Notre partenaire

Le Ginseng

Ginseng et sport
Par ses origines, on lui attribue souvent des propriétés « magiques », reposant sur son utilisation ancestrale, venue d’Asie. Mais quels sont les réels effets sur l’organisme et sur les performances ? La consommation de Ginseng s’est rapidement répandue dans le milieu sportif, plus particulièrement dans certaines disciplines telles que la course à pied, l’athlétisme, les sports de combat, les sports de force (musculation, culturisme). Ce principe actif est tombé (un peu trop) dans le domaine commercial et se décline sous différentes présentations : capsules, comprimés, ampoules, poudres, tisanes… Malheureusement, les propriétés allouées ne reposent parfois (souvent) sur aucune propriété scientifiquement établie.

COMPOSITION ET PROPRIETES

Les propriétés sont attribuées aux racines, qui contiennent de multiples substances actives :
– Des hormones, telles que des oestrogènes, responsables des effets secondaires chez les femmes.

– Des enzymes, notamment digestives (amylase).
– Des substances stimulantes (stimulants cardiaques et du métabolisme basal).
– Des substances hypnotiques
– Des acides gras, dont certains ont la propriété de favoriser l’équilibre du métabolisme du cholestérol.
Des vitamines (B1, B12) et des oligoéléments
Des sucres, les glucosides, qui stimulent la synthèse d’adrénaline, et contribuent aux effets « excitants ».
– Des résines.

Propriétés principales :

– Stimulation de nombreux métabolismes : synthèse protéique, régulation enzymatique – Action hypoglycémiante – Effets contradictoires sur le système nerveux central (excitation ou inhibition), qui peuvent induire des effets positifs (amélioration de la concentration, de l’humeur, résistance au stress et à la fatigue) ou négatifs (insomnie, tremblements, irritabilité) – Diminution de la sensation de faim.

INDICATIONS

Indication « officielle » du Vidal :Le Ginseng est une méthode de phytothérapie traditionnelle utilisée dans le traitement symptomatique de l’asthénie fonctionnelle, en absence d’activité spécifique actuellement démontrée.

Indications d’utilisation : – Surmenage, stress de la vie quotidienne. – Asthénie physique. – Troubles neurovégétatifs de la ménopause (bouffées de chaleur). – Prévention du vieillissement cérébral, des troubles de la mémoire et du sommeil chez la personne âgée.

QUELS DANGERS ?

Effets secondaires : Si de nombreux effets alloués n’ont pas été prouvés, certains effets secondaires ont par contre été clairement établis, en particulier en cas de surdosage : – Aménorrhée, congestion mammaire chez les femmes – Excitation du système nerveux central : insomnie, confusion, tremblements… – Hypotension. – Diarrhées matinales, éruption cutanées. – Artérite cérébrale.

Contre indication :Hypertension artérielle – Grossesse

EN CONCLUSION

Les effets alloués au Ginseng apparaissent souvent exagérés, et conduisent aux surdosages et à leurs effets secondaires. Chez le sportif, les effets positifs sur les performances et la récupération sont loin d’être systématiques. La consommation de Ginseng répond à des indications bien précises, et ne doit en aucun cas être systématique pour en attendre un bénéfice naturel incontestable. Les allégations « d’herbe divine », « d’élixir de vie et de puissance », « plante de longévité », que les commerciaux se plaisent à mettre en avant, ne sont donc pas fondées. Son utilisation ancestrale ne doit pas être une référence pour en attendre des effets miraculeux, que ce soit sur la santé ou sur les performances.

GINSENG

QUELS EFFETS CHEZ LE SPORTIF ? Aucun effet stimulant sur les performances n’a actuellement été démontré, raison pour laquelle, le Ginseng ne figure pas sur la liste des produits interdits. Les effets apparaissent dépendants de la quantité consommée, et sont très variables d’un individu à l’autre.

Souvent considéré (à tort) comme anodin, il peut exposer à des difficultés d’adaptation énergétique, en favorisant l’hypoglycémie, et la diminution de l’appétit. Les effets neurologiques sont paradoxaux. S’ils peuvent parfois contribuer à lutter contre la fatigue, rien ne remplacera une adaptation de l’entraînement. La stimulation neurologique peut également perturber la qualité du sommeil, la capacité de gestion du stress. Quand aux propriétés antioxydantes, elles ne relèvent d’aucune observation scientifique.

 

Lire aussi :
+
Aliments de
saison
et recettes
sportives

publicité

Fermer