Notre partenaire

Que manger après l’entraînement du soir ?

Que manger après l'entraînement du soir ?

Manger trop le soir peut s'avérer lourd à digérer

Les séances d’entraînement se pratiquent fréquemment en fin d’après midi ou en soirée dans certaines disciplines. Le repas du soir se trouve décalé vers un horaire très tardif, ce qui donne lieu à de nombreuses dérives, les sportifs ne sachant pas gérer cet horaire non conventionnel de repas.

Fatigué… Pas envie de cuisiner… Pas faim… Envie d’aller au lit… Les raisons sont multiples pour négliger ou supprimer ce repas de récupération, ou parfois complètement déséquilibré, l’essentiel étant de manger rapidement pour aller au lit !

Erreurs fréquentes :

Ne pas manger

S’aliter après une séance d’entraînement sans repas préalable compromet la récupération, tant sur le plan énergétique (absence de glucides lents) que sur le plan structurel  des muscles (absence d’apport protéiné), et contribue à l’épuisement progressif des stocks en oligoéléments (absence de renouvellement des vitamines et minéraux perdus).

Ne pas manger de féculents

La récupération des stocks énergétiques serait alors insuffisante, et pourrait compromettre l’entraînement du lendemain.

Manger trop

Un repas trop consistant le soir est « lourd à digérer », et peut occasionner une pesanteur abdominale, gênant le sommeil et la récupération.

Principes à respecter

Publicité


Ce repas pris tardivement doit être digeste, pour ne pas gêner le sommeil. Il doit donc être peu gras, et en quantité maîtrisée.

Il doit répondre aux impératifs nutritionnels d’un repas de récupération, avec en particulier l’association d’un féculent (restauration énergétique) et d’une ration protéinée (récupération structurelle des fibres musculaires).

Ce repas doit être de préparation rapide, ou préparé à l’avance et facile à réchauffer. En effet, après une pratique sportive tardive (soir), il faut éviter les tâches de préparation culinaire qui ne font qu’accentuer la fatigue. Ce temps de préparation retarde d’autant plus l’heure du repas et du coucher, ce qui compromet la récupération.

Un repas type salade froide peut être une bonne alternative pour éviter d’attendre la cuisson et de grignoter. Les repas associant féculents et viande (ou poisson) en un seul plat simplifient la préparation.

Composition type du repas

  • Une ration protéinée : viande, produit de la mer, œuf, jambon DD…
  • Une ration de féculents : pâtes, riz, pomme de terre, semoule, blé, polenta… ou sous forme de potage (contenant des pommes de terre). Eviter les légumes secs pour les ballonnements abdominaux qu’ils occasionnent.
  • Eviter les sauces grasses
  • Une compote de fruits de préférence, plutôt qu’un fruit frais (éviter kiwi et agrumes).
  • Un produit laitier
  • Une tisane

Exemples de repas

Ceux-ci permettent de recharger les stocks énergétiques (Glycogène), avec une assimilation relativement rapide pour éviter les désagréments digestifs. D’un point de vue pratique, ils peuvent être préparés à l’avance avec une cuisson programmée, ce qui évite l’effort de préparation culinaire au retour de l’entraînement, et préserve le temps de sommeil.

Le repas à réchauffer au four
Salades froides
  • Taboulé, dés de jambon, yaourt et/ou fruit
  • Salade de pâtes ou de blé, poivrons, tomates, œuf dur. Yaourt et compote de fruits
  • Diversifiez vos salades en fonction de vos préférences alimentaires…
Les potages de légumes

 

A consulter : Aliments et recettes de cuisine pour le sport.

 

 

Ne partez pas sans lire sur notre site :

publicité

Fermer