Annonces

Malaise vagal, hypotension d’effort et malaise à l’effort

Malaise vagal : vertiges

Qu’est-ce qu’un malaise vagal ?

Le malaise vagal est une perte de connaissance de quelques secondes.

C’est la baisse soudaine de la tension artérielle provoquant une hypotension et une chute de la circulation sanguine. Elle survient au repos ou à l’effort.

Cette hypotension peut être en lien avec une fatigue anormale, une situation de stress ou de circonstances inhabituelles comme la chaleur ou même la vue d’une blouse blanche à l’hôpital ou après un simple vaccin !

Il ne faut pas confondre ce malaise avec la mort subite à l’effort même si le tableau initial peur faire craindre le pire avec une réelle perte de connaissance.

Signes précurseurs du malaise vagal

Dans un premier temps la personne présente une augmentation du rythme respiratoire, des bouffées de chaleur et une sensation d’être absente. Puis il peut y avoir nausées, vertiges, visage pâle, vision trouble, suées, assèchement de la bouche, bouffées de chaleurs, bourdonnement auditif, affaiblissement général…

Le Saviez-vous ?

Le terme « vagal » vient du nerf vague qui traverse l’organisme du cerveau jusqu’à l’estomac. Son rôle est de ralentir l’activité cardiaque lorsque celle-ci s’accélère.

Malaise vagal, que faire ? Conduites à tenir

Lorsque vous sentez que vous êtes en train de faire ce genre de malaise, essayez de vous allonger ou de vous accroupir. Si vous êtes assis, il est préférable de le rester et de ne pas se lever.

Lorsqu’une personne est victime d’un malaise vagal, il est important de surélever ses jambes afin d’oxygéner le cerveau pour rétablir la circulation sanguine.

Si la personne ne reprend pas très vite connaissance, il faut la placer en position latérale de sécurité (PLS). Ce geste de premiers secours sert à libérer les voies aériennes de l’organisme.

Si la personne n’a pas repris rapidement ses esprits, il faut alerter immédiatement les secours (15, 18 ou 112).

Est-il conseillé de consulter un médecin à la suite d’un malaise vagal ?

Il est toujours bon de prévenir son médecin à la suite d’un épisode de malaise vagal non justifié par une circonstance évidente.

Quand mettre en route les gestes qui sauvent ?

Si la personne reste sans connaissance plus de 15 secondes mettez en place la chaîne de survie.

L’origine de ce malaise lors d’un effort

Le cœur s’accélère à l’effort provoquant une tachycardie amenant de l’oxygène aux muscles et au cerveau. Pour bien battre le cœur est régulé par le système sympathique dont le nerf « vague ». C’est grâce à cette régulation que l’on peut vivre normalement. Lors d’un effort le nerf vague peut « s’emballer » et trop ralentir le cœur. Celui-ci ne fournit donc plus l’oxygène nécessaire aux muscles et au cerveau. C’est le malaise dit « vagal » par hypotension artérielle.

Qu’est-ce qu’une hyperthermie d’effort ?

Lors de la pratique d’un effort, par temps chaud il s’agit d’un « véritable coup de chaleur » survenant lors d’un effort prolongé par temps chaud et/ou ensoleillé, s’accompagnant d’une fièvre importante et de douleurs musculaires. Cet accident peut être gravissime ; il faut immédiatement refroidir le sportif, en le mettant à l’ombre, en essayant de l’aérer. Il faut aussi utiliser toute source de froid disponible et le réhydrater. L’appel des secours est toujours indispensable.

Conduite à tenir

Repos immédiat, on calme et on allonge la victime les jambes surélevées. Puis on s’assure qu’il ne s’agit pas d’une mort subite et on appelle les secours si la personne reste désorientée après le malaise : 15, 18 ou 112.

© IRBMS - Droits de reproduction

Partagez cet article

Les informations données sur ce site ne peuvent en aucun cas servir de prescription médicale.

Ici & ailleurs

Restons en contact !

    Newsletter : Abonnez-vous !

  • Et vous recevrez gratuitement chaque mois : nos actualités en Médecine du Sport, Sport Santé, Nutrition, Prévention dopage, Psychologie du sportif...


    Newsletter

L’IRBMS respecte la vie privée de ses utilisateurs et s’engage à ce que toutes les informations qu’il recueille permettant de les identifier soient considérées comme des informations confidentielles. Le site de l’Irbms est déclaré à la CNIL sous le numéro : 644591

velit, ultricies massa libero. id, consequat. ipsum eleifend tristique porta.