Partenariat

L’Hypertrophie Cardiaque

L’hypertrophie cardiaque est généralement dépistée en début de carrière d’un sportif. Le cas de Lilian Thuram est exceptionnel, puisque c’est après 35 ans, lors d’un examen de routine, que l’on a découvert cette anomalie.

La pratique d’un sport ou d’un exercice musculaire, quel qu’il soit, entraîne une adaptation cardiovasculaire à l’effort. Le coeur est un muscle comme les autres, il réagit selon la sollicitation de l’entraînement en modifiant sa morphologie et son rythme.

 

La mort subite du sportif

C’est une mort :

  • Naturelle : non traumatique, non iatrogène
  • Inattendue : cœur supposé sain
  • Au cours et jusqu’à une heure après la pratique sportive
  • Dans l’heure suivant le symptôme initial de malaise

 

Mécanisme de survenue :
L’exercice peut favoriser l’apparition de troubles du rythme graves, notamment lorsqu’il existe une pathologie cardiaque sous-jacente non diagnostiquée.( intérêt de l’examen médical préalable)

Chez le jeune sportif, la cardiomyopathie hypertrophique et les anomalies congénitales des coronaires sont les étiologies les plus fréquentes.

- On estime à 800 à 1500 le nombre de cas par an en France.

- 95% des cas concernent les sportifs amateurs.

- La tranche d’âge la plus touchée concerne les 40-60 ans.

- 95% des cas concernent les hommes.

- Plus de la moitié des accidents surviennent en dehors d’un terrain de sport et la majeure partie des victimes ne semble pas avoir de licence au sein d’une fédération.

- Le football, la course à pied et le cyclisme figurent parmi les sportifs les plus exposés De plus la répartition des âges de survenue n’est pas la même en fonction des sports (par exemple l’âge moyen est de 30 ans pour le football, 40 ans pour la course à pied, 50 ans pour le cyclisme)

 

Adaptation du coeur à l’effort : le débit cardiaque

Le débit cardiaque est augmenté à l’effort. Cette augmentation est généralement proportionnelle à l’intensité de cet effort.

Le débit cardiaque au repos est compris entre 4 et 6 litres/minute. Il peut être multiplié par 6 et même plus à l’effort. La conséquence de cette augmentation nécessaire conduit le cœur à réagir de deux façons :

1/ augmentation ou adaptation du volume d’éjection systolique : ce volume est représenté par le sang éjecté par le cœur à chaque contraction (systole).

Ce sont les cavités cardiaques qui permettent cette circulation du sang. Deux possibilités d’adaptation : soit elles deviennent de plus en plus volumineuses, soit elles se contractent mieux.

D’autres mécanismes se mettent en jeu à partir d’adaptations plus complexes qui seront stimulées par la pratique d’un entraînement régulier. Cette adaptation a la nécessité d’augmenter le volume d’éjection systolique et conduit donc à une hypertrophie cardiaque ou plus généralement à une cardiomégalie du sportif.

2/ le cœur doit donc répondre aux sollicitations de l’entraînement en augmentant sa fréquence. Il s’agit de la tachycardie d’effort. Toutefois, la fréquence cardiaque répond également à une seconde adaptation d’origine sympathique, et conduit lentement le cœur à ralentir son rythme de base. Il s’agit de la bradycardie du sportif.

En résumé, un cœur de sportif est lent et plus gros que la normale.

Surveillance médicale du cœur du sportif

• surveillance clinique : l’auscultation permet au médecin « d’entendre » les bruits du cœur et d’éliminer tout souffle cardiaque. Il en profitera pour vérifier la présence des pouls périphériques et contrôler la tension artérielle de repos aux deux bras.

• électrocardiogramme de repos : cet examen n’est pas systématiquement demandé pour la délivrance de non contre indication à la pratique du sport. Toutefois, il est fortement conseillé lors de la pratique d’un sport intensif chez l’enfant et chez l’adulte. Cet électrocardiogramme de repos permettra de contrôler le rythme cardiaque comme la bradycardie du sportif, mais également de vérifier la bonne contractivité et l’excitabilité du cœur.

