Annonces

Bien vieillir et santé connectée

Visitez le site de Dynacare
Bien vieillir

Il existe deux sources de régulation des interactions par les technologies : les aînés et les plus jeunes.

Allier nouvelles technologies et vieillissement pour « bien vieillir », rêve ou réalité ?

Le marché des objets connectés converge vers les problématiques du vieillissement. A l’heure actuelle, seule la domotique paraît être la plus évoluée pour répondre à ces attentes techniques. Seulement les nouvelles technologies de la santé évoluent et sont déjà sur le marché français.

Les acteurs de santé comme les assurances et les mutuelles se tournent aujourd’hui vers le monde du numérique pour imaginer une offre commerciale alliant « bonne-santé et économie ». Ce qui à terme, facilitera le « bien vieillir » à domicile.

La Silver économie

Les êtres humains vivent de plus en plus longtemps. Actuellement un quart de la population française a plus de 60 ans. Celle-ci représentera un tiers de la population en 2030, et symbolise l’allongement de l’espérance de vie.

Cet allongement questionne aussi l’espérance de vie en bonne santé et le maintien de l’autonomie. Pour y faire face, un écosystème adapté a vu le jour : la Silver économie.

De nouveaux outils dits « connectés » viennent apporter des solutions, des moyens, des aides pour favoriser le maintien à domicile et le maintien des capacités fonctionnelles. Quels sont ces outils ? Ces nouvelles technologies sont-elles adaptées au public « senior » ? Voici quelques pistes de réflexion.

Qu’est-ce qu’un objet connecté ?

Aussi appelé Internet of things ou internet des objets, les objets connectés se définissent selon J.-P. Berighozi comme un « réseau de réseaux, qui permet, via des systèmes d’identifier directement et sans ambiguïté des entités numériques et des objets physiques et ainsi de pouvoir récupérer, stocker, transférer et traiter, sans discontinuité entre les mondes physiques et virtuels, les données s’y rattachant ».

  • La naissance de l’Internet des Objets est associée à la création du premier opérateur internet français en 1994 : FranceNet par Rafi Haladjan.
  • Le premier objet connecté serait l’une de ses créations, une lampe DAL appelée Violet qui possédait une connexion wiifi.
  • Selon une étude Xerfi, un objet connecté dispose de composants électroniques permettant de communiquer sans fil avec le réseau internet. Il est alors possible de le contrôler à distance.
  • Les objets connectés peuvent donc être transportés, tout en restant en liaison avec un réseau.
  • Le premier objet connecté de santé en médecine du sport fut le cardiofréquencemètre.
En savoir plus : Les capteurs connectés pour la forme et la santé

Les différentes familles d’objets connectés

Les principales sources d’insertions des objets connectés sont la santé – bien-être et la domotique. Cette dernière correspond au regroupement des techniques de l’électronique, de l’informatique et des communications ayant pour but l’automatisation des fonctions électriques de la maison.

D’après le rapport CCS Insight Wearables Forecast Worldwide 2015, 84 millions d’objets connectés ont été vendus en 2015. En France la valeur du marché des objets connectés s’élevait à 150 millions d’euros en 2013 soit 1% des dépenses High-tech des français (Le Magazine des objets connectés et innovants, 2015). La santé et la domotique sont les principaux secteurs d’insertion pour les objets connectés en France. Ils représentent respectivement 60 millions et 90 millions d’euros.

Le but avoué est souvent de quantifier un effort ou de mesurer une dépense d’énergie sous le vocable « quantified self » qui regroupe de façon générique les outils, principes et méthodes permettant à chacun d’entre nous de mieux nous connaître, de mesurer des données relatives à notre corps, à notre santé, à notre état général ou aux objectifs que nous nous fixons (Sources : Emmanuel Gadenne).

Les seniors sont-ils acheteurs, et dans quels buts ?

Le rapport aux technologies est considéré selon la construction de l’identité sociale et la signification des usages (Caradec, 1999).

L’identité sociale regroupe le rapport au corps et le rapport au temps.

  • Le rapport au corps permet d’expliquer les stratégies d’adaptation pour compenser les défaillances physiques et à l’inverse l’inadaptation de certains objets aux corps des personnes.
  • Le rapport aux technologies inclut également le rapport au temps c’est-à-dire la modification du rythme quotidien (Lalanne, 1999).

Les outils technologiques peuvent structurer le temps, les horaires des émissions favorites et leur durée par exemple. Il correspond aussi à la volonté de rester dans « l’air du temps », de garder le contact avec les nouvelles technologies pour ne pas être déconnecté des petits enfants (Furlong, 1989).

