Instabilité chronique de cheville

Instabilité de la cheville

Pour éviter les conséquences dramatiques d’une instabilité chronique de cheville il est nécessaire d’agir dès la première entorse.

L’instabilité chronique de cheville est un enjeu de santé musculo-squelettique important.

La forte récurrence des entorses de cheville amène un large pourcentage de patient à développer des instabilités chroniques de cheville. La conséquence dramatique de cette instabilité est l’apparition d’arthrose prématurée, qui peut amener à une diminution durable de l’activité physique ou encore à des douleurs persistantes.

Définition de l’instabilité chronique

L’instabilité chronique de cheville correspond à une réduction de la capacité d’un individu à stabiliser l’articulation de la cheville contre l’entorse d’inversion.

L’instabilité est associée à la fois à une instabilité mécanique (laxité ligamentaire) et à une sensation d’instabilité.

Comment apparaît une instabilité chronique de la cheville ?

L’instabilité chronique apparaît de manière progressive. Elle est souvent due à une négligence du traitement et de la rééducation lors du premier épisode d’entorse de cheville.

L’instabilité chronique de cheville peut apparaître :

  • Lorsque le patient sous-estime l’importance du traitement kinésithérapique dans la prise en charge des entorses.
  • Lorsque la rééducation est inadaptée aux activités du patient : trop douce ou au contraire trop agressive.
  • Quand le patient minimise la durée de récupération de la cheville : beaucoup de patient pense que ne plus avoir mal signifie que la rééducation est finie et que la cheville est revenue à 100% de ses capacités.

Conséquence d’une instabilité chronique de cheville sur votre corps

Les conséquences d’une instabilité sont tout d’abord physiques :

  • Diminution de la capacité à contrôler la contraction musculaire.
  • Incapacité de détecter avec précision la position de l’articulation dans l’espace.
  • Diminution de la sensibilité de votre voûte plantaire.
  • Diminution de la force des muscles de votre pied.
  • Dépendance accrue des informations visuelles.
  • Diminution de votre capacité à vous équilibrer, notamment lors des activités en double tâche.

Mais elles peuvent aussi être psychologique :

  • Perte de confiance et peur du mouvement.
  • Diminution de l’activité physique par crainte d’une autre blessure.

Ces modifications fonctionnelles de la cheville risquent d’amener la cheville dans un cercle vicieux dangereux pouvant conduire à des blessures à répétitions et une dégénérescence articulaire prématurée.

Entorse de cheville > Laxité des ligaments > Diminution de la stabilité

Traitement de l’instabilité chronique

Le traitement de l’instabilité chronique de cheville est essentiellement un traitement kinésithérapique. Les exercices proposés devront être réalisés régulièrement pour combattre au mieux les altérations de l’équilibre de la cheville.

La réussite du traitement repose sur des exercices avec une grande variété de stimulation et la répétition des gestes sur le long terme. La rééducation doit être en rapport avec le type d’activité que le patient réalise dans son quotidien ou lors de son sport.

Reproduire les exercices à la maison est primordial pour stimuler régulièrement la cheville.

De plus, lorsque l’instabilité handicape la pratique sportive, le port d’une chevillère est recommandé afin de protéger la cheville d’une autre récidive.

Comment éviter une instabilité chronique de la cheville ?

Afin d’éviter les conséquences dramatiques d’une instabilité chronique de cheville, il est nécessaire d’agir dès la première entorse avec sérieux et rigueur.

Le protocole POLICE est le premier geste à réaliser lors de l’entorse de cheville.

Les 4 actions indispensables

 

Il faudra effectuer une prise en charge rapide et commencer la rééducation rapidement.
Il est nécessaire de vous rapprocher de votre médecin puis d’un kinésithérapeute ayant des connaissances spécifiques dans cette prise en charge.

Bibliographie

► Gribble, Phillip A et al. “Selection criteria for patients with chronic ankle instability in controlled research: a position statement of the International Ankle Consortium. Journal of athletic training vol. 49,1 (2014): 121-7. doi:10.4085/1062-6050-49.1.14.

► Thompson C, Schabrun S, Romero R, Bialocerkowski A, van Dieen J, Marshall P. Factors Contributing to Chronic Ankle Instability: A Systematic Review and Meta-Analysis of Systematic Reviews. Sports Med. 2018;48(1):189–205. doi:10.1007/s40279-017-0781-4.

► Lisa Chinn,  Jay Dicharry, Jay Hertel, Ankle kinematics of individuals with chronic ankle instability while walking and jogging on a treadmill in shoes, Physical Therapy in Sport 14 (2013) 232-239.

► Song K, Burcal CJ, Hertel J, Wikstrom EA. Increased Visual Use in Chronic Ankle Instability: A Meta-analysis. Med Sci Sports Exerc. 2016;48(10):2046–2056. doi:10.1249/MSS.0000000000000992.

► Hertel J, Corbett RO. An Updated Model of Chronic Ankle Instability. J Athl Train. 2019;54(6):572–588. doi:10.4085/1062-6050-344-18.

A propos de l’auteur

Jérôme PEROTTET est Masseur kinésithérapeute DE et membre du staff médical de l’équipe de France de Boxe anglaise. Thérapeute Manuel Orthopédique (Cursus Canadien), Jérôme est également éducateur sportif et membre du comité d’éthique OMT France. Son site Web, sa chaîne YouTube.

© IRBMS - Droits de reproduction

► Recevoir notre Newsletter

Partagez cet article

Les informations données sur ce site ne peuvent en aucun cas servir de prescription médicale.

Ici & ailleurs

ut nec elementum Aenean venenatis, velit,