Favoriser la déambulation en Ehpad à travers le jardin de soins

Les jardins de soins sont en général associés aux EHPAD et aux maisons de retraites, or ils peuvent aussi trouver leur place dans les centres médico-sociaux comme les services de soins de suites et de réadaptations, les hôpitaux, les foyers de vies, … Pour ce qui est des activités, les jardins de soins sont très souvent associés à l’hortithérapie, au contact des plantes, mais d’autres activités y sont possibles.

Ces jardins doivent être d’abord un outil de médiation au service de l’établissement qui le fera vivre. La prise en compte des besoins des patients ou des résidents n’est pas suffisante, elle doit être complétée par les besoins des équipes soignantes et des familles. Il apparait alors vital de ne pas limiter le jardin de soins à la fonction de jardin, où alors il s’agit de comprendre le jardin comme un lieu multiple d’activités variées.

Pour l’EHPAD de Nogent-Sur-Seine, l’orientation principalement retenue, en concertation avec l’équipe soignante, a été basée sur la déambulation. Celle-ci a été approchée de la façon suivante :

1- Donner envie aux résidents de sortir en extérieur

La majorité des résidents de l’EHPAD de Nogent ont la capacité de se déplacer seuls, parfois sur de courtes distances, mais cela suffit à leur donner envie de sortir. Le jardin est créé dans une cour existante, entièrement clos. Auparavant équipée d’une pelouse occupée par de grosses racines superficielles et des pavés cabossés, la cour s’est transformée en cour et jardin de plain-pied, sans aucuns ressauts. Donner envie de sortir passe d’abord par des déambulations sécurisées pour les résidents, sans risque de trébucher. Les autres arguments, plus classiques, consistent à créer un espace harmonieux avec des plantes, des fleurs, des fruits, des couleurs, des bruits de l’eau, et de l’ombre !

La nécessité de mettre en place des mains courantes le long des cheminements à travers le jardin est vite apparue. Après échanges avec l’équipe d’animation et les soignants, la décision a été prise de ne pas en installer, le raisonnement ayant été le suivant : les résidents capables de marcher seuls sont invités à dépasser leurs craintes éventuelles et à déambuler à la découverte du jardin. Les résidents qui ont des difficultés à marcher sont aidés d’un déambulateur, leur procurant l’autonomie nécessaire. Les autres résidents ont besoin dans tous les cas d’un accompagnant pour les aider à marcher ou à se déplacer en fauteuils roulants, ils seront donc accompagnés dans le jardin. Cette approche nécessite cependant une disponibilité des équipes et ne peux pas être mise en place dans tous les établissements d’une façon aussi fluide et évidente.

Une autre contrainte importante pour l’établissement a été de dessiner des cheminements sans impasses. L’aménagement est conçu pour que les résidents puissent déambuler « indéfiniment » dans le jardin en suivant des cheminements de couleurs, dont certains en boucle. Des largeurs plus ou moins étroites permettent de créer des ambiances différentes, les chemins étant accompagnées de plantations. Il reste cependant une inconnue : les résidents atteint de certaines pathologies vont-ils passer le cap de la couleur au sol, certains cheminements sont visuellement coupés par une couleur différente, ce qui est susceptible pour certains résidents d’être perçu comme un obstacle. L’usage nous permettra de répondre à cette question qui, malgré une recherche bibliographique, n’a pas trouvé de réponses claires. Je jardin est aussi un lieu d’expérimentation !

2- Un besoin d’espace pour des activités de plein air

Le principal besoin de l’EHPAD de Nogent et le point de départ de la réflexion était de pouvoir profiter de la cour pour la kermesse annuelle des familles. Chaque année, l’établissement était obligé d’installer sur la pelouse un plancher provisoire afin de garantir la planéité, mettre en place suffisamment de tables et même prévoir une estrade pour l’orchestre qui anime la journée. Des parasols étaient alors installés, créant de nouveaux obstacles avec leurs pieds lestés.

La nécessité de proposer une esplanade de multi-activités s’est vite imposée. Grâce à une équipe d’animation dynamique, l’établissement souhaitait profiter de cette cour afin de l’optimiser pour des activités en extérieur : gym douce, repas thérapeutiques, jeux de société en extérieur, … Il a donc fallu concilier les fonctions suivantes : déambulations, espace multi-activités et jardin.

