Publicité

Mieux connaître la pratique… du Golf

Mieux connaître le golf

Mieux connaître le golf

Le golf est un sport à deux visages, où quelques  professionnels gagnent beaucoup d’argent en participant aux circuits, d’autres tentent d’être qualifiés pour ces circuits lucratifs et où les amateurs paient quelquefois très cher pour avoir le droit de jouer.

Même s’il se démocratise, la pratique du golf est encore chère et nécessite à la fois des moyens et du temps, puisque la pratique d’un 18 trous se fait rarement en moins de quatre heures. Il est toutefois possible d’effectuer quelques exercices de practice ou quelques trous pour se détendre.

Le golf associe marche, découverte de paysages idylliques, mobilisation musculaireentretien de la coordination motrice et de la force musculaire et convivialité

Historique

C’est un sport Anglo Saxon dont le premier club est fondé en 1735. Puis le fameux club de Saint Andrews décline ce jeu à travers l’Europe et le monde. Le golf est un sport difficile pour le mental car nul n’est à l’abri de jouer « comme un débutant », le plus difficile est souvent de réussir à jouer « juste » et de réussir son « put ».

L’évolution des clubs et la modification de certains parcours ont permis de démocratiser le golf en le rendant plus facile et plus accessible à tous.

Seul le prix du droit de jeu est quelquefois prohibitif même si l’on a vu ouvrir de nombreux golf public à gestion mixte.

«  Frapper une balle de 41,15mm de diamètre avec des clubs ( bois,fer,putter) pour la faire entrer dans un trou du green en un minimum de coups. »

 

Golf sport olympique

Ce sont finalement deux sports anciennement olympiques qui font leur retour et son inscrits au programme des Jeux Olympiques d’été de Rio de Janeiro 2016 : le golf, absent du programme officiel depuis 1904 et les JO de Saint-Louis, et le rugby, sous sa forme à VII.

Quelques mots techniques :

grip, swing, putting, balle, handicap, fer, bois, étiquette, caddy, drive, birdy, par, bogey, rough…19 trou

Condition physique

Le golf sollicite modérément l’adaptation cardio-vasculaire puisqu’il n’y a pas d’autre contrainte que celle que l’on s’impose. On joue à son rythme, on marche à son rythme et l’on choisit ses parcours en fonction de ses possibilités. Parcourir un golf peut nous permettre de marcher plus de sept kilomètres.

Toutefois, victime de son succès, un grand nombre de golf obligent le pratiquant de prendre une voiturette, ce qui limite paradoxalement les bienfaits de la pratique du golf sur l’organisme.

Le golf fait travailler un grand nombre de muscles par la simple réalisation du swing, renforce le tonus musculaire, permet la mobilisation articulaire et travaille l’équilibre. Il permet par la durée de son jeu de « s’oxygéner au grand air » entraînant une certaine fatigue générale.

Un parcours de 18 trous entraîne une dépense moyenne de 400 Cal/heure représentant une faible sollicitation énergétique pour un golfeur à pieds tirant ou poussant son chariot.

Traumatologie

Il y a peu de traumatologie spécifique du golfeur. Son plus grand danger est de recevoir une balle qui peut être mortelle ou provoquer de grands dégâts musculaires, articulaires ou crânienne. Attention ne vous placez jamais devant le joueur en le regardant pour admirer son coup.

Arthrose et golf

Si nous ne pouvons guère conseiller de débuter le golf chez un arthrosique n’ayant jamais pratiqué ce sport, il est toutefois possible de vieillir tout en pratiquant le golf.

En effet, celui qui a débuté relativement jeune par un apprentissage souvent long tant ce sport est difficile, va vieillir en même temps que ses articulations. Il adaptera alors son swing et changera son style de jeu en passant souvent de l’emploi du fer à celui du bois de terrain. Le golfeur peut donc continuer à jouer très longtemps, d’autant que les contraintes cardiaques sont limitées, surtout s’il emploie en plus une voiturette.

Sport santé et golf

La difficulté d’intégrer le golf dans le sport santé est liée à sa réalisation technique, nécessitant un apprentissage quelquefois long et rébarbatif. Il n’est guère possible de jouer au golf sans passer par des leçons collectives ou individuelles, entraînant un certain coût financier.

Par sa convivialité et ses emplacements souvent idylliques, le golf fait rêver, d’autant qu’il semble facile de mettre cette petite balle dans ce petit trou au milieu d’un green magnifique. La réalité est toute autre : il faut associer sang-froid, technique et force mentale.

Le golf peut être proposé comme sport santé en luttant contre le vieillissement articulaire, psycho moteur et mental tout en sollicitant les adaptations cardio respiratoires

Le coude du golfeur « le golf elbow »

 Il s’agit d’une épitrochléite ou une technotendinopathie du golf. Elle apparaît chez des sportifs utilisant un objet avec serrage de la main comme au tennis mais dans ce cas il s’agit d’une épicondylite  . L’épitrochléite est une pathologie micro traumatique par hyper utilisation. C’est la répétition des mêmes gestes et des mêmes contraintes minimes qui provoque l’atteinte tendineuse.

Le diagnostic est clinique douleur de la face interne du coude chez un golfeur

 Autres examens si besoin

  • IRM : Mêmes images mais utile si il y a un doute étiologique
  • Bilan radiologique du coude et du rachis cervical si on pense à une origine arthrosique
  • EMG  si on pense à un syndrome neurologique
  • Le traitement :
  • Changement du grip, mofifier le geste,réduire la pratique
  • Application de froid
  • Le  bracelet Epipoint 

 

Le dos du golfeur

Comment prévenir et limiter les douleurs de dos ?

