Annonces

Vitamine D (cholécalciférol)

Visitez le site d'Ergysport

Vitamine D Cholécalciférol

La vitamine D ou vitamine du soleil est naturellement fabriquée par notre organisme, suite à l’exposition de notre peau aux rayonnements ultraviolets de la lumière.

Il existe également des sources alimentaires dans les poissons gras, l’huile de foie de morue, les œufs, le foie, le beurre. Elle favorise le développement osseux chez l’enfant et contribue à lutter contre l’apparition d’une ostéoporose.

Fonctions

  • La vitamine D ou cholécalciférol est celle de l’huile de foie de morue de nos grands-parents.
  • Cette vitamine joue un rôle capital dans la régulation du métabolisme phospho-calcique, permettant de maintenir la qualité structurelle de l’os.
  • Elle joue également un rôle dans le fonctionnement du pancréas, des organes hématopoïétiques, le cerveau, la qualité de la peau, et dans le développement de certaines tumeurs cancéreuses.
  • Enfin, elle joue un rôle majeur dans le développement osseux chez l’enfant.

ANC en vitamine D

Apports Nutritionnels Conseillés de la population française, Ambroise Martin, Tech&Doc, Masson 2001.

Sujets 1 Ul = 0.025 Ng
Nourrisson 400 à 600 Ul
Enfant 1 à 3 ans 400 à 600 Ul
Enfant 4 à 12 ans 400 Ul
Adulte 400 Ul
Femme enceinte 600 Ul
Femme allaitant 800 Ul
Personne âgée 500 Ul
Enfant et adolescent sportif une supplémentation par une dose unique de 100 000 Ul en début d’hiver doit être assurée pour les sportifs en salle (type Uvedose en ampoule).

Après avis médical un apport trimestriel de 100 000 UI en ampoule peut éviter toute carence chez les adolescents et personnes fragilisées. Pour les enfants avant la puberté on pourrait proposer une ampoule deux fois par an en octobre et à la sortie de l’hiver. Mais attention, il faut respecter les dosages car trop de vitamine D est un danger pour l’organisme.

Métabolisme

Il existe des sources endogènes et des sources hexogènes de la vitamine D.

  • La principale source endogène est liée à une synthèse grâce au rayonnement ultraviolet de la lumière. Ainsi le rayonnement solaire sur la peau provoquera une production de vitamine D, à partir d’une modification métabolique du cholestérol, qui se transformera par un passage dans le sang, dans le foie et dans les reins.
  • La source hexogène est possible sous deux formes : la vitamine D3 d’origine animale ou la vitamine D2 d’origine végétale.

Sources alimentaires de vitamine D

Les aliments contiennent peu de vitamine D, ce qui impose chez le nourrisson et chez l’enfant l’apport hexogène.

Les aliments les plus riches sont :

  • poissons gras
  • œufs
  • foie
  • beurre et matière grasse du lait
  • huile de foie de morue

Carences et symptômes

Pour savoir si nous sommes carencés : le taux sanguin de la vitamine D est dosé par l’analyse du 25(OH)D. Le taux doit être compris entre 20 et 100 ng/ml selon les réactifs. Or 50% de la population aurait un taux insuffisant. L’exposition solaire apporte certes de la vitamine D, mais il y a danger de cancers cutanés et de plus cette synthèse de vitamine D disparait rapidement sans apport alimentaire.

Le rachitisme est le signe le plus connu par l’absence d’apport hexogène complémentaire, avec ramollissement de l’os occipital et modification significative de la forme des os des membres inférieurs avec l’apparition d’un valgus.

L’ostéomalacie carentielle : il s’agit d’une carence survenant à l’âge adulte, avec l’apparition de fissures osseuses dites de Looser-Milkman, avec l’association de douleurs musculaires et de formations osseuses.

Carence biologique

Un déficit en vitamine D va modifier l’équilibre phosphocalcique, avec des répercussions sur le fonctionnement des hormones parathyroïdiennes. Une répercussion rénale est retrouvée, avec une modification de la calcémie et de la calciurie, avec anomalie conjointe du métabolisme du phosphore.

Conséquences d’une carence en vitamine D

C’est un risque de défaut de minéralisation osseuse, d’ostéoporose et de fractures spontanées ou provoquée par une chute. C’est aussi des risques augmentés d’hypertension artérielle, maladies cardio-respiratoires, certains cancers. En définitive, fatigue, rhumatisme et maladies chroniques.

Activité physique pour l’enfant : 10 minutes par jour d’exercices combinant sauts, force musculaire et endurance suffisent en complément d’une alimentation riche en calcium et en protéines de renforcer la qualité osseuse.

Conclusion

Le rachitisme, maladie la plus connue d’une carence en vitamine D. Elle ne devrait pas se retrouver dans des pays tels que la France. Il ne faut toutefois pas relâcher son attention et continuer en particulier chez l’enfant sportif ou chez le sportif adolescent de veiller à un apport correct en vitamine D.

La vitamine D permettra de mieux fixer le calcium, et de lutter contre l’apparition d’une ostéopénie ou d’une ostéoporose.

© IRBMS - Droits de reproduction

Partagez cet article

Les informations données sur ce site ne peuvent en aucun cas servir de prescription médicale.

    Annonces

Ici & ailleurs

Restons en contact !

    Newsletter : Abonnez-vous !

  • Et vous recevrez gratuitement chaque mois : nos actualités en Médecine du Sport, Sport Santé, Nutrition, Prévention dopage, Psychologie du sportif...


    Newsletter

L’IRBMS respecte la vie privée de ses utilisateurs et s’engage à ce que toutes les informations qu’il recueille permettant de les identifier soient considérées comme des informations confidentielles. Le site de l’Irbms est déclaré à la CNIL sous le numéro : 644591

La rédaction vous conseille

  • Qui sommes-nous ?

    IRBMS Prévention sport santé
  • Nos Activités en 2015

    Nos activités en 2015
  • Partenariat

    Partenariat