Annonces

Tachycardie : accélération de la fréquence cardiaque

Tachycardie : accélération de la FC

Une tachycardie est une accélération plus ou moins rapide du rythme cardiaque.

Normalement au repos chez l’adulte la fréquence cardiaque (pouls) est comprise entre 60 et 80 battements par minute.

Une tachycardie à l’effort est une accélération de la fréquence cardiaque non proportionnelle à l’intensité de l’effort.

Exemple : Pour une marche lente et un effort de 3 mets (Wikipédia) le cœur ne doit pas battre à la fréquence maximale et vous devez pouvoir parler, chanter, siffler facilement.

La gravité des tachycardies dépendent de leurs causes.

A l’effort le cœur bat plus vite, ce qui est normal, passant de 40 à la minute chez certains sportifs à la fréquence maximale (Fc Max).

  • Le stress peut augmenter la fréquence cardiaque sans effort.
  • Certaines maladies et la fièvre sont aussi responsables de cette augmentation.

Annonces

Comment calculer votre fréquence cardiaque maximale ou FC max ?

Pour contrôler efficacement votre fréquence cardiaque utiliser un cardiofréquencemètre ou l’appli spécifique de votre montre connectée ou de votre smartphone.

Il existe 3 solutions

 La méthode P-O Astrand (Précis de physiologie 1980)

  • Chez les femmes 226-son âge ;  (Exemple pour une femme de 40 ans ; 226-40 = 186 puls)
  • Chez les hommes 220–son âge ; (Exemple pour un homme de 40 ans ; 220–40 = 180 puls)

Méthode approximative mais consensuellement admise.

La méthode par auto évaluation sur le terrain ou en vélo

Pour ce faire, après un échauffement d’une vingtaine de minutes, vous accélérez par tranches de 30 secondes jusqu’à arriver au maximum de vos possibilités. Visible sur votre cardio. Nous déconseillons cette méthode peu sécurisante et fiable car très dépendante de votre forme instantanées.

Nous conseillons une évaluation codifiée :

La méthode de l’épreuve d’effort

Permet aussi de dépister des anomalies du tracé ECG.

La maladie de Bouveret : une tachycardie particulière

La tachycardie de Bouveret qui est une tachycardie supraventriculaire diagnostiquée en prenant  en compte les données de l’interrogatoire, celles de l’examen physique et de l’ECG.

Ces tachycardies sont caractérisées par un début soudain et une fin brutale en particulier chez les jeunes enfants, elle est souvent très rapide et spectaculaire de 180-220 bat/min.

Elles s’arrêtent dans la très grande majorité des cas spontanément ou grâce à des manœuvres apprises comme la technique de Valsalva qui consiste de faire une expiration forcée à glotte fermée pendant 20-30 secondes, prise de boisson glacée, massage du sinus carotidien ou compression des globes oculaires.

Le traitement peut comprendre des médicaments ou un acte technique.

Comment fonctionne le cœur ?

Le cœur est un organe très important. Il bat et pompe toute la journée, chaque jour, pour assurer la vie des cellules. Il ne peut pas être privé d’oxygène.

Il est composé de :

  • Quatre cavités : deux oreillettes et deux ventricules.

Il est séparé en deux par une membrane centrale créant un cœur droit et un gauche.

Le cœur droit envoi le sang vers les poumons et le gauche vers le reste du corps et aux muscles à partir de l’aorte. Le cœur gauche contient du sang « rouge » riche en oxygène tandis que le droit a du sang « bleu » riche en déchets (gaz carbonique).

Le cœur au repos bat entre 60 et 80/minutes. Il s’accélère à l’effort pour atteindre des valeurs maximales de 220 (ou 220-âge). Le cœur a besoin d’oxygène en permanence pour battre et fonctionner.

Le rythme cardiaque est initié par un automatisme interne au cœur mais est contrôlé en permanence par notre double système nerveux sympathique  permettant de maintenir le rythme stable au repos et de s’adapter aux efforts.

