SuivreSuivre

Annonces

Prévention et conseilsPrévention et conseils

Le régime qui transforme notre corps  : « Une médaille à la faim »

Visitez le site d'Ergysport

Une médaille à la faim, par Jérémie Azou.

Morceaux choisis du livre de Jérémie Azou, athlète français de haut niveau, « Une médaille à la faim ! Mes conseils à ceux qui rament avec leurs régimes ! », paru en mai 2018 chez Synchronique Éditions.

Jérémie Azou est Champion olympique d’aviron et double champion du monde en titre, sa spécialité est le deux de couple poids léger. Dans son livre il invite chacun d’entre nous, sportif ou non, à une aventure : celle de la connaissance de soi, du rééquilibrage alimentaire, de la maîtrise de notre poids et de l’optimisation de notre potentiel, sans jamais nous mettre en danger, en écoutant et en respectant notre corps.

Une forme extrême de régime transforme notre corps, mais déforme aussi notre esprit…

« Dans la catégorie Poids Légers, le contrôle du poids se fait au gramme près. Il n’est pas anormal de se peser deux fois par jour ou plus. Pas anormal non plus de monter sur une balance avec ses aliments pour vérifier qu’il est bien possible de les ingurgiter.

  • Dans la catégorie Poids Légers, le temps est long, car les repas ne rassasient pas toujours et la faim tord l’estomac.
  • Dans la catégorie Poids Légers, un gros repas peut-être simplement un repas durant lequel on mange à sa faim.
  • Dans la catégorie Poids Légers, mentir à ses convives n’est pas une option. Il faut dire avec le sourire que l’on n’a pas faim pour éviter de se faire servir normalement.

Enfin, dans la catégorie Poids Légers, il n’est pas rare d’afficher moins de 5% d’Indice de Masse Graisseuse en fin de régime.

J’ai été témoin de toutes ces pratiques surréalistes, mais de bien d’autres aussi.

Cette forme extrême du régime transforme notre corps, mais déforme aussi notre esprit. J’en veux pour preuve ce jour de pesée, où nous attendions sagement avec mon coéquipier dans la chambre d’appel pour passer sur la balance officielle. Le programme des courses regroupait cette fois les épreuves par bateau et par catégorie.

Plusieurs filles poids légers étaient donc assises là, juste à côté de nous, bien en avance, attendant leur tour. Leur moyenne de bateau était fixée à 57kg. Le spectacle était donc différent. La majorité d’entre elles étaient grandes, minces, aux visages anguleux.

Certaines enchaînaient les allers-retours sur la balance pour contrôler leur poids, cherchant à gagner le moindre gramme sur leur tenue, allant jusqu’à se débarrasser de leurs sous-vêtements et oublier leur pudeur. Spectateurs malgré nous, la scène était plus regrettable qu’agréable. Nous ne voyions plus le corps nu d’une femme, mais bien la souffrance d’une enveloppe fragilisée. Nous constations et mesurions alors à quel point le régime pouvait modifier notre appréciation mais aussi leurs comportements. »

Conseils du pro

La pesée : amie et ennemie du sportif

Les pesées permettent de contrôler le poids, mais surtout de rassurer le sportif dans sa stratégie de régulation pondérale et de contrôle alimentaire. Elles doivent rester occasionnelles et formalisées dans la stratégie de perte de poids, au même titre que les repas.

Difficile pour le sportif de dépasser ce protocole de pesées, mais il faudra bien s’y tenir.

Lorsqu’elles sont trop fréquentes, les pesées peuvent rapidement devenir obsessionnelles, envahir le quotidien du sportif. L’alimentation est alors dictée par la pesée et ne répond plus à une stratégie de régulation de poids, encore moins à des envies alimentaires ni à un besoin énergétique.

Les pesées entretiennent alors l’évolution vers un trouble du comportement alimentaire, avec perte des repères… et la prise de poids une fois l’objectif atteint.

Pour y échapper, les pesées « à l’aveugle » aidées d’une tierce personne de confiance peuvent aider le sportif à se libérer du dictat de la balance.

Conclusion

« Dans un tout autre contexte, je garderai aussi le souvenir d’un rameur danois, jamais au poids, jusqu’au dernier moment. Il arrivait constamment le dernier, en sueur, une serviette imbibée à la main. Les gouttes continuaient de perler en abondance sur son front et son corps. Sa combinaison était sèche et avait dû être changée. Il sortait probablement de la salle d’ergomètre, mais semblait tout droit sorti d’un sauna.

La scène demeure anecdotique, surtout dans le petit monde de l’aviron, mais j’ai d’autres images en tête, beaucoup moins sympathiques. Notamment de Londres et de ses JO, où j’ai croisé des athlètes d’autres disciplines n’hésitant pas à mettre leur santé en danger : K-way dans le sauna, efforts sous un soleil caniculaire, anorak pour dormir… toutes les techniques sont bonnes pour se déshydrater et passer la pesée sans régime.

Mais leur inconscience des dangers peut entraîner jusqu’à la mort. Elle a déjà frappé. Les cas ne sont malheureusement pas isolés. Beaucoup de rameurs ne sont pas conscients des risques qu’ils encourent lorsque, pour éliminer les derniers kilos, ils se couvrent de vêtements pour transpirer.

C’est aussi pour cette raison, par peur qu’un jour notre catégorie soit touchée, que j’écris ces lignes afin de sensibiliser les jeunes aux risques de ces dérives. »

Conseils du pro

Effectivement, les répercussions d’un régime sévère ou inadapté sont lourdes sur la santé, tant sur le plan physique que psycho-comportemental.

Les techniques de déshydratation évoquées par Jérémie AZOU, associées aux lourdes carences nutritionnelles induites par les restrictions alimentaires, altèrent fortement le niveau de performance, et sont de nature à induire des inadaptations à l’effort, des accidents cardiaques…

Être au poids de compétition est une chose. L’être tout en étant compétitif en est une autre !

Les restrictions alimentaires et hydriques induisent des frustrations, des interdits alimentaires, évoluant vers des troubles du comportement alimentaire, une irritabilité, troubles du sommeil, des troubles de l’humeur… Une préoccupation excessive de l’image corporelle fait souvent partie du même profil.

Les répercussions hormonales sont fréquentes, induisant classiquement des perturbations gynécologiques chez les sportives, des problèmes thyroïdiens…

Rapprochez-vous d’un diététicien-nutritionniste spécifiquement diplômé en nutrition sportive pour déterminer votre poids de forme et élaborer une stratégie de perte de poids la plus adaptée.

 

Référence : Une médaille à la faim ! – Mes conseils à ceux qui rament avec leurs régimes ! Jérémie Azou, Synchronique Éditions, paru le 29/05/2018, 176 pages.

© IRBMS - Droits de reproduction

La rédaction vous conseille

Partagez cet article

Les informations données sur ce site ne peuvent en aucun cas servir de prescription médicale.

Ici & ailleurs

Restons en contact !

    Newsletter : Abonnez-vous !

  • Et vous recevrez gratuitement chaque mois : nos actualités en Médecine du Sport, Sport Santé, Nutrition, Prévention dopage, Psychologie du sportif...


    Newsletter

L’IRBMS respecte la vie privée de ses utilisateurs et s’engage à ce que toutes les informations qu’il recueille permettant de les identifier soient considérées comme des informations confidentielles. Le site de l’Irbms est déclaré à la CNIL sous le numéro : 644591

  • Qui sommes-nous ?

    Qui sommes-nous ?
  • Congrès 2018 : inscription

    Congrès IRBMS 2018
  • Partenariat

    Partenariat et prestations