• échocardiographie : Cet examen rentre de façon obligatoire dans ceux réalisés nécessairement chez les sportifs en liste. Toutefois, ils sont conseillés en cas de doute ou de pratique sportive intensive. Il s’agit d’un examen de choix en cardiologie du sport, afin de mieux voir la taille des cavités, l’épaisseur de celles-ci, et d’analyser plus précisément le débit ou les reflux. Cet examen peut être sensibilisé par des techniques à l’effort ou à base d’imagerie en cas de problèmes particuliers.

D’autres explorations peuvent être réalisées, mais elles rentrent dans le cadre d’un domaine de cardiologie interventionnelle.

• épreuve d’effort cardiologique : il s’agit essentiellement de lever tout doute et de contrôler s’il n’existe pas de contre-indication à la pratique sportive. En effet, le cœur peut être normal au repos, et présenter des anomalies à l’effort. Toutefois, une hypertrophie cardiaque est diagnostiquée le plus souvent au repos.

• VO2Max : il s’agit d’une épreuve spécifique plutôt à visée d’adaptation à l’effort pour contrôler ou conseiller un entraînement.

  Cardiomégalie du sportif

Cette hypertrophie du muscle cardiaque est reconnue depuis longue date chez les sportifs.
Elle a été mise en avant d’ailleurs par le « père » de la cardiologie du sportif, Monsieur le Professeur Fernand PLAS.

Il s’agit donc chez un sportif sain d’une augmentation de la taille du cœur à partir d’adaptations physiologiques à l’effort.

Dépistage de la cardiomégalie

• examen clinique
• électrocardiogramme de repos
• échocardiographie
• imagerie médicale

Une augmentation du volume cardiaque (cardiomégalie ou hypertrophie cardiaque), peut être considérée comme normale chez le sportif si :

  • il n’existe aucun signe clinique fonctionnel décrit par le sportif
  • aucune modification de l’adaptation à l’entraînement n’est apparue
  • il pratique un sport de façon intense et régulière surtout de type endurance
  • elle correspond à un rapport harmonieux entre la masse myocardique, le volume cardiaque et la VO2Max
  • le reste de l’examen cardiaque est normal et en particulier la tension artérielle
  • elle tend à diminuer voire même à régresser avec l’arrêt de l’entraînement
  • il existe une preuve d’une augmentation progressive et harmonieuse lors de l’ensemble des examens réalisés chez ce sportif de haut niveau

Avertissement

Si de nombreux sportifs, et en particulier les coureurs du Tour de France, présentent un volume hypertrophique cardiaque d’adaptation à l’effort, il est toujours nécessaire de mettre en place des bilans complémentaires, en particulier chez l’enfant, les femmes et les sujets âgés, même s’ils pratiquent le sport et se sentent moins concernés par ces augmentations de volume cardiaque.

Par ailleurs, on se méfiera systématiquement d’apparitions tardives d’une hypertrophie cardiaque chez un sportif de haut niveau chez qui on n’a pas constaté antérieurement de modifications notables.

Causes des hypertrophies cardiaques

• la pratique sportive :  Il s’agit de la première cause de cardiomégalie chez les sportifs par adaptation à l’effort.

• héréditaire ou congénitale
Il peut s’agir d’hypertrophie cardiaque harmonieuse, touchant à la fois l’ensemble des cavités du cœur ou au contraire des hypertrophies isolées, pouvant être associées à une malformation ou à un déficit de développement d’une partie du cœur. Des anomalies chromosomiques ont été retrouvées.

• hormonale
Certaines substances hormonales jouent un rôle direct et favorisent le développement de l’hypertrophie cardiaque. Il s’agit essentiellement de la cortisone et des hormones thyroïdiennes. D’autres substances peuvent agir indirectement sur l’hypertrophie cardiaque en modifiant les volumes d’éjection systolique.

