Publicité

La Musculation : définitions, généralités et méthodes


Article
extrait de la thèse de
médecine :
« Présentation
de concepts de physiothérapie
selon trois discipline : les
étirements, la musculation
et l’endurance. Applications
médicales et sportives
».

Thèse soutenue en février
2008 à Lille, par M.
Paulo Fernandes et dirigée
par le Docteur Popineau.

 

La
version
complète
de cet article
est disponible en format Pdf.
L’Intégralité de
cette thèse est proposée
en rubrique Bibliographie
et peut être consultée
dans nos locaux sur demande
écrite
.

LA MUSCULATION
: définitions, généralités
et méthodes.

A – Définitions
des régimes de contractions

La musculation possède
cinq régimes de contraction
principaux qui se répartissent
en deux groupes : le groupe de
contraction statique et le groupe
de contraction dynamique. Le régime
isométrique est inclus
dans le régime de contraction
statique et les quatre autres
dans le groupe de contraction
dynamique. Le régime de
contraction dynamique peut aussi
se dénommer mode isotonique
ou mode anisométrique [1;
2 ; 3].

I – Isométrique

En régime isométrique,
les points d’insertions
musculaires restent fixes. Il
n’y a pas de raccourcissement
notable du muscle, ni de mouvement
généré par
la tension musculaire. L’Anaés
définit la contraction
isométrique comme étant
le moment « … au cours
duquel la résistance opposée
au mouvement est égale
à la force développée
par le muscle.
Il n’y a pas de déplacement
du segment de membre. La longueur
du complexe tendino-musculaire
ne se modifie pas… p 19 »
[3].

II – Concentrique

En régime concentrique,
les points d’insertions
se rapprochent les uns des autres.
Le muscle se raccourcit et le
mouvement est généré
par l’augmentation de la
tension musculaire.
L’Anaés définit
la contraction concentrique comme
étant le moment «
…pendant lequel la résistance
opposée au mouvement est
inférieure à la
force développée
par le muscle. Les points d’insertion
musculaire se rapprochent et le
muscle se raccourcit. Il s’agit
d’une activité musculaire
mobilisatrice…p 19 » [3].

III – Excentrique

En régime excentrique,
les points d’insertions
s’écartent les uns
des autres. Le muscle s’allonge
et le mouvement est généré
quand la résistance est
supérieure à la
force produite par celui-ci (les
muscles du membre s’allongent
pour retenir l’haltère.
L’Anaés définit
la contraction excentrique comme
étant le moment «
…pendant lequel la résistance
opposée au mouvement est
supérieure à la
force développée
par le muscle. Les points d’insertion
musculaire s’éloignent
et le muscle s’allonge.
Il s’agit d’une activité
musculaire freinatrice…p 19
» [3].

IV –
Pliométrique

Les points d’insertions musculaires
s’éloignent et se rapprochent,
il s’agit d’un cycle étirement-raccourcissement
(ou entraînement par étirement-détente).
Ce cycle associe les régimes
excentrique et concentrique.

V – Isocinétique

Il est plus spécifique au domaine
de la rééducation et du
sport de haut niveau. Il s’agit
d’une application de vitesse constante
pour obtenir une contraction musculaire
concentrique ou excentrique maximale
tout au long du mouvement grâce
à du matériel adapté
.On parle ainsi d’isocinétismes
concentrique et excentrique.
Ce régime nécessite des
machines isocinétiques spéciales
qui programment un mouvement spécifique
sur deux grands principes, ce que reprend
l’Anaés « …La maîtrise
de la vitesse : on impose une vitesse
constante au mouvement du segment de
membre, au lieu de lui imposer une résistance
fixe…

L’asservissement de la résistance
: la résistance varie et s’auto-adapte
en tous points du mouvement pour être
égale à la force développée
par le muscle, lorsque la vitesse présélectionnée
est atteinte…p20 » [3]. Schémas
et suite de l’article (pdf, 19 pages,
500 Ko).

publicité

Fermer