Annonces

Sportif asthmatique : être en conformité avec la législation antidopage

Asthme et conformité antidopage

Chez le sportif asthmatique, trois Béta-2 agonistes sont autorisés, à condition de respecter la dose thérapeutique….

Parmi les multiples traitements proposés de l’asthme, que ce soit de la crise comme de son traitement de fond, le sportif doit être vigilent sur la nature du médicament prescrit.

Certains traitements contre l’asthme sont utilisables par le sportif asthmatique sans restriction, alors que d’autres sont interdits par la réglementation antidopage :

Traitements autorisés sans restriction par la législation antidopage

Les traitements ci-dessous sont autorisés par la législation anti-dopage (2019), et ne nécessitent aucune démarche administrative. Toutefois, le suivi clinique et les EFR restent justifiés d’un point de vue médical, pour évaluer l’évolution et la gravité de l’asthme et adapter le traitement.

  • Certains Broncho-dilatateurs : Ipratropium (ATROVENT…), Théophylline (THEOSTAT), Tiotropium (SPIRIVA RESPIMAT).
  • Les Anti Histaminiques : Kétotifène (ZADITEN, KETOTIFENE…), Chromoglycate (LOMUDAL…).
  • Les Anti Leucotriénes : Montelukast (SINGULAIR…).
  • Les corticoïdes inhalés : (PULMICORT, BECOTIDE, ACORSPRAY, BECLOSPRAY, MIFLONIL…).
Truc et astuces

Tous les glucocorticoïdes sont interdits en compétition lorsqu’ils sont administrés par voie orale, intraveineuse, intramus­culaire ou rectale. Les autres voies d’administration sont autorisées.

Traitements autorisés sous condition de respecter la dose thérapeutique (seuil dépendant)

Trois Béta-2 agonistes sont autorisés, à condition de respecter la dose thérapeutique :

  • Le Salbutamol inhalé (VENTOLINE, VENTODISK, BUVENTOL, AIROMIR, ASMASAL…) est autorisé jusqu’au seuil thérapeutique maximal de 1600µg/J, soit 800µg/12H, ce qui correspond à 8 bouffées /12H.
  • Le Formotérol inhalé (FORADIL, FORMOAIR,) est autorisé jusqu’à la dose thérapeutique maximale de 54µg/jour.
  • Le Salmétérol inhalé (SEREVENT…) est autorisé jusqu’à une dose thérapeutique maximale de 200µg/jour.

Les associations de ces 3 Béta-2 agonistes avec un corticoïde inhalé sont autorisées dans les mêmes conditions d’usage, c’est-à-dire être inférieur au seuil thérapeutique respectif de chaque molécule :

  • Associations contenant du Formotérol (SYMBICORT, INNOVAIR, FORMODUAL…)
  • Associations contenant du Salmétérol (SERETIDE…)

Au-dessus des seuils définis pour ces 3 molécules, la dose administrée n’est pas cohérente avec une utilisation thérapeutique et sera considérée comme un résultat d’analyse anormal, sauf si le sportif est en mesure de prouver (par une étude de pharmacocinétique contrôlée) que ce résultat anormal est bien la conséquence d’une dose thérapeutique (par inhalation).

Ce seuil à partir duquel l’utilisation de ces 3 molécules est considérée comme « anormale » dépend de la corpulence du sportif et de sa capacité à métaboliser les produits. Ce serait donc une erreur de banaliser la prise de ces produits à de faibles doses, sous prétexte qu’ils sont autorisés, car une telle attitude expose au risque d’atteindre ce seuil de « positivité » lors d’un contrôle.

Annonces

Traitement figurant sur la liste des produits interdits, nécessitant une justification d’usage par le formulaire d’AUT

Liste non limitative :

  • Bronchodilatateurs : Fenotérol (BRONCHODUAL), Formotérol*, Higénamine, Indacatérol, Olodatérol, Procatérol, Reprotérol, Salbutamol*, Salmétérol*, Terbutaline (BRICANYL, OXEOL), Trétoquinol (trimétoquinol), Tulobutérol, Vilantérol… [* : pour des doses non thérapeutiques, dépassant le seuil autorisé].
  • Corticoïdes en comprimés ou injectables.