• insuffisance cardiaque et hypertension artérielle
Un mauvais fonctionnement du cœur peut conduire celui-ci à réagir et à provoquer une augmentation atonique de ces cavités. Le cœur devient plus volumineux et moins tonique. Il s’ensuit une apparition progressive d’un essoufflement à l’effort et une diminution très nette de la condition physique.

• diabète
On retrouve chez de nombreux diabétiques une complication liée au déficit de fluidité de la circulation sanguine, qui provoque une augmentation progressive du volume du ventricule gauche.

• prise de médicaments
Un grand nombre de produits peut agir sur le cœur, en modifiant de façon significative soit le bon fonctionnement de celui-ci, soit la fluidité du sang.

Le cœur doit donc travailler plus pour mieux répondre aux exigences de la pratique sportive ; cela conduit à une augmentation du volume cardiaque. La prise de stéroïdes anabolisants peut provoquer une dégradation de l’ensemble de la fonction cardiaque avec une hypertrophie myocardique potentiellement visible au niveau du ventricule gauche. La prise prolongée de produits peut conduire à une cardiomégalie massive.

troubles de la viscosité sanguine
Quelle que soit l’origine de ces troubles de viscosité (prise de médicaments, maladie, produits dopants…), le cœur devra lutter contre cette anomalie et la réponse sera une augmentation progressive de ces cavités cardiaques avec une hypertrophie progressivement visible.

Conséquences de l’hypertrophie

Le facteur de risque majeur est représenté par la mort subite, d’où l’intérêt de dépister, de suivre et d’adapter la pratique sportive chez les sportifs chez qui l’on dépiste une telle anomalie.

La cardiomyopathie hypertrophique serait l’une des premières causes de la mort subite chez le sportif. Il s’agit d’une hypertrophie du ventricule gauche, d’origine familiale.

La survenue de la mort subite chez les sportifs porteurs de cette anomalie est liée à l’accumulation de facteurs qui associent troubles du rythme, déficit d’oxygénation, anomalie de remplissage du cœur, et brutalement court-circuit électrique.
Le cœur ne pouvant plus répondre à son rôle premier qui est de fournir l’oxygène au niveau du muscle, il se met en fibrillation ventriculaire et le décès peut survenir en quelques minutes.

C’est pour lutter contre ces morts subites que sont mis en place progressivement des défibrillateurs automatisés.

Conclusion

L’hypertrophie cardiaque peut être totalement normale et résulter d’une très bonne adaptation à l’effort.
Cette anomalie de volume cardiaque peut être également dépistée tôt puisqu’un certain nombre est d’origine héréditaire et familiale.

L’augmentation progressive et anormale du volume cardiaque doit être dépistée. C’est pour cela qu’en France, les examens de dépistage sont obligatoires pour les sportifs de haut niveau en liste.

Il est toutefois conseillé de réaliser les mêmes examens chez des sportifs pratiquant un volume d’entraînement significatif (+ de 5 heures/semaine), de type endurance.

La survenue de maladie ou la prise de médicaments ou de produits dopants peut conduire à la survenue d’une hypertrophie cardiaque. Au moindre doute, il est nécessaire de mettre en place de nombreux examens afin de connaître le potentiel de risques représentés essentiellement par la mort subite lors de la pratique du sport.

La pratique du sport est généralement bonne pour la santé. Toutefois, consulter régulièrement un médecin permet de dépister des anomalies et d’adapter sa pratique afin de n’en retirer que les bienfaits.

Lancez une recherche sur notre site...

Nombre d'articles à votre disposition : 903

Publicité

Dr. Patrick Bacquaert A propos de l'auteur

Consultant en médecine du sport et sport santé ainsi que médecin chef de l’Institut de Recherche en Bien-être, Médecine et Sport Santé (IRBMS). Le docteur Patrick Bacquaert est l'une des grandes figures de la médecine du sport. Il s'est investi dans la promotion du sport santé dans la région Nord Pas-de-Calais. Il œuvre également dans la lutte contre le dopage et s'occupe activement d'un site Internet www.irbms.com dont il est le responsable.

Publicité