  •  choisir des clubs adaptés à son niveau de handicap.
  • choisir une flexibilité de manche en fonction de son âge, de son sexe et de son niveau de jeu.
  • avoir un grip adapté à sa main pour éviter une trop grande crispation de celle-ci.
  • le sac (sauf chez les jeunes sportifs habitués) ne doit pas être porté sur le dos mais posé sur un chariot qu’il est nécessaire de tirer à deux mains ou d’utiliser un chariot électrique.
  • prévoir des chaussures résistantes, légères et amortissantes dont la semelle extérieure à crampons est adaptée au terrain. Le golf bien pratiqué n’est pas un sport dangereux pour votre dos toutefois, votre médecin ou votre professeur de golf peuvent vous apporter des conseils.
 Pour en savoir plus

Ostéopathie et douleur rachidienne

Le professionnel le mieux placé pour vous prendre en charge est le médecin  généraliste ou spécialiste. Toute douleur doit faire l’objet d’un diagnostic médical avant traitement or seul votre médecin pourra établir ce diagnostic en demandant éventuellement la réalisation d’examens complémentaires.

Certains médecins possèdent une formation de médecine manuelle permettant de répondre à votre souhait manipulatif. Toutefois depuis janvier 2008, l’Insee (Institut National de la statistique et des Etudes Economiques) a répertorié les ostéopathes dans la catégorie des « activités de santé humaine non classées ailleurs ».

Une proposition de loi, deux décrets et deux arrêtés  sont également venus encadrer la profession et mieux réglementer l’activité de façon à ce qu’elle soit davantage reconnue et sécurisée.

Attention avant de confier votre dos à un professionnel vérifier ses compétences et diplômés méfiez-vous du bouche à oreilles sans fondement et demandez conseil à votre médecin ou à votre kiné

 

 La Nutrition du Golfeur

Les objectifs d’une bonne nutrition chez le golfeur sont multiples :

  •  Éviter la survenue du coup de pompe du 13ème trou.
  • Maintenir un niveau de vigilance jusqu’au 18ème trou.
  • Gérer les bons ou mauvais coups, ainsi que la pression.
  • Maintenir un tonus musculaire efficace et une précision dans l’approche.

 

Avant la partie, le dernier repas qui doit se situer 2 à 3 heures avant l’heure de départ donné par le green keeper, les règles générales s’appliquent :

  • L’hydratation doit être optimale, avec une consommation d’eau
  • La composition du repas doit être équilibrée, avec une dominante en glucides complexes pour soutenir les ressources énergétiques.
  • S’y associent des apports modérés en protéines, tout en délaissant les acides gras pour rendre le repas digeste. Les légumes et les fruits gardent leur place dans le cadre de l’équilibre alimentaire. Les excitants doivent être évités.

Pendant l’échauffement au practice

  • Généralement, les traditions l’emportent, avec le recours à un minisnack, accompagné d’eau de boisson. Restez attentifs !

Pendant la partie

  • Le maître mot est « l’hydratation ». Comme pour toutes activités physiques, il faut boire avant d’avoir soif, soit au moins 1,5 à 2 litres pendant le parcours.
  • S’il fait chaud, l’effort prolongé justifie d’ajouter un peu de sel dans la boisson, à raison d’une simple pincée dans 1 litre d’eau.
  • S’il fait froid, c’est le sucre que l’on privilégie pour compenser la dépense énergétique liée à l’adaptation climatique (sous forme de quelques fruits secs). Après chaque put et dès le premier trou, il est indispensable de boire quelques gorgées, même quand il fait froid ou lors qu’il pleut ! Dès le 3° trou, on peut recommander de s’alimenter en consommant quelques fruits secs (raisins, dattes, abricots, bananes) ou barres de céréales…
  • Le but est de maintenir la glycémie stable et surtout d’éviter une hypoglycémie.

Après la partie

  • L’urgence est de rétablir vos réserves en eaux et de reconstituer votre statut vitaminique et minéral.
  • Il faut boire abondamment et prendre un repas équilibré comportant des protéines et glucides complexes.
  • Attention aux pièges de la remise des prix avec champagne, petits fours, charcuteries et autres biscuits gras.

Le golf, sport d’endurance et de concentration, nécessite quel que soit son handicap de respecter des règles nutritionnelles simples ayant pour but de maintenir votre niveau de jeu constant pendant 18 trous.

 

Le YIPS

Contraction et tremblement involontaire des muscles des membres supérieurs lors de l’exécution du putting entraînant une gêne certaine et diminution de la qualité du jeu.

Technopathie neurologique qui doit être traitée par psychothérapie, hypnose ou préparation mentale avec une profonde prise de confiance en soi. On rencontre cette gêne dans certain geste de la vie courante ou dans d’autre sport comme le billard, le tennis, le tir, etc.

Conclusion

Le golf sport relativement coûteux et « mangeur de temps » tente de se démocratiser, son admission aux Jeux Olympiques de 2016 à RIO va contribuer à développer les filières de haut niveau et renforcer les préparations physiques précoces.

Attention aux revers de la médaille car tout le monde ne pourra pas être champion olympique mais chacun pourra trouver beaucoup de joie et de bonheur lors de la pratique du golf.

 

A lire :

Nutrition du sportif, du loisir à la compétition, Santé, bien-être et performance des docteurs Maton et Bacquaert. Ed. Chiron

– La Nutrition et le golfeur du docteur Marie Vallet. Ed. La Planète de l’image.

Golf et pathologies
Diaporamas Traumatologie du Sport
Golf et pathologies
Auteur(s) : Dr Patrick Bacquaert / Version : 2011
Pdf : 1.6 MB / 1419 Téléchargement(s)
Licence : © Reproduction interdite / A usage personnel uniquement

publicité

Fermer