Whereabouts : la procédure de localisation des athlètes

Whereabouts : localisation des athlètes (lutte anti-dopage)

Le texte officiel de l’AMA concernant l’obligation de localisation des sportifs sur listes.

L’Agence Mondiale Antidopage (AMA) est l’organisation internationale en charge de coordonner la lutte contre le dopage dans le sport. Différentes initiatives sont en place en ce sens, et parmi ces dernières l’une d’entre-elles est centrale. Il s’agit du dispositif pour récupérer les données de localisation des athlètes de haut niveau.

Les obligations du sportif

Concrètement, ces sportifs doivent partager au jour le jour leur lieu d’entraînement, les hôtels dans lesquels ils dorment, leur lieu de résidence, etc. Ils doivent également indiquer une plage horaire durant la journée ils pourraient être testés. Ces données doivent être renseignées en ligne tous les trimestres et mises à jour dès que nécessaire, autant en saison régulière qu’en période de compétition, soit via le site web de l’AMA, soit via une application mobile. Avec ces données, l’AMA est ainsi en mesure d’orchestrer des contrôles « surprises » par l’entremise des contrôleurs.

► Il existe une Appli permettant cette localisation.

Important : le non « shows » correspond à un défaut de localisation et peu être sanctionné en cas de récidives seul le bénéfice du doute permet d’échapper aux sanctions.

Obligations de localisation : questions/réponses

1. OÙ EN SONT LES ALLÉES ET VENUES ?

Les informations fournies par un nombre limité d’athlètes d’élite de haut niveau sur leur emplacement se trouvent à la Fédération internationale du sport (IF) ou à l’Organisation nationale antidopage (ONAD) qui les ont inclus dans leur pool de tests enregistrés respectifs dans le cadre des responsabilités antidopage de ces athlètes de haut niveau.

2. POURQUOI LES ALLÉES ET VENUES SONT-ELLES IMPORTANTES POUR LE SPORT PROPRE ?

Étant donné que les contrôles antidopage hors compétition peuvent être effectués sans préavis auprès des athlètes, ils sont l’un des moyens les plus puissants de dissuasion et de détection du dopage et sont une étape importante dans le renforcement de la confiance des athlètes et du public dans le sport sans dopage. Il est essentiel d’obtenir des renseignements exacts sur l’endroit où ils se trouvent afin d’assurer l’efficacité des programmes antidopage, qui sont conçus pour protéger l’intégrité du sport et protéger les athlètes propres.

Le concept d’hors compétition n’est pas nouveau. L’expérience a montré que les contrôles hors compétition sont cruciaux pour la lutte contre le dopage, en particulier parce qu’un certain nombre de substances et de méthodes interdites ne sont détectables que pour une période limitée dans le corps d’un athlète tout en maintenant un effet améliorant la performance. La seule façon d’effectuer de tels tests est de savoir où se trouvent les athlètes, et la seule façon de le rendre efficace est d’être en mesure de tester les athlètes à des moments où les tricheurs peuvent être les plus susceptibles d’utiliser des substances et des méthodes interdites.

3. OÙ PEUT-ON TROUVER DES RÈGLES ?

Les règles relatives à l’endroit font partie de la Norme internationale d’essais et d’enquêtes (ISTI). L’ISTI est obligatoire pour les organisations antidopage (OAD, y compris les FI, les ONAD, les organisateurs des Grands Jeux, etc.) qui ont adopté le Code mondial antidopage (le document harmonisant les règles antidopage dans tous les sports).

4. TOUS LES ATHLÈTES SONT-ILS ASSUJETTIS À CES EXIGENCES ?

Non. Les exigences relatives à l’endroit concernent le nombre limité d’athlètes de haut niveau qui font partie du bassin d’essais enregistrés (IF ou NADO). Ils ont été conçus pour donner à ces athlètes de haut niveau un outil flexible pour montrer leur engagement envers le sport sans dopage, ainsi qu’une protection appropriée, suffisante et efficace de la vie privée.

L’AMA n’est pas chargée de décider qui devrait faire partie de ces pools de tests enregistrés. Les Fédérations Internationales ont le pouvoir discrétionnaire de savoir qui devrait être assujetti à ces dispositions à l’échelle internationale, et les ONAD ont le pouvoir discrétionnaire de créer un bassin d’essais enregistré au niveau national. L’AMA recommande que les bassins d’essais enregistrés soient de taille proportionnée et gérable et se concentrent sur les meilleurs athlètes d’élite internationaux et nationaux.

