Publicité

Marathon et crise cardiaque

Marathon

Le marathon, regroupement de beaucoup d'adeptes..

Une étude américaine publiée en  2012 dont les conclusions sont reprises conclut que le risque d’arrêt cardiaque pour les coureurs de marathon et semi est équivalent ou inférieur à celui des autres athlètes.

La mort subite du sportif d’origine cardiaque

Définition

C’est une mort :

  • Naturelle : non traumatique, non iatrogène
  • Inattendue : cœur supposé sain
  • Au cours et jusqu’à une heure après la pratique sportive
  • Dans l’heure suivant le symptôme initial

Mécanisme

Par les modifications (neuro-hormonales, mécaniques, hémodynamiques) qu’il induit, l’exercice peut favoriser l’apparition de troubles du rythme graves, notamment lorsqu’il existe une pathologie cardiaque sous-jacente non diagnostiquée.
Chez le jeune sportif, la cardiomyopathie hypertrophique et les anomalies congénitales des coronaires sont les étiologies les plus fréquentes.
Après 35 ans, c’est la maladie athéromateuse coronaire qui prédomine avec une possibilité de facteurs prédictifs potentiels.

Voici les chiffres clés :

Etude de 2000 à 2010

  • 50 arrêts cardiaques sur un total de 11 millions de coureurs
  • 85% chez les hommes
  • 42 arrêts cardiaques fatals sur les 50, mortalité plus faible qu’en général en France pour toute mort subite (rapidité d’intervention des secours)
  • cause la plus fréquente : cardiomyopathie hypertrophique

Nouveau : Tables de risque SCORE

Apparu en 2003  «  le SCORE » estime le risque absolu à 10 ans d’accident cardiovasculaire fatal en se basant sur l’âge, le sexe, la pression artérielle, le taux de cholestérol et le tabagisme. 2 tables sont utilisables en Europe  : celle destinée aux régions à faible risque (Europe de l’ouest) et celle destinée aux régions à haut risque (Europe de l’est). En plus de la version classique, l’ESC met à disposition sur son site une version électronique et interactive des tables de risque : « heartscore ».

En combinant SCORE aux autres facteurs de risque cardio-vasculaire, on détermine 2 types de profils selon le risque de développer un événement cardiovasculaire fatal :

Profil à haut risque, si au moins l’un des critères suivants est présent : o SCORE >5% o Dyslipidémie sévère (cholestérol total >3,2g/L et/ou LDL cholestérol >2,4g/L) o Tension Artérielle (TA) >180/110mmHg o Diabète avec présence de micro albuminurie o Antécédent familial au 1er degré de maladie cardio-vasculaire avant 50 ans o Indice de Masse Corporelle (IMC) >28

– Profil à bas risque, si aucun des critères sus-cités n’est présent.

–> Indications de l’épreuve d’effort en fonction du «  SCORE

Conclusion

Même si le risque est un peu plus élevé lors d’un marathon que d’un semi (21,09km). Il n’y a pas plus de risque de faire un arrêt cardio respiratoire (mort subite) lors de la pratique d’un marathon que lors de tout autre pratique et de plus les secours présents sur courses permettent une meilleure prise en charge des accidents cardiaques..

Prévention :

1 Respect des règles de bonne pratique et les règles d’or
2 Dépistage préalable des facteurs de risque
3 Bonne organisation des secours
4 Semi(ou moins) plutôt que marathon pour protéger son bien être

Traduction de l’article : Arrêt cardiaque pendant les courses de longue distance Running

Jonathan H. Kim, M.D., Rajeev Malhotra, M.D., George Chiampas, D.O., Pierre d’Hemecourt, M.D., Chris Troyanos, A.T.C., John Cianca, M.D., Rex N. Smith, M.D., Thomas j. Wang, M.D., O. de William Roberts, M.D., Paul d. Thompson, M.D. et Aaron l. Baggish, M.D. Etude RACE. –  N Engl J Med 2012 ; 366:130-140 12 Janvier 2012

La participation à longue distance des événements en cours d’exécution, tels que les marathons et semi-marathon, a augmenté ces dernières années. L’arrêt cardiaque chez les participants, bien que rare, est largement diffusé quand il se produit.