3- Une nécessité d’accueil des familles

Au-delà de la kermesse annuelle, un jardin où l’on peut mettre des tables, des chaises et des bancs, qui plus est à l’ombre et à différents endroits, est idéal pour la visite des familles à leur(s) parent(s) dans un cadre agréable. Le jardin devient alors un support à la rencontre et à l’échange, en restant dans l’EHPAD tout en n’y étant plus, en recevant les familles dans un endroit calme, où chacun peut s’isoler pour mieux se retrouver.

Ce cadre est aussi très important pour les familles qui rendent visites aux résidents, chacun oubli alors le côté « établissement hospitalier » pour se tourner vers le jardin, lieu propice à l’échange et à la rencontre. Les plantes, la fontaine, les oiseaux, la promenade deviennent des sujets de discussion, en dehors de l’ordinaire des résidents, pouvant aider à recréer un contact parfois difficile à maintenir.

4- Un espace réduit obligeant à rendre l’espace modulable

La cour de l’EHPAD se trouve dans l’Aire de Valorisation de l’Architecture et du Patrimoine de Nogent-Sur-Seine (AVAP). A ce titre l’avant-projet a été soumis à la validation de l’Architecte des Bâtiments de France : l’allée centrale en pavés a dû être conservée, permettant de séparer la cour en deux parties. Les pavés ont cependant été repris afin d’en assurer l’accessibilité. Une première partie fait office d’espace multi-activités et la seconde partie, de jardin. Les déambulations permettent de relier les deux parties entre-elles.

L’ombrage est une condition importante pour permettre les activités en extérieur, des douilles sont donc intégrées dans le sol aux endroits stratégiques, elles permettent de venir y encastrer très facilement des parasols aux endroits souhaités.

Dans la même idée de modularité, des prises électriques étanches sont positionnées à différents endroits du jardin permettant ainsi de venir y brancher un micro, une sono, un lampadaire mobile. Des lampadaires mobiles sont également prévus pour un éclairage d’appoint, surtout pour les après-midis d’hiver.

Enfin les bancs et fauteuils sont déplaçables et les jardinières adaptées sont sur roulettes. L’espace multi-activités est donc entièrement modulable et adaptable aux différentes activités de l’établissement.

5- Créer un lieu apaisant pour les résidents

La volonté de l’établissement était de créer un jardin apaisant, avec des plantes et des fleurs à toucher, à sentir, à goûter. Certains massifs sont composés de plantes aromatiques, d’autres intègrent des arbustes à fruits rouge, d’autres encore de fleurs à couper, pour ramener la couleur et les parfums à l’intérieur des bâtiments. Deux pommiers sont également plantés en fond de cours.

La fontaine a été choisie pour apporter le bruit de l’eau au jardin, suffisamment haute pour être touchée par les résidents sans avoir à se baisser. L’emplacement de la fontaine a également été choisie pour qu’elle soit visible depuis la salle commune, mais suffisamment éloignée pour inviter les résidents à s’avancer dans le jardin pour s’approcher de la fontaine.

Le jardin entièrement clos n’est accessible que depuis l’intérieur du bâtiment. Entièrement de plain-pied, il permet de rassurer les résidents et le personnel de l’EHPAD qui peut toutefois surveiller le jardin d’un seul coup d’œil. De nombreuses chambres donnent également sur le jardin, les résidents pourrons donc profiter de l’aménagement depuis leur chambre, ou depuis la salle commune. Les arbres seront éclairés pour créer une scénette bucolique, à contempler depuis l’intérieur lors de fin d’après-midi hivernales.

La construction du jardin arrive à son terme, et c’est au moment où l’aménagement et les plantations sont terminées que tout commence : faire vivre l’espace, inviter les résidents à apprivoiser le nouveau jardin, les familles à le découvrir, les équipes techniques à l’entretenir et les équipes soignantes et d’animation à le faire vivre. C’est toute une aventure qui commence, le temps confirmera les atouts du jardin, et peut être aussi ses faiblesses. Le jardin est aussi un lieu d’expérimentation qui se confronte aux usages du quotidien, parfois imprévisibles et parfois surprenants.

Vysages : Vie, Paysage et Santé
*L’auteur : Pierre CUGNART,

© IRBMS - Droits de reproduction

► Recevoir notre Newsletter

Partagez cet article

Les informations données sur ce site ne peuvent en aucun cas servir de prescription médicale.

Ici & ailleurs

diam amet, luctus felis id leo suscipit