Publicité

Sport chez l’enfant (le)

Les avantages du sport chez l’enfant sont évidents mais il est justifié de se poser des petites interrogations sur le sport ou les activités physiques chez l’enfant

 

Pour toute autre demande profitez de notre e-conseil
e.conseil@irbms.com

 

Réponse aux questions : Quels sont  bienfaits de la pratique ?

1 – Bouger c’est la santé quel que soit son âge, pourquoi ?

Bouger, faire du sport c’est se faire plaisir, s’amuser, partager les victoires et les défaites avec les copains ou copines. C’est aussi aider son corps à se développer pour mieux respirer, avoir un cœur plus résistant, renforcer ses os et articulations, avoir plus d’équilibre et de meilleur réflexes, avoir un poids idéal par rapport à son âge et à sa taille, se sentir mieux et bien dormir.

Bref bougez c’est la santé !!!

 

2 – A quel âge bouger ou faire du sport ?

Le bébé court à 4 pattes dés 7/9 mois puis marche à partir de 11/14 mois ; dès ses premiers pas il doit apprendre à devenir autonome c’est déjà un sport !

Il n’y a pas d’âge pour bouger, nager, courir, sauter à la corde, faire du vélo……« Le saut à la corde est un exercice complet qui peut satisfaire les enfants en mobilisant la coordination et adaptation cardio respiratoire mais aussi s’insérer dans un programme de mise en forme quelque soit son niveau ou sa pratique ».

Mais faire du sport avant 6/8 ans est inadapté à l’enfant

La compétition est souvent déconseillée avant 10 ans. Mais dans ce cas la  délivrance d’un certificat médical est obligatoire

 

3 – Pourquoi s’entraîner ?

La pratique d’un sport et de ses bons gestes s’apprend avec l’aide d’un entraîneur dans un club habilité et agréé. S’entraîner c’est développer ses muscles, son système cardio respiratoire et son équilibre.

C’est aussi apprendre à respecter des règles et ses partenaires. Il faut surtout éviter de faire des mouvements inadaptés à son âge pour éviter de se blesser ; Il est déconseillé de jouer ou concourir dans une autre catégorie d’âge que la sienne.

Evitez les surclassements sans avis de votre médecin

 

4 – Faut-il une alimentation spéciale ?

Lire en priorité : http://www.irbms.com/exigences-alimentaires-enfant-sportif

Oui et non l’enfant doit manger de tout et surtout éviter les graisses et sucres. Il faut boire du lait et beaucoup d’eau en évitant les sodas. Il faut prendre un bon petit déjeuner avec des sucres lents mais aussi bananes, céréales, produits laitiers et fruits en jus frais. La vitamine D est aussi conseillée chez les enfants sportifs jusqu’à la fin de la croissance.

Surveiller la courbe du poids et de la taille c’est aussi se conduire en champion !

 

5 – L’enfant peut-il se blesser ?

Oui, dès que l’on bouge ou que l’enfant  joue, il peut y avoir un risque de blessures.

Faire du sport dans un club en respectant les conseils de son entraîneur limite les risques. Il faut travailler la souplesse en faisant des étirements. Heureusement l’enfant se blesse rarement ; il peut toutefois avoir des contractures après l’effort qui font un peu mal mais une bonne douche, un repas récupérateur, une bonne hydratation et se coucher tôt font vite oublier ces petites douleurs musculaires.

 

6 – Quel médecin doit suivre l’enfant ?

Médecin traitant, pédiatre et médecin du sport peuvent apporter une expérience commune et particulière. Ils sont complémentaires. Avant toute première pratique il faut voir un médecin qui pourra vérifier les aptitudes en rassurant sur les petits « bobos ». Ne jamais se soigner sans l’avis du médecin, l’enfant est fort et ne nécessite que rarement la prise de médicaments. Vérifier aussi le carnet de vaccinations.

 

7 – Sport individuel ou collectif ?

La socialisation passe par le partage donc vive le collectif mais le goût de l’effort peut être individuel donc le choix dépendra du caractère de l’enfant et surtout de son choix. Il ne faut pas s’enfermer dans un sport. L’entraînement intensif précoce n’est pas bon pour l’enfant, le choix peut varier avec l’âge, il faut accepter de passer d’un sport à l’autre.

 

8 Répercussion  sur la croissance

       Croissance et sport

La question la plus souvent posée est celle du décalage ou de la limitation de la croissance dans la pratique sportive. A ce jour, aucune étude scientifique n’a prouvé que le sport, même pratiqué à haut volume n’a une répercussion sur la taille future de votre enfant »

 

Surveillance du poids : Chez l’enfant l’IMC s’interprète à l’aide des courbes de corpulence (courbe d’IMC) en fonction de l’âge et du sexe.

Il est recommandé de :

  • peser et mesurer l’enfant et de calculer l’IMC ;
  • tracer les 3 courbes :
  •  courbe de corpulence (= courbe d’IMC) ;
  •  courbe de taille ;
  •  courbe de poids.
  • Il est recommandé que ces courbes soient réalisées au moment des examens obligatoires du carnet de santé et des visites des services de prévention (PMI et santé scolaire, médecin traitant, pédiatre etc…)

 

Retrouvez les bienfaits des activités physiques, les bonnes pratiques pour votre santé, dans : « A vos marques, prêts, Bougez ! Et Sportifiez vous ! » Des Dr Patrick Bacquaert et Frédéric MATON, Ed. Chiron

 

Imagerie médicale en pathologie sportive de l’enfant et de l’adolescent
Diaporamas Sport chez l'enfant
Imagerie médicale en pathologie sportive de l’enfant et de l’adolescent
Auteur(s) : Docteur P. Chastanet / Version : 2008
Pdf : 10.5 MB / 1501 Téléchargement(s)
Licence : © Reproduction interdite / A usage personnel uniquement
Éléments particuliers à l’enfant et l’adolescent : Augmentation de l’activité sportive, Pression des parents et des entraîneurs, Sport de haut niveau. Croissance non terminée, Fragilité du cartilage épiphysaire. Types de fracture : en « motte de beurre ». Tendons plus solides que l’os sur lequel ils s’insèrent, Avulsions.

Ne partez pas sans lire sur notre site :

publicité

Fermer