Publicité

Les Cyclistes et les Produits Dopants

Cyclisme-produits-dopants

Le cyclisme, comme d'autres sport, est touché par le dopage

Quand on évoque le Tour de France, événement mondial qui déplace des foules au bord des routes tous les ans pendant les 3 premières semaines de juillet, on ne peut qu’avoir une pensée sur des noms de champions aussi prestigieux que Jacques Anquetil, Louison Bobet, Fausto Coppi, Miguel Indurain, Eddy Merckx, Raymond Poulidor, Lance Armstrong.

L’on peut associer de nombreux coureurs comme Bernard Thevenet, Lucien Van Impe, Richard Virenque, Laurent Fignon, André Darrigade, Freddy Maertens, Rik Van Loy, Rik Van Steenbergen, Jean Stablinski, Roger Rivière, Greg Lemond, et bien d’autres. A la lecture du Dictionnaire du Dopage, écrit par le Docteur Jean-Pierre de Mondenard, paru en 2004 aux Editions Masson, on retiendra que de tout temps, le monde sportif a utilisé des produits miraculeux efficaces ou non, pour améliorer les performances. Le milieu cycliste a toujours été au feu de l’actualité montré du doigt, très friand de ces produits miracles, et quelquefois simple testeur pour les autres disciplines.

 

 Le saviez-vous ? Plus de 210 coureurs ont dans leur vie portés le MAILLOT JAUNE tant convoité, c’est beaucoup et peu à la fois :

Henri Anglade, Lucien Aimar, jean François Bernard, Laurent Desbiens, Pascal Lino, Roger Pingeon, Pascal Simon ,Cédric Vasseur, Thomas Voeckler ( parmi les Français)

Nous avons vibré pour eux et tous  les amateurs de sport et de cyclisme sont reconnaissants envers ces coureurs et bien d’autres pour ces moments magiques.

Toutefois parmi les champions et dans le peloton combien ont dû avoir recours à l’utilisation de produits ou procédés interdits au cours de leur carrière ?

A la lecture du Dictionnaire du Dopage, écrit par le Docteur Jean-Pierre de Mondenard, paru en 2004 aux Editions Masson, on retiendra que de tout temps, le monde sportif a utilisé des produits miraculeux efficaces ou non, pour améliorer les performances. Le milieu cycliste a toujours été au feu de l’actualité montré du doigt, très friand de ces produits miracles, et quelquefois simple testeur pour les autres disciplines.

La France à la pointe de la lutte contre le dopage

Le monde du sport reconnaissait le « doping »comme un mal marginal malgré les suspicions et autres allégations. La loi  Bambuck ( ministre des sports ) de 1989 fut une première pour un état : la reconnaissance et l’appropriation de cette problématique.

Des contrôles et des sanctions furent prises, une commission Nationale de lutte contre le dopage fut créé ( le Docteur Bacquaert en fut membre titulaire) mais un décalage existait entre la réalité politique et celle du terrain .

Le Nord –Pas-de-Calais fut déclarée comme région pilote pour la lutte contre le dopage  en 1992 en organisant  d’une cellule anti-dopage coordonnée par Monsieur Tétaz (Directeur régional de la DR de Lille) et le docteur Cachera (médecin inspecteur) le Docteur Patrick Bacquaert coordonnant celle-ci.

De nombreuses informations remontaient concernant les trafics et une collaboration étroite fut tissée avec le service interrégional des douanes. Pendant ce temps la réalité du dopage était occultée par les pouvoirs sportif et politique.

C’est en raison du nombre de saisie en douane et des informations recueillies que dès 1996 fut mis en place une collaboration renforcée entre le Docteur Bacquaert et les douanes mettant ainsi en place un dispositif de surveillance de trafic de produits dopants permettant de constater l’émergence de l’implication d’équipes cyclistes .Une surveillance fut alors mis en place dès Mai 98 pour repérer les soigneurs ou intervenants d’une ou plusieurs équipes de Nord de la France et de la Belgique.

Les douanes , qui avaient besoin du Docteur Bacquaert pour apporter son aval au type de produits saisis, avertissent alors confidentiellement celui-ci sur une surveillance de tous les secteurs par une brigade spéciale en donnant ordre d’arrêter et fouiller toute voiture ou camion siglé avec un sponsors tour de France ou au nom d’une équipe cycliste dont celle du Nord, c’est ainsi que la voiture «Festina » de Willy Voet sur une route annexe au grand axe autoroutier fut arrêtée et on connait presque la suite !!!!!!!

 

Affaire Festina, Juillet 1998

« Coup de tonnerre dans un ciel serein »; ce fut un tournant de l’histoire du dopage dans le sport.

Willy Voet, « soigneur » de l’équipe Festina, se fit arrêter à la veille du départ du Tour 98 de Dublin, remporté par le malheureux Marco Pantani (Ita).

Le Docteur Patrick BACQUAERT est à l’origine de la découverte de cette affaire, ayant en sa qualité de Médecin Inspecteur de la Jeunesse et des Sports pisté avec les douaniers une équipe basée dans le Nord.

Depuis, de nombreux ouvrages sont sortis sur le sujet, mais il reste des zones d’ombre qui pourraient encore être levées par Willy Voet, le Docteur Patrick Bacquaert, et le Juge Patrick Keil, qui fut le juge de cette affaire Festina.

Depuis, de nombreuses autres affaires sont sorties dans le sport, et encore malheureusement dans le cyclisme.

Les derniers ouvrages « La grande imposture » (Dr J-P. de Mondenard) et « Le sale tour » (Pierre Ballester, David Walsh) sont l’illustration qu’il y a encore une place à la triche dans le sport.

Souvenons nous seulement des morts « de trop », dont celui du tour « Festina » en 98, Marco Pantani, décédé d’un oedème cérébral dans une chambre d’hôtel à Rimini (Italie).

Quand on lit cette bible du dopage, de la lettre A – Adénosine Triphosphorique ou ATP (Striadyne) jusque la lettre Z où l’on retrouve le Zyban ou Bupropion, on constate que les cyclistes furent soit les victimes, soit au contraire les acteurs permettant au public sportif en général de mieux connaître ses produits, qui aujourd’hui figurent sur une liste bien codifiée, publiée par l’Agence Mondiale Anti-dopage et diffusée par l’Agence Française.

 

Pour en savoir plus, consultez notre article dédié :

  • Prévention Dopage Lille/Wattignies

    Ampd
    L’Antenne Médicale de Prévention du Dopage est à l’écoute du public pour informer et conseiller (+ d'infos) :

    Téléphone : 03.20.62.08.17
    Courriel : sos@ledopage.fr
    Consultation : sur rendez-vous.
  • Tous concernés par le Dopage !

    > Brochure version papier : commander

    > Brochure version Pdf : télécharger

    La prévention du dopage

publicité

Fermer