Conduite à tenir devant une suspicion d’asthme chez un sportif

Un bilan médical est toujours nécessaire !

Le diagnostic de l’asthme est avant tout clinique, devant une gêne expiratoire à l’effort et/ou au repos, une toux… la présence de sibilants à l’auscultation. Le diagnostic est confirmé par des EFR (Épreuves Fonctionnelles Respiratoires), réalisées par un pneumologue. Ce bilan spécialisé est recommandé chez le sportif, étant donné les contraintes importantes sur la fonction respiratoire lors de l’effort.

Le saviez-vous ?

Certains facteurs favorisent la survenue d’une crise d’asthme : l’exposition au tabac, aux poussières et allergènes (pollen, graminées…), la pollution, l’effort, l’air froid et sec.

Un bilan complémentaire : les EFR

Des EFR (Épreuves Fonctionnelles Respiratoires) ne sont pas obligatoires d’un point de vue réglementaire, mais restent fortement conseillées d’un point de vue médical, pour d’une part établir le diagnostic d’asthme, d’autre part établir le traitement le plus adapté et enfin, permettre d’apprécier l’évolution du handicap respiratoire. Ainsi, tout sportif asthmatique doit réaliser des EFR au moins lors du diagnostic, ainsi qu’à chaque évolution de la maladie (accentuation de la gêne respiratoire, crises plus fréquentes….).

Dans certains cas, ces tests peuvent être indispensables pour demander une A.U.T. pour certains traitements, afin d’être en conformité avec la législation anti-dopage. Le sportif devra alors réaliser « des EFR avec test de provocation », et joindre les résultats à son dossier d’A.U.T.
Ces EFR sont couplées à des tests de provocation dans le but d’essayer de reproduire la crise d’asthme pour mieux en apprécier l’origine et la gravité. Le pneumologue pourra ainsi proposer un test de provocation à la métacholine, un test d’effort.

Choix du traitement

Le pneumologue prescrira le traitement le plus adapté au type d’asthme et à sa gravité. En fonction de ce traitement, soit le sportif asthmatique prendra librement son traitement, soit il devra établir une demande d’A.U.T. l’autorisant à prendre un traitement interdit par la réglementation antidopage.

Conclusion

L’usage d’un bêta-2 agoniste n’est pas anodin et doit être exclusivement réservé au sportif asthmatique.

Parmi les bêta-2 agonistes, le Salbutamol, Salmétérol et le Formotérol sont autorisés chez le sportif, sans démarche préalable, sous réserve de respecter les doses thérapeutiques. Un bilan pneumologique avec EFR n’est pas obligatoire dans ce cas, mais fortement recommandé.

Tous les autres bêta-2 agonistes sont interdits chez le sportif en permanence (entraînement et compétition). Leur utilisation justifie une autorisation d’usage à des fins thérapeutiques (A.U.T.), médicalement documentée par un avis pneumologique et des épreuves fonctionnelles respiratoires (EFR avec test de provocation).

© IRBMS - Droits de reproduction

Partagez cet article

Les informations données sur ce site ne peuvent en aucun cas servir de prescription médicale.

Ici & ailleurs

Restons en contact !

    Newsletter : Abonnez-vous !

  • Et vous recevrez gratuitement chaque mois : nos actualités en Médecine du Sport, Sport Santé, Nutrition, Prévention dopage, Psychologie du sportif...


    Newsletter

L’IRBMS respecte la vie privée de ses utilisateurs et s’engage à ce que toutes les informations qu’il recueille permettant de les identifier soient considérées comme des informations confidentielles. Le site de l’Irbms est déclaré à la CNIL sous le numéro : 644591

velit, commodo porta. Praesent Sed felis Phasellus venenatis, leo non venenatis Curabitur