la santé, et les conséquences possibles de l’infection.
Source : www.paho.org (en espagnol)

JO 2016 : Le voyage, la pratique sportive ou assister à une manifestation sportive

La prophylaxie d’exposition
  • On comprend aisément que le sportif pratiquant un raid nature en short et en tee-shirt, protégé d’un simple chapeau et de lunettes de soleil, expose une grande partie de sa surface aux piqûres de moustiques.
  • Un répulsif est donc indispensable pour se protéger de la piqûre. Il faut accorder une place primordiale au choix de ce répulsif et s’en imprégner la peau ainsi que les vêtements lors de la pratique du sport, et surtout au moment où les piqûres sont les plus fréquentes, à la tombée de la nuit, ou pendant la phase de récupération. En complément, il faut donc également dormir dans un lit à l’hôtel, en chambre d’hôte ou en camping, sous une moustiquaire imprégnée du répulsif.
  • La fin de soirée représente un facteur à haut risque. Certains pays représentent un pic entre 21 et 23 heures, d’autres au contraire se situent aux alentours de 1 heure du matin avec une recrudescence vers cinq ou six heures du matin. Si en France les répulsifs n’avaient pas la côte chez le sportif, cela était dû d’abord à un manque d’information du public sportif, mais également à leur odeur, qui pouvait gêner plus le sportif que les moustiques eux-mêmes. De nombreux répulsifs actifs sont présents sur le marché. Il faut toutefois être vigilants car leur efficacité peut être également anéantie par des résistances produites sur le terrain. Les conditions d’utilisation, les quantités appliquées sur la peau, l’imprégnation des vêtements, l’imprégnation de la moustiquaire, conditionnent bien entendu la réelle efficacité de ces répulsifs.
  • En tout état de cause, il faut favoriser les moustiquaires imprégnées longue durée, associer les répulsifs, mettre en place des insecticides et utiliser au minimum le D.E.E.T. (Diétyl Tholuamil), associé aux répulsifs modernes, dont en particulier ceux dérivés de la pipéridine.

Lire : Le Paludisme et pratique sportive

Les produits efficaces :

  • le DEET (Diethly Toluamide) est considéré comme le plus actif. Sous forme de spray, lotion ou gel, il agit en modifiant les perceptions olfactives du moustique afin de l’empêcher de piquer.
    Attention Il est formellement déconseillé chez la femme enceinte et les enfants de moins de six mois.
  • L’IR3535 est réputé efficace et moins nocif. Son utilisation chez les jeunes enfants demande néanmoins de respecter scrupuleusement les précautions d’emploi. Au besoin, demandez conseil à votre pharmacien.
    Attention aux expositions au soleil si vous appliquez sur la peau un produit de ce type.

Sites recommandés

Spécial JO 2016 Rio

Rio - JO 2016Aucune interdiction à ce jour, 02/02/1016, mais des précautions de protections contre les piqûres de moustiques tigres. En effet les JO se dérouleront en période d’hiver au Brésil, du 5 au 21 août 2016, ce qui n’est pas la période favorable à la reproduction des moustiques.

Avertissement pour les femmes enceintes à qui on déconseille de venir assister aux JO (chef de cabinet du gouvernement brésilien, Jaques Wagner).

Conclusion

Cette pandémie qui inquiète les autorités sanitaires est par définition évolutive il est donc indispensable de se renseigner si vous désirez partir dans une zone à risque actuelle ou future.

 

publicité

Fermer