Publicité

Activité physique, surpoids et obésité

Calculez votre IMC

Votre Poids en kg :

Votre Taille en mètre :

Résultat

En France, près de 15 % de la population adulte est obèse. La prévalence était de l’ordre de 8,5 % il y a douze ans. Un enfant sur six présente un excès de poids.

L’augmentation de la prévalence de l’obésité au cours des dernières années a concerné particulièrement les populations défavorisées et les formes graves. Les conséquences sur la santé sont dominées par le diabète et l’hypertension, les maladies cardiovasculaires et respiratoires, les atteintes articulaires sources de handicaps et certains cancers. L’obésité retentit également sur la qualité de vie, elle est à l’origine de stigmatisation et de discrimination. C’est une source d’inégalité sociale de santé (sources : Plan obésité ministère de la santé).

Rappel des limites entre surpoids et obésité

Définition obésité et surpoids chez l’adulte selon l’International Obesity Task Force.

Classification IMC (kg/m2) Risque
Maigreur < 18.5
Normal 18.5 – 24.9
Surpoids 25 – 29.9 modérément augmenté
Obésité > ou égal à 30.0 nettement augmenté
Classe I 30.0 – 34.9 obésité modérée ou commune
Classe II 35 – 39.9 obésité sévère
Classe III > 40 obésité massive ou morbide
Mais le tour de taille est d’une importance capital dans le cadre d’un suivi préventif car il est le reflet de la graisse abdominale.

A lire : Comment contrôler son poids ?

Mieux bouger au quotidien et optimiser son équilibre alimentaire

10000pas.fr

Bouger c’est la santé !

De l’activité physique pour le plaisir… Ce site www.10000pas.fr a pour but de vous accompagner vers un mode de vie plus actif grâce à un outil adapté, innovant, simple et ludique. Qu’est ce que l’activité physique ? On entend par activité physique tout mouvement produit par les muscles squelettiques, responsable d’une augmentation de la dépense énergétique.

L’exemple d’une région : Le Nord-Pas-de-Calais

La prévalence du surpoids, de l’obésité et des troubles du métabolisme énergétique en NPDC.

Le Nord – Pas de Calais est la région de France la plus touchée par la surcharge pondérale (le surpoids et l’obésité). 45,4% des personnes de plus de 18 ans sont en surcharge pondérale en 2009, dont près de 20,5 % d’obèses (contre 20% en 2003) ; environ 600 000 personnes sont obèses dans notre région. La prévalence de l’obésité grave dans la région NPDC est près de 40% plus élevée que celle de la France (1 pour 100, soit 40 000 personnes environ dans la région).La surcharge pondérale concerne 45% des femmes et 52% des hommes.

La prévalence de l’obésité a doublé chez les enfants de cinq ans scolarisés à Lille entre 1989 et 1999, passant de 5 à 12 %. Chez les jeunes de 12-25 ans, on constate un écart sensible entre filles et garçons au sein de la région. En 2005, 12,7% des filles ont un poids supérieur à la normale, chiffre supérieur à la proportion nationale, et 14,0% des garçons, chiffre en dessous de la moyenne nationale, avec une baisse significative depuis 2000 chez les garçons. Les causes premières sont des habitudes alimentaires peu adaptées et un mode de vie trop sédentaire. Enfin 14,39% des élèves de 6e de l’académie de LILLE présente une obésité.

Bien que de nombreuses études attestent que la population NPDC consacre un temps raisonnable à l’activité physique, il faut préciser qu’un comportement est sédentaire si l’on dépasse quatre heures journalières en position assise ou allongée même si l’on pratique de l’exercice en moyenne 2h30 par jour ce qui est le cas en région NPDC qui ainsi n’échappe pas à la règle commune du mode de vie sédentaire.

A lire : Les Enjeux du sport santé

Référence bibliographique

Position de consensus : activité physique et obésité chez l’enfant et chez l’adulte.

M. Duclos, P. Duché, C.-Y. Guezennec, R. Richard, D. Rivière, H. Vidalin

Résumé
  • Objectifs : L’activité physique est indiquée à tous les stades de la prise en charge de l’obésité chez l’enfant comme chez l’adulte, avec un niveau de preuves scientifiques élevé. L’objectif de ce travail est de proposer des réponses pratiques à des questions-clés de médecins amenés à prescrire une activité physique chez des sujets obèses.
  • Méthodologie : Cinq questions–réponses sont développées : (1) quels sont les coûts de l’obésité ? De la sédentarité ? De la mise en place d’une l’activité physique chez des sujets obèses ? (2) Quels sont les effets prouvés de l’activité physique chez le sujet obèse ? (3) Quels types d’activité physique faut-il prescrire et/ou éviter ? (4) Y-a-t-il des contre-indications à l’activité physique chez le sujet obèse ? (5) Comment évaluer l’activité physique habituelle des sujets obèses ?
  • Résultats et conclusion : Cette réflexion conduit à une position de consensus de la Société française de médecine sur sport sur les modalités d’une consultation de médecine du sport en vue de la prescription d’une activité physique chez les sujets obèses.

(Sources : http://www.em-consulte.com/article/267411/alertePM)

publicité

Fermer