Annonces

Rhus toxicodendron : son utilisation chez le Sportif

Homéopathie et sport : Rhus Toxicodendron

Rhus Toxicodendron : Ce médicament, utile dans la pratique des efforts, doit être utilisé en fonction des bonnes indications posées par votre médecin.

Pour le rhus toxicodendron les indications sont larges puisqu’il s’agit de toute douleur aggravée par le mouvement ou la fatigue, et sensible à l’humidité.

Le rhus toxicodendron est une préparation homéopathique, obtenue par la méthode de dilution successive dite hahnemannienne.

Très utile en médecine du sport, ses indications sont toutefois techniques. Elles méritent une évaluation préalable par un médecin. Le rhus toxicodendron est préparé à partir des jeunes pousses récoltées en fin d’été du sumac vénéneux. C’est en fait un arbrisseau originaire des Etats-Unis et du Japon. Ses indications sont larges puisqu’il s’agit de toute douleur aggravée par le contact de mouvement ou la fatigue, et sensible globalement à l’humidité.

Le Rhus Toxicodendron

Ce sumac vénéneux a une affinité particulière pour les tissus fibro-conjectifs périarticulaires, la peau, les muqueuses et le système nerveux. Il agit ainsi chez le sportif dans des problèmes liés aux surcharges articulaires liées au surentraînement. Mais il peut aussi l’accompagner dans d’autres pathologies cutanées ou dans des syndromes grippaux.

Indications et posologies

  • Tendinite, aponévrosite, raideur articulaire avec sensation de brûlure : la posologie sera de +3 à 5 granules, deux à trois fois par jour, avec une dilution de 5 à 9ch.
  • Séquelles de traumatisme ou d’entorse, douleur rachidienne, sensation d’engourdissement ou ankylose : la posologie sera de 2 à 3 prises quotidiennes de 5 à 9ch de dilution.
  • Douleurs chroniques, fibromyalgie ou persistance de courbatures à l’effort : on mettra en place plusieurs prises quotidiennes, voire 3 granules toutes les 4 heures, à une dilution de 15ch, jusqu’à disparition des symptômes. Possibilité d’associer ce traitement au Ruta Graveolens selon un protocole précis.

Conclusion

Ce médicament est donc utile dans la pratique des efforts. Il doit être utilisé en fonction des bonnes indications. Celles posées essentiellement par votre médecin. Dans le cas d’auto-médication, si les signes cliniques ne disparaissaient pas rapidement, il faut arrêter le traitement et consulter son médecin.

Comme tout traitement homéopathique, il ne peut pas y avoir d’empoisonnement accidentel en absorbant le tube complet de granules. Toutefois, si cela venait à arriver, consultez votre médecin ou téléphonez au centre anti-poison le plus proche : Centres Antipoison

Les expérimentations ont montré que la forme d’absorption sublinguale garantissait la meilleure diffusion du traitement dans l’organisme, en comptant le nombre de granules dans le bouchon doseur, et en les laissant fondre sous la langue.

© IRBMS - Droits de reproduction

Partagez cet article

Les informations données sur ce site ne peuvent en aucun cas servir de prescription médicale.

Ici & ailleurs

Restons en contact !

    Newsletter : Abonnez-vous !

  • Et vous recevrez gratuitement chaque mois : nos actualités en Médecine du Sport, Sport Santé, Nutrition, Prévention dopage, Psychologie du sportif...


    Newsletter

L’IRBMS respecte la vie privée de ses utilisateurs et s’engage à ce que toutes les informations qu’il recueille permettant de les identifier soient considérées comme des informations confidentielles. Le site de l’Irbms est déclaré à la CNIL sous le numéro : 644591

La rédaction vous conseille

  • Qui sommes-nous ?

    IRBMS Prévention sport santé
  • Congrès 2017 : inscription

    Congrès 2017 : inscription
  • Partenariat

    Partenariat