Cependant, le risque absolu d’un arrêt cardiaque lors d’événements en cours d’exécution et de l’épidémiologie qui l’entoure a été relativement peu étudié. L’objectif de cette étude était d’évaluer l’incidence et les résultats d’un arrêt cardiaque associée à des courses marathon et semi-marathon aux Etats-Unis sur une période de 10 ans. En analysant les dossiers médicaux ainsi que des entrevues de survivants et les proches des patients décédés, les auteurs ont pu tirer des conclusions sur les causes et les facteurs de risque pour l’exécution d’arrestations liées à cardiaques (par exemple, l’âge, le sexe, le nombre de courses course précédente). En utilisant la disposition du public les statistiques des participants de course, les auteurs ont estimé que 10,9 millions de coureurs ont participé à des courses marathon et semi-marathon dans les États-Unis au cours de la période de 10 ans. Il y avait 59 cas d’arrêt cardiaque identifiés en utilisant les moteurs de recherche publics pour la recherche pour un fonctionnement décès liés qui ont ensuite été vérifiées avec les recherches supplémentaires de sites Web pertinents ou de contact avec les officiels de course. L’âge moyen des coureurs avec un arrêt cardiaque était de 42 ± 13 ans et 86% étaient des hommes. L’incidence globale de l’arrêt cardiaque était de 1 pour 184.000 participants et était significativement plus élevée au cours des marathons (1,01 pour 100.000) que durant les semi-marathons (0,27 pour 100.000). Les dossiers médicaux de 31 coureurs étaient disponibles pour un examen plus approfondi, qui a démontré que les meilleurs prédicteurs de la survie d’un arrêt cardiaque étaient d’initiation de spectateur-administré la réanimation cardiorespiratoire (RCR) et un diagnostic sous-jacent autre que la cardiomyopathie hypertrophique. Les auteurs ont également montré que les survivants étaient plus susceptibles d’être plus âgés que patients décédés (53,1 ± 6,5 vs 33,9 ± 9,5 ans).

Cette étude a plusieurs conclusions importantes. Tout d’abord, il montre que l’arrêt cardiaque au cours de longues distances des courses à pied est rare, cependant, pour une certaine population (coureurs masculins âgés participant à des marathons complets), le risque est plus grand. Dans un premier temps, il peut paraître surprenant que les survivants d’un arrêt cardiaque lors d’événements en cours d’exécution ont tendance à être plus âgés que les coureurs décédés, mais la cause d’un arrêt cardiaque pour un jeune coureur est plus susceptible d’être liée à une cardiomyopathie hypertrophique, ce qui est plus difficile de réanimer par rapport à la maladie cardiaque due à l’athérosclérose. L’étude montre également que les coureurs masculins sont clairement plus à risque, ce qui est probablement dû à une maladie cardiaque prévalence plus élevée chez les hommes. L’incidence de l’arrêt cardiaque et la mort étaient également de 3 à 5 fois plus élevés pour les marathoniens par rapport au semi-marathon montrant un effet de l’effort physique prolongé. Cette étude a révélé peu de preuves de cela lors de l’examen des résultats d’autopsie de patients décédés et les survivants de l’angiographie coronaire. Ces auteurs suggèrent que la demande accrue d’oxygène du stress de la course de fond peut entraîner une ischémie chez les individus présentant une sténose coronarienne non détectée auparavant. Que ce soit avéré ou non, cette sous-population à haut risque de participants (hommes d’âge moyen et plus âgés) devrait être examinée avec en exercice des épreuves d’effort, mais cela est discutable en raison du coût et des taux élevés de résultats faussement positifs. Toutefois, un examen minutieux des symptômes au cours de la formation semble facilement réalisable et pourrait aider à déterminer qui devrait subir un test supplémentaire. Un autre point important que ce document fait est que le taux global de létalité pour ces courses de longue distance était meilleur que celui des out-of-hospitaliers arrêts cardiaques (71% vs 92%).

Le contexte

Environ 2 millions de personnes participent à des course de fond longue distance à travers les États-Unis annuellement. Les rapports d’arrêts du cœur concernant la course ont produit la préoccupation (l’entreprise) de la sécurité de cette activité.

Conclusion

Les marathons et semi-marathons sont associés à un risque global bas de l’arrêt du cœur et la mort subite. L’arrêt du cœur,  le plus généralement attribuable à une cardiomyopathie atrophique  ou l’insuffisance coronarienne, arrive principalement parmi des participants de marathon masculins;  le taux d’incidence dans ce groupe a augmenté pendant la décennie passée.

Jonathan H. Kim, M.D., Rajeev Malhotra, M.D., George Chiampas, D.O., Pierre d’Hemecourt, M.D., Chris Troyanos, A.T.C., John Cianca, M.D., Rex N. Smith, M.D., Thomas j. Wang, M.D., O. de William Roberts, M.D., Paul d. Thompson, M.D. et Aaron l. Baggish, M.D. pour la Race associe un arrêt cardiaque événement Registre (coureur) groupe d’étude – ngl J Med 2012 ; 366:130-140

En cas d’incident, appelez les urgences par le 15 et/ou le 18 sur votre téléphone ou le 112 sur votre mobile.

Les informations données sur ce site ne peuvent en aucun cas servir de prescription médicale.

Vous êtes médecin du sport, professionnel de la santé et vous souhaitez publier un article sur notre site : contactez-nous

Retrouvez les bienfaits des activités physiques, les bonnes pratiques pour votre santé, dans : « A vos marques, prêts, Bougez ! Et Sportifiez vous ! » Des Dr Patrick Bacquaert et Frédéric MATON, Ed. Chiron

publicité

Fermer