Annonces

Désinfecter une plaie ou une blessure

Blessure

La désinfection d’une plaie, même bénigne, reste très importante.

Nul n’est à l’abri d’une blessure, d’une chute ou d’un choc…

Voici quelques conseils pour prendre en charge une plaie bénigne qui peut être toutefois handicapante pour poursuivre son activité.

Deux cas :
  • Vous êtes la victime.
  • Ou vous aidez une tierce personne.

Toujours au préalable asseoir ou allonger la victime de la plaie pour éviter une chute par malaise à la vue du sang.

Si possible, si vous intervenez, mettez des gants après un savonnage long des mains poignets et avant-bras, ou lavage avec solution hydro-alcoolique.

Attention aux fractures ouvertes en sport : appelez dans ce cas immédiatement les urgences.

Qui appeler en cas d'urgence ?

Si fort saignement : compression et demandez si la personne ne prend pas de traitement visant à liquéfier le sang (anticoagulant ou aspirine).

Lavage doux de la plaie à l’eau propre en bouteille et mieux avec du sérum physiologique en enlevant si possible les corps étrangers.

Comment soigner une plaie :

  • Des compresses, des mouchoirs jetables, un linge propre.
  • Un désinfectant.
Quel désinfectant choisir :
  • Alcool à 70° qui est un alcool éthylique et non dénaturé car contenant du méthanol mais jamais sur la plaie car forte douleur.
  • Solution de Dakin, utilisé pour l’antisepsie des plaies de la peau et des muqueuses ; Possibilité d’acheter des sachets de Dakin pour fabriquer une solution.
  • Bétadine sous toutes ses formes et même en compresse pure ou diluée. Se méfier des allergies à l’iode.
  • Mercryl ,  Merfène, Mercurochrome, Éosine, Cétavlon, Biseptine  et bien d’autres.

Brûlures et blessures par excoriations

Annonces


Inévitables après les chutes (vélo, roller…) ces brûlures sont souvent douloureuses, et peuvent laisser des cicatrices disgracieuses.

Les soins de plaie sont ici particulièrement décisifs pour garantir une évolution favorable. On conseille l’utilisation de pansements de type « tulle gras » ou des colloïdaux. Sachez utiliser
correctement ces pansements qui nécessitent d’abord une première désinfection rigoureuse, avec ablation des corps étrangers éventuels (gravillons…).

Utilisez de préférence un antiseptique non coloré (risque de coloration de la cicatrice). Puis appliquez le pansement colloïdal qui pourra être laissé 48h. A chaque renouvellement de pansement, la désinfection devra être douce, par tamponnement pour ne pas abraser les bourgeons d’épiderme en formation. Après quelques jours, un simple pansement de protection suffira pour sécher la lésion cicatrisée.

Comment choisir son antiseptique ?

  • Sur une plaie ouverte ou des éraflures :

Appliquez un antiseptique sans alcool pour ne pas provoquer de douleur ni irriter la peau.

On utilise plutôt la chlorhexidine (biseptine) le dakin ou le mercryl en solution aqueuse ou en compresses imprégnées.

  • Sur une plaie fermée :

Choisissez une solution pénétrante qui pénètre facilement la couche superficielle de la peau. C’est le cas du cCétrimide (Cétacvlon) ou de l’Hexamidine.

  • Sur une plaie souillée par de la terre, du gravier ou du sable :

Utilisez une solution antiseptique moussante type Bétadine ou de l’eau oxygénée à 10 volumes, avant d’appliquer un antiseptique plus puissant.

  • Sur la peau saine :

L’alcool dilué (à 60 ou 70°), reste très efficace.

Composition minimale d’une trousse de secours

Pour la marche nordique et autres activités physiques.

  • Une couverture de survie.
  • Gel hydro alcoolique.
  • Mouchoirs en papier
  • Quelques morceaux de sucre.
  • Antiseptique cutané type biseptine.
  • Compresses stériles.
  • Pansements pré-découpés et sparadrap.
  • Bandes extensibles type nylex.
  • Ciseaux à bouts ronds.
  • Une pince à écharde.
  • Un tire-tique.
  • Gants à usage unique.
  • Bande élastique autoadhésive pour strapping.
  • Une pommade contre les démangeaisons.
  • Un collyre antiseptique.
  • Une pommade contre les contusions.
  • Du paracétamol.
  • Un pack de froid type cold pack.
  • Une boussole.
  • Et un téléphone portable avec batterie chargée.

 

 Comment agir ?

  • Verser directement le désinfectant sur la plaie en essuyant avec une compresse le surplus.
  • Prendre une compresse, verser du désinfectant et compresser la plaie en jetant ensuite la compresse dans un sac plastique et jamais directement dans la poubelle (vous pouvez ensuite donner ce sac à votre médecin pour ses déchets médicaux).
  • Puis mettre un pansement stérile et une protection avec une bande.
  • Se renseigner aussi sur la validité du vaccin contre le tétanos.
  • De retour chez soi si température, rougeur ou douleur, consulter votre médecin.

Attention si plaie par morsure d’animaux consultez le médecin et trouvez le propriétaire s’il s’agit d’un chien pour vérifier la vaccination contre la rage si non décrivez l’animal qui vous a blessé.

 

© IRBMS - Droits de reproduction

Partagez cet article

Les informations données sur ce site ne peuvent en aucun cas servir de prescription médicale.

    Annonces

Ici & ailleurs

Restons en contact !

    Newsletter : Abonnez-vous !

  • Et vous recevrez gratuitement chaque mois : nos actualités en Médecine du Sport, Sport Santé, Nutrition, Prévention dopage, Psychologie du sportif...


    Newsletter

L’IRBMS respecte la vie privée de ses utilisateurs et s’engage à ce que toutes les informations qu’il recueille permettant de les identifier soient considérées comme des informations confidentielles. Le site de l’Irbms est déclaré à la CNIL sous le numéro : 644591

La rédaction vous conseille

  • Qui sommes-nous ?

    IRBMS Prévention sport santé
  • Nos Activités en 2015

    Nos activités en 2015
  • Partenariat

    Partenariat