Annonces

COVID-19 : chirurgie du LCA et confinement, s’auto-rééduquer pour ne pas perdre de temps

Chirurgie du LCA

Vous avez peut être bénéficié d’une chirurgie de reconstruction du LCA ou subi une rupture de ce dernier…

Dans le contexte actuel de confinement lié à la pandémie de coronavirus les interventions chirurgicales considérées comme non vitales ont été annulées et il est difficile voire impossible de réaliser une rééducation auprès d’un collègue kinésithérapeute.

L’objectif de cet article va être de vous proposer une conduite à tenir afin de ne pas perdre de temps.

1) Mon LCA est rompu est-ce grave ?

Tout d’abord pas d’inquiétude, la reconstruction du LCA n’est pas systématique et elle n’est que très rarement urgente. Seules les lésions associées (lésions méniscales instables luxées en anse de seau dans l’échancrure inter-condylienne, atteinte majeure des autres structures de stabilisation du genou) peuvent amener votre chirurgien à programmer cette intervention en urgence malgré les mesures actuelles.

2) Que puis-je faire dans l’attente de la fin du confinement ?

Afin de favoriser des suites opératoires confortables et de faciliter la rééducation, il est préférable d’attendre quelques semaines voire mois pour reconstruire le LCA. L’objectif de ce délai est de permettre de faire disparaitre la douleur et l’inflammation liés au traumatisme initial.

Pour cela il faut appliquer le protocole GREC :

  • Glaçage.
  • Mise au Repos de l’articulation.
  • Élévation du membre inférieur traumatisé afin de favoriser le retour veineux.
  • Contention pour limiter l’œdème.

Après obtention d’un genou indolore et non inflammatoire il convient de se rééduquer. Il s’agit là d’une attente active et non passive réalisant ainsi une réelle ré-athlétisation.

3) Comment se rééduquer pendant le confinement ?

L’objectif de cette auto-rééducation est d’obtenir un genou indolore, de récupérer l’extension complète, de gagner en flexion et de débuter le renforcement musculaire.
Vous pouvez réaliser deux séances par jour et réaliser des séries de 10 mouvements. En cas de douleurs prenez l’antalgique prescrit par votre médecin 30 minutes avant de débuter. A la fin de chaque séance glacez le genou pendant 20 minutes.

Phase 1 : les trois premières semaines :

  • Travail passif de l’extension : mettez une serviette sous votre plante de pied et élevez lentement votre jambe, maintenez la position pendant 10 secondes. La pesanteur va progressivement vous aider à gagner l’extension complète. Alternez avec des exercices en décubitus ventral (sur le ventre). Vous pouvez vous allonger sur le ventre avec un coussin sous le genou opéré, laissez progressivement votre jambe s’étendre. Garder la posture 5 minutes.
  • Travail de la flexion : cette fois-ci tirez la serviette vers vous en faisant glisser votre pied sur le sol. Arrêtez vous au seuil douloureux puis allongez doucement la jambe.
  • Réveil musculaire du muscle quadriceps : réalisez des contractions « flash » du quadriceps (10 contractions en 10 secondes) suivies de contractions longues et tenues pendant 20 à 30 secondes.

► Faites très attention à une chose : la contraction du quadriceps entraine une extension du genou, si le genou fléchit votre exercice est mal réalisé. En fin de séance mobilisez votre rotule de haut en bas et sur les côtés afin de limiter les adhérences.

Phase 2 : Après trois semaines :

Continuez les exercices de la phase 1 et commencez à y ajouter des exercices de renforcement musculaire du quadriceps.

  • Réalisez des « mini-squat » : en appui bi-podal, sans ajout de charges entre 10 et 70° de flexion.
  • Rodage doux en bicyclette sans résistance voire travail au rameur sans utiliser les bras.
  • Travail au skate board : assis en bordure de chaise, posez votre pied opéré à plat sur la planche puis faites rouler le skate vers l’avant en appuyant sur le talon puis vers l’arrière en appuyant cette fois ci sur la pointe des pieds.

► Bien entendu en cas de gonflement important de votre genou, d’apparition de douleurs importantes, insomniantes contactez votre chirurgien ou un professionnel de santé.

 

*A propos de l’auteur

Le Docteur Kevin Benad est chirurgien orthopédiste à Lille.

Lire notre dossier : Sport et confinement, histoire d’un déconditionnement physique

 

© IRBMS - Droits de reproduction

► Recevoir notre Newsletter

Partagez cet article

Les informations données sur ce site ne peuvent en aucun cas servir de prescription médicale.

Ici & ailleurs

ut velit, libero adipiscing id dolor commodo facilisis Lorem felis sem,