D’autre part, les objets influent sur les relations sociales. Ils sont perçus parfois comme des intermédiaires, un pont vers l’espace et l’extérieur. Ce rapport social est favorisé par les tiers qui jouent le rôle de médiateurs avec les plus réticents à l’idée d’utiliser un objet technologique.

Un vecteur de liens intergénérationnels

Deux échéances sont alors possibles, celle du « pont » et celle de la « porte » (Simmel, 1988).

  • L’image du pont illustre la création du lien entre séniors et nouvelles technologies grâce au rôle médiateur du tiers, qui via un cadeau ou la persuasion d’équipement crée cette relation.
  • A l’inverse, l’image de la porte marque la fracture entre les séniors et les objets technologiques. Ici le tiers propose un objet en vue de faciliter le quotidien, de remplir une tâche quotidienne. L’objet remplace la personne, porte atteinte à son identité.

Seulement comme nous l’avons vu précédemment, certains objets sauvegardent l’autonomie comme la voiture ou le téléphone. Dans cette optique le rapport aux objets technologiques est un moyen d’intégration à la société. Il marque le statut, c’est-à-dire un signe d’appartenance à un troisième âge dynamique, et facilite le rapport aux générations plus jeunes. C’est un vecteur de liens intergénérationnels.

Cela ne signifie pas que cette relation dépend exclusivement de l’utilisation des nouvelles technologies par les plus âgés. En effet les plus jeunes peuvent être une source d’interaction en apportant les objets connectés dans l’environnement de leurs ainés par des cadeaux par exemple.

Il y a deux sources de régulation des interactions par les technologies : les aînés et les plus jeunes. Seulement cette idée est relative au contexte de la famille, pour rester dans l’ère du temps et en contact avec les autres membres de la famille, on initie les aînés à l’utilisation des nouveaux objets technologiques.

Quels sont les freins à l’utilisation des objets connectés chez les seniors ?

Trois registres d’explications peuvent venir expliquer la non-utilisation d’objets connectés chez les seniors (Caradec, 2001).

  • Le premier élément est une critique de l’objet,
  • Le second correspond à son inutilité,
  • Le troisième insiste sur son étrangeté (Herpin, 1996).

La critique de l’objet consiste à produire une évaluation critique des caractéristiques de l’objet c’est-à-dire son prix et sa forme. Les objets technologiques peuvent dans certains cas représenter un budget trop important pour les seniors, tel que les sèches linges par exemple. Le prix est alors un frein à l’acquisition de cet objet.

D’autre part, la forme de l’objet peut défigurer la maison. A titre d’exemple, les paraboles viennent modifier l’image extérieure de la maison « en la rendant moins belle ». L’idée de l’inutilité de l’objet se réfère principalement à la situation actuelle de la personne. Le service technologique proposé par l’objet ne correspond pas aux besoins actuels du senior, il est alors inutile.

L’évaluation négative de l’objet

L’étrangeté de ces nouvelles technologies identifie le manque de familiarité avec l’objet, le manque de connaissances suffisantes pour son utilisation.

Vincent Caradec ajoute néanmoins à ce manque de familiarité d’autres variables pour expliquer ce phénomène : celle de l’appartenance générationnelle, l’appartenance sociale et l’âge. L’idée justifiant le non équipement des seniors par un manque de connaissances est donc fausse. Le non-équipement des seniors peut aussi s’expliquer par le fait qu’ils n’en aient pas besoin à l’heure actuelle ou par une évaluation négative de l’objet.

Ces deux types de discours ont tendance à être associés à la variable de l’appartenance sociale. En effet le discours de l’inutilité se retrouve dans les études chez les classes moyennes et supérieures et chez les plus jeunes, tandis que le discours du manque de familiarité se retrouve chez les plus âgés issus de milieu populaire.

 

© IRBMS - Droits de reproduction

Partagez cet article

Les informations données sur ce site ne peuvent en aucun cas servir de prescription médicale.

Annonces

Ici & ailleurs

Restons en contact !

    Newsletter : Abonnez-vous !

  • Et vous recevrez gratuitement chaque mois : nos actualités en Médecine du Sport, Sport Santé, Nutrition, Prévention dopage, Psychologie du sportif...


    Newsletter

L’IRBMS respecte la vie privée de ses utilisateurs et s’engage à ce que toutes les informations qu’il recueille permettant de les identifier soient considérées comme des informations confidentielles. Le site de l’Irbms est déclaré à la CNIL sous le numéro : 644591

La rédaction vous conseille

  • Qui sommes-nous ?

    IRBMS Prévention sport santé
  • Congrès 2017 : inscription

    Congrès 2017 : inscription
  • Partenariat

    Partenariat