Partenariat

L’Hypertrophie cardiaque ou cardiomégalie

Attention : Il ne faut pas confondre un gros cœur dynamique du sportif qui est physiologique donc bon pour la santé et une hypertrophie cardiaque qui est pathologique et doit être traitée précocement.

L’hypertrophie cardiaque est généralement dépistée en début de carrière d’un sportif lors d’examens médicaux en vue de l’établissement d’un certificat pour l’obtention d’une licence ou la réalisation d’un ECG de repos ou d’effort.

L'ECG de repos

La pratique d’un sport ou d’un exercice musculaire, quel qu’il soit, entraîne une adaptation cardiovasculaire à l’effort. Le cœur est un muscle comme les autres, il réagit selon la sollicitation de l’entraînement en modifiant sa morphologie et son rythme, il peut  augmenter de volume et abaisser son rythme cardiaque.

Les types d’hypertrophies cardiaques

  • La cardiomyopathie hypertrophique (CHM) : La cardiomyopathie hypertrophique (CHM) est  associée à l’hypertrophie globale du cœur. C’est habituellement une maladie héréditaire donc dépistable précocement.
  • L’hypertrophie ventriculaire gauche (HVG) : Est caractérisée par l’épaississement du muscle ventriculaire gauche provoquée par : HTA, sténose aortique et aussi entraînement athlétique intense et prolongé.

Quels sont les symptômes ?

  • Essoufflement
  • Douleur à la poitrine
  • Tachycardie ou palpitations
  • Étourdissement
  • Fatigabilité précoce lors de l’activité physique  ou du sport

 

Les risques d’une hypertrophie cardiaque

1-    La mort subite du sportif

C’est une mort :

  • Naturelle : non traumatique, non iatrogène.
  • Inattendue : cœur supposé sain.
  • Au cours et jusqu’à une heure après la pratique sportive.
  • Dans l’heure suivant le symptôme initial de malaise.

Mécanisme de survenue :

L’exercice peut favoriser l’apparition de troubles du rythme graves, notamment lorsqu’il existe une pathologie cardiaque sous-jacente non diagnostiquée (intérêt de l’examen médical préalable).

Chez le jeune sportif, la cardiomyopathie hypertrophique et les anomalies congénitales des coronaires sont les étiologies les plus fréquentes.

Le Saviez-Vous ?

On estime à 800 à 1500 le nombre de cas de mort subite chez le sportif par an en France ( + de 60 000 dans la population générale).

  • 95% des cas concernent les sportifs amateurs.
  • La tranche d’âge la plus touchée concerne les 40-60 ans.
  • 95% des cas concernent les hommes.
  • Plus de la moitié des accidents surviennent en dehors d’un terrain de sport et la majeure partie des victimes ne semble pas avoir de licence au sein d’une fédération.
  • Le football, la course à pied et le cyclisme figurent parmi les sportifs les plus exposés De plus la répartition des âges de survenue n’est pas la même en fonction des sports (par exemple l’âge moyen est de 30 ans pour le football, 40 ans pour la course à pied, 50 ans pour le cyclisme).
Tout faire pour prendre rapidement en charge une mort subite :

Lire : L’Arrêt Cardiaque chez le Sportif : les règles préventives

Testez-vous pour connaître vos facteurs de risque :

Questionnaire : Enquête cœur et sport (Pdf, 2 pages, 105 Ko).

 

 

Dr. Patrick Bacquaert A propos de l'auteur

Consultant en médecine du sport et sport santé ainsi que médecin chef de l’Institut de Recherche en Bien-être, Médecine et Sport Santé (IRBMS). Le docteur Patrick Bacquaert est l'une des grandes figures de la médecine du sport. Il s'est investi dans la promotion du sport santé dans la région Nord Pas-de-Calais. Il œuvre également dans la lutte contre le dopage et s'occupe activement d'un site Internet www.irbms.com dont il est le responsable.

Publicité

Lancez une recherche sur notre site...

Nombre d'articles à votre disposition : 910

Publicité