L’activité physique a toujours pour conséquence d’augmenter la fréquence cardiaque (tachycardie d’effort) mais le cœur ainsi sollicité va s’adapter à l’effort et sa fréquence cardiaque deviendra au fil du temps plus lente (bradycardie du sportif).

Les spécialistes des troubles du rythme cardiaque sont les cardiologues, et particulièrement les cardiologues rythmologues.

Les facteurs qui influencent le rythme cardiaque

  • Le stress
  • Certaines maladies
  • La fatigue
  • Le travail musculaire et l’effort
  • La respiration et la pollution
  • La température corporelle (fièvre)
  • La température de la pièce
  • L’altitude
  • L’hypoglycémie
  • La prise de médicaments
  • L’absorption de substances ou boissons à base d’excitants comme la caféine

Bon à savoir

Recommandations pour la participation aux activités sportives de loisirs pour les patients atteints de Tachycardie Ventriculaire Catécholergique (TVC).

Définition : La tachycardie ventriculaire catécholergique (TVC) est une maladie héréditaire caractérisée par des troubles du rythme ventriculaire polymorphes, graves, survenant à l’effort ou lors d’émotions fortes chez des sujets le plus souvent jeunes.

Il n’y a pas de trouble du rythme sur l’ECG de repos, sans particularité mis à part un certain degré de bradycardie sinusale chez l’enfant.

L’arythmie apparaît à l’effort qui expose aux troubles du rythme ventriculaire responsables de syncope et de mort subite.

Le sport en compétition est formellement interdit.
  • La participation à une activité sportive de loisir ne peut s’envisager que sous un traitement médicamenteux bien suivi.
  • Éviter une activité sportive avec épisodes répétés d’accélération/décélération (exemple tennis, basket, football). Il faut favoriser au contraire les sports avec activité progressive ou stable.
  • Éviter des conditions environnementales extrêmes : froid intense, chaleur intense, forte humidité, haute altitude.
  • Éviter les programmes visant à atteindre et repousser ses limites. Il faut au contraire rester en deçà d’une limite physique adaptée à la maladie.
  • Éviter toute activité physique qui déclenche les symptômes de la maladie.
  • Éviter les activités foraines ou parc de jeux associés à une forte émotion, des accélérations soudaines de la fréquence cardiaque…
  • Éviter les activités à risque en cas de malaise ou de perte de connaissance, telles qu’alpinisme, plongée sous-marine.
  • Éviter tout produit visant à améliorer les performances physiques y compris des compléments nutritionnels.
  • Les patients avec implantation de défibrillateurs ne sont pas libérés des restrictions sportives proposées ici. Les conseils rapportés ici s’appliquent également à eux. Certaines activités sont de plus à éviter car pouvant endommager le matériel ou déclencher un choc électrique inapproprié.

Les recommandations suivantes sont regroupées en 3 catégories :

  • Activités sportives contre indiquées ou déconseillées (Proscrire) ;
  • Activités à évaluer individuellement (A évaluer) ;
  • Activités probablement autorisées (Autoriser).

Lire la suite et Sources  

Conclusion

Bien connaître son cœur et son rythme cardiaque permet de construire un programme d’entrainement adapté ou de pratiquer une activité physique bénéfique pour la santé et de limiter les risque en lien avec une mauvaise adaptation cardiaque à l’effort.

Demandez conseil à votre médecin  et/ou à votre cardiologue et surtout arrêtez tout effort en cas de malaise ou palpitations ou essoufflement anormal.

 

© IRBMS - Droits de reproduction

La rédaction vous conseille

Partagez cet article

Les informations données sur ce site ne peuvent en aucun cas servir de prescription médicale.

Ici & ailleurs

Restons en contact !

    Newsletter : Abonnez-vous !

  • Et vous recevrez gratuitement chaque mois : nos actualités en Médecine du Sport, Sport Santé, Nutrition, Prévention dopage, Psychologie du sportif...


    Newsletter

L’IRBMS respecte la vie privée de ses utilisateurs et s’engage à ce que toutes les informations qu’il recueille permettant de les identifier soient considérées comme des informations confidentielles. Le site de l’Irbms est déclaré à la CNIL sous le numéro : 644591