5. LES ATHLÈTES DOIVENT-ILS FOURNIR ET METTRE À JOUR EUX-MÊMES L’INFORMATION SUR LEUR LOCALISATION ?

Les athlètes peuvent demander à leur agent ou à un autre représentant de soumettre leurs renseignements sur la localisation s’ils le souhaitent. Dans les sports d’équipe, les informations sur le lieu peuvent être soumises par les officiels de l’équipe sur une base collective dans le cadre des activités de l’équipe. Toutefois, les athlètes sont ultimement responsables de leur localisation. Par conséquent, ils ne peuvent éviter toute responsabilité en reprochant à leur représentant ou à l’équipe d’avoir déposé des renseignements inexacts sur leurs allées et venues ou de ne pas avoir mis à jour leurs allées et venues s’ils n’étaient pas à l’endroit qu’ils avaient spécifié pendant le créneau horaire de 60 minutes.

6. LES ORGANISATIONS ANTIDOPAGE NE TESTENT-ELLES QUE LES ATHLÈTES QUI SONT SOUMIS AUX EXIGENCES RELATIVES À L’ENDROIT OÙ ILS SE TROUVENT ?

Non. Les exigences en matière de localisation sont un outil pratique pour aider les ADOs à effectuer des tests hors compétition efficaces. Peu importe s’ils ont été sélectionnés pour faire partie d’un pool d’essais enregistrés, les athlètes peuvent toujours être testés hors compétition par leur IF, leur NADO ou d’autres ADOs.

► Sources Whereabouts | World Anti-Doping Agency (wada-ama.org).

Fonctions du document «  ADAMS »

En vertu du Code mondial antidopage (Code) – le document harmonisant les politiques antidopage dans tous les sports et tous les pays — l’AMA a l’obligation de coordonner les activités antidopage et de fournir un mécanisme pour aider les parties prenantes à mettre en œuvre le Code.

Le Système d’administration et de gestion antidopage (ADAMS) a été mis au point à cette fin. Il s’agit d’un système de gestion de base de données basé sur le Web qui simplifie les activités quotidiennes de toutes les parties prenantes et athlètes impliqués dans le système antidopage.

Connaitre où se trouve l’athlète

La fonctionnalité Web permet aux athlètes de se conformer aux règles de localisation de leur sport en entrant leurs informations de n’importe où dans le monde. De plus, ADAMS appuie la délégation de cette responsabilité à un représentant autorisé, comme le chef d’équipe, l’agent ou un autre tiers. Cette fonctionnalité permet également aux organisations antidopage de partager les informations sur l’endroit où elles se trouvent, cruciales pour soutenir les athlètes afin qu’ils n’aient pas besoin de les entrer plus d’une fois par plusieurs moyens. Les athlètes peuvent également modifier leurs allées et venues grâce à l’utilisation de messages SMS à ADAMS.

Le tutoriel ADAMS Whereabouts sur la façon de soumettre des informations sur l’endroit où se trouve est disponible sur la chaîne Youtube de l’AMA.

Les adresses fantômes pour échapper aux sanctions du non « shows »

Cela existe dans certains pays car la complexité de l’habitat et l’imprécision du plan d’urbanisme complexifient le rôle des inspecteurs de l’AMA provoquant ainsi des « whereabouts » impossibles techniquement donc pas de localisation (no shows). Ainsi certains athlètes peuvent échapper aux contrôles en toute bonne foi !!!!

Si l’athlète refuse de communiquer sa localisation pour des raisons personnelles il sera sanctionné et il peut être radié à vie. On retrouve dans ce cas de nombreux sprinters et d’autres !!!

Lors de sa mise en place de la localisation, la règle du « no shows » était de 3 manquements (localisation ou absences) en 18 mois, et la sanction de 1 année. Désormais, elle comporte 3 manquements en 12 mois, et la sanction « normale » est de 2 ans, qui peut être réduite selon les circonstances.

Les consignes de l’AFLD

Comment se localiser ?

Chaque sportif désigné par l’AFLD doit renseigner et modifier sa localisation dans les délais impartis exclusivement via le logiciel ADAMS. L’application Athlete Central est par ailleurs désormais disponible en téléchargement dans l’Apple store et sur Google play.

Tout changement apporté aux informations de localisation devra être effectué par le sportif au plus tard avant le début du créneau horaire déclaré pour le jour en question (et non plus avant 17 heures la veille).

Cependant, ces changements devront être effectués dès que possible, ce que l’Agence contrôlera pour, le cas échéant, constater d’éventuels manquements aux obligations de localisation. Par exemple, un sportif qui sait qu’il participera à un stage dans deux mois doit ajouter ou modifier ses informations de localisation dès qu’il le sait, et non la veille du départ.

► En savoir plus :  Les Consignes pour se localiser (sportifs.afld.fr)

Conclusion

La localisation lors de la période de pandémie Covid peut apporter des difficultés en lien avec les mesures sanitaires mais la règle de l’AMA reste en vigueur.

© IRBMS - Droits de reproduction

► Recevoir notre Newsletter

Partagez cet article

Les informations données sur ce site ne peuvent en aucun cas servir de prescription médicale.

Ici & ailleurs