Annonces

Troubles gynécologiques et pratique sportive

Menstruation

L’hyper entraînement peut provoquer des troubles des règles et le syndrome prémenstruel peut être un frein à la performance. La mise en place de protections particulières des seins est nécessaire.

Principaux troubles gynécologiques

Le syndrome prémenstruel

Ce syndrome gène un grand nombre de femme au quotidien et donc dans la pratique sportive. Il se manifeste par la survenue cyclique de fatigue, céphalée, lombalgie, prise de poids, rétention hydrique, acné, ballonnement abdominal, diarrhée, irritabilité nervosité, humeur triste…

Ces signes disparaissent après l’ovulation, dès l’apparition des menstruations. Ils sont en rapport avec l’activité hormonale des ovaires, notamment un rapport Œstrogène / Progestérone trop élevé. L’alimentation peut-elle aider à prévenir ?

Aménorrhées ou absences de règles

Plusieurs explications dont la première qui est la grossesse mais l’anorexie est aussi une cause fréquente.

Les sportives suivant un entraînement intensif ont parfois des troubles menstruels et même des aménorrhées pouvant provoquer de graves troubles ostéoporotiques et la survenue de fracture de fatigue. Par ailleurs chez quelques jeunes filles qui subissent un entraînement précoce on retrouve l’absence de règles primaires pouvant nuire à la croissance en provoquant un retard pubertaire.

Les dysménorrhées

La menstruation (les règles) n’a apparemment aucun effet majeur sur les performances. Cependant dans certains cas, les dysménorrhées peuvent être traitées par antalgiques ou hormonothérapie afin d’en limiter leurs conséquences.

Les vulvo vaginites

Ce sont des lésions par inadéquation entre l’anatomie féminine et la selle du vélo ou du cheval.

Les incontinences

Les incontinences urinaires d’effort sont en lien avec les sports propulsions et chocs comme lors de la course sur route.

La sexualité

La virilité et l’image trop masculine sont souvent misent en avant par les réfractaire au sport féminin. Même si de nombreuses sportives de haut niveau sont maintenant ambassadrices de grande marque.

La pratique du sport de haut niveau peut être marquée par une homosexualité temporaire qui cesse avec l’arrêt du sport. L’hyper activité sexuelle peut être en lien avec le stress pré-compétitif. A l’inverse la diminution de la libido peut être en lien avec la fatigue sportive ou pour « limiter les dépenses physiques » supplémentaires.

La contraception

Elle est possible puisque la pilule est autorisée et ne figure pas sur la liste des produits interdits.

La grossesse

Elle peut affecter les performances d’une sportive de haut niveau. Mais la pratique sportive raisonnable a des effets positifs chez la femme enceinte. L’activité physique pendant la grossesse permet de limiter la prise de poids, de garder une tonification musculaire et de réduire les risques métaboliques.

En début de grossesse les modifications physiologiques sont favorables à l’effort par une amélioration des facteurs de fixation d’oxygène ce qui a conduit à des abus et « la mise enceinte » de la sportive pour l’amélioration de sa performance. C’est une forme de dopage. Certaines sportives ont même dénoncé des viols « à but de performance ».

Protection de la poitrine

Les femmes doivent protéger leur poitrine. Pour cela, il leur faut porter un soutien-gorge adapté à la taille de la poitrine qui peut être un handicap si elle est trop forte. En effet les seins sont exposés à un risque de traumatisme dans de nombreux sports notamment les sports collectifs ou de combat. Cela peut provoquer des abrasions cutanées accompagnées d’hématomes qui pourront se calcifier.

De même le soleil est l’ennemi de la peau et du sein, évitez une pratique sur la plage les seins nus. Le volume des seins peut conditionner le choix du soutien-gorge mais une poitrine trop volumineuse gênera la pratique sportive dans de nombreux sports. La pratique du sport protège contre le cancer du sein.

Choisir des sous-vêtements adaptés

Dans les magasins d’articles de sports de nombreuses matières sont proposées. Les dessous doivent être adaptés à la pratique, une culotte large est préférable au string et au slip en dentelle.

 

 

 

© IRBMS - Droits de reproduction

Partagez cet article

Les informations données sur ce site ne peuvent en aucun cas servir de prescription médicale.

Ici & ailleurs

Restons en contact !

    Newsletter : Abonnez-vous !

  • Et vous recevrez gratuitement chaque mois : nos actualités en Médecine du Sport, Sport Santé, Nutrition, Prévention dopage, Psychologie du sportif...


    Newsletter

L’IRBMS respecte la vie privée de ses utilisateurs et s’engage à ce que toutes les informations qu’il recueille permettant de les identifier soient considérées comme des informations confidentielles. Le site de l’Irbms est déclaré à la CNIL sous le numéro : 644591

La rédaction vous conseille

  • Qui sommes-nous ?

    IRBMS Prévention sport santé
  • Congrès 2017 : inscription

    Congrès 2017 : inscription
  • Partenariat